Advertisements

Grève contre la réforme des retraites : pourquoi lundi sera un premier «tournant» – Le Parisien

Spread the love

Le mouvement vient à peine de débuter que tout le monde se projette déjà vers la suite. Ce jeudi, au premier jour de la mobilisation contre la réforme des retraites, de très nombreuses lignes de métro et de train étaient à l’arrêt en France. Beaucoup d’écoles sont aussi restées fermées, ou a minima ont assuré un service minimum pour les élèves, en l’absence des professeurs grévistes.

Sans attendre la fin de journée et notamment le déroulé de la manifestation prévue à Paris ce jeudi après-midi, certains syndicats ont déjà annoncé reconduire la grève jusqu’à lundi minimum. Ce début de semaine prochaine s’annonce comme un moment clé pour la suite du mouvement.

La grève est reconduite à la RATP

Les syndicats de la RATP ont été les premiers à se prononcer ce jeudi matin : la grève y est reconduite « jusqu’à lundi inclus ». Ce qui n’est pas forcément étonnant, puisque l’Unsa et la CGT avaient déposé pour ce jeudi des préavis « reconductibles ».

« Le plus important, pour nous, ce n’est pas le 5 décembre ni le 6. Le tournant, ce sera le lundi 9. On est prêt à durer jusqu’à Noël, à perdre un mois de salaire pour défendre nos retraites », prévenait dès lundi dans le Parisien Laurent Djebali, secrétaire général adjoint à l’Unsa-RATP, le syndicat majoritaire.

Le trafic restera donc très perturbé sur le réseau des métros, des bus et d’une partie des RER en Ile-de-France, pendant au moins quatre jours supplémentaires. Avec quel niveau de mobilisation lundi? En théorie, s’ils font grève vendredi et lundi, les salariés de la RATP perdent aussi les deux jours de salaire correspondant au week-end, même s’ils ne travaillent pas. Mais l’entreprise peut aussi se montrer coopérative, et ne comptabiliser que les jours réellement chômés.

« D’après les retours que j’ai, on sera au même niveau de mobilisation [que ce jeudi, NDLR]. Maintenant, je ne sais pas s’ils vont faire rouler davantage les cadres », nous indique ce jeudi midi le même Laurent Djebali. La RATP peut décider, en effet, de demander à des cadres qui en ont les compétences de prendre les commandes de rames de métro ou de bus.

SUD Rail au patron de la SNCF : « On est chauds bouillants »

Le trafic SNCF sera également toujours très perturbé ce vendredi. En revanche, on ne sait pas encore si les syndicats de l’entreprise poursuivent aussi le mouvement jusqu’à lundi inclus. Les syndicats de l’Éducation nationale, parmi d’autres, devraient également indiquer dans la journée ce jeudi s’ils continuent la grève.

Certains devront absolument se déplacer pour aller travailler

Ce jeudi, de nombreux Français ont semblé avoir pu se débrouiller pour travailler. Le cumul de bouchons en Ile-de-France était particulièrement bas dans la matinée, de deux à dix fois moins important que la moyenne.

Les chauffeurs de VTC n’ont pas constaté non plus de hausse particulièrement de la demande ce jeudi matin, ce qui a permis de maintenir des prix à un niveau classique.

De nombreux salariés se sont sans doute mis en télétravail, comme les y incitaient leur employeur. Dans un mail interne, Sanofi a par exemple « recommandé aux mangers d’aider les salariés concernés en faisant preuve de souplesse et d’adaptation ». L’entreprise a précisé que « ces dispositions sont applicables du 5 au 11 décembre et seront reconduites si nécessaire au vu de l’évolution de la situation ».

D’autres personnes ont certainement posé un jour de RTT ou de congé. Le cumul de bouchons en Ile-de-France a atteint mercredi soir un niveau bien plus élevé que la moyenne, signe que des Parisiens ont anticipé le week-end de deux jours et ont quitté la capitale. « Je craignais et surtout je ne voulais pas rester bloqué à Paris, donc j’ai préféré passer quatre jours tranquille à la campagne », confie Arthur, Parisien de 35 ans. Cet ingénieur est parti profiter avec quelques amis de sa maison en Seine-et-Marne.

Une stratégie qui peut fonctionner le ou les quelques premiers jours d’une grève… mais qui risque de se révéler difficilement tenable sur la durée. Arthur le reconnaît : lundi, il n’aura « pas d’autre choix que d’aller au bureau ». Et pour le patron du service de covoiturage Citygo, Patrick Robinson Clough, « il y aura des complications sur les routes si le mouvement dure. Surtout lundi car les conducteurs prendront leurs voitures après avoir fait du télétravail ou posé une RTT le premier jour de la grève ».

Quelle que soit la situation lundi, tout le monde attendra les annonces du gouvernement sur le contenu de la réforme des retraites. Édouard Philippe présentera « en milieu de semaine prochaine l’architecture générale de la réforme », a fait savoir l’Elysée ce jeudi midi.

Lire aussi sur le Parisien :

> Suivez en direct la journée de mobilisation

> Grève : policiers, profs, BTP… Comment le gouvernement a cherché à déminer

> Grève du 5 décembre : par peur des violences, ils n’iront pas manifester

Advertisements

Leave a Reply