Advertisements

Grève contre la réforme des retraites : Macron s’efforce de ne pas s’enliser – Le Parisien

Spread the love

Dès la place de la Madeleine (Paris VIIIe), la circulation est bloquée, les identités contrôlées et les sacs fouillés. A quelques encablures, aux abords du Grand Palais, les blindés bleus des gendarmes ceinturent les accès vers l’avenue des Champs-Elysées. Et partout, des barrières métalliques. En ce jeudi, jour de grève générale et de mobilisation contre la réforme des retraites, le quartier du Palais de l’Elysée est littéralement bouclé par les forces de l’ordre. Comme sous cloche, bunkérisé, alors qu’au même moment Emmanuel Macron réunit le Conseil des ministres.

Pas encore de chiffres stabilisés, mais dans ce huis clos, le Premier ministre présente les premières estimations de la mobilisation, plus forte qu’attendue. A ses troupes, il donne le sentiment qu’il veut accélérer les choses, avancer. « Lundi et mardi, on essaie de tout éteindre. Il ne faut pas que ça dure au-delà », confie un ministre à la sortie. Emmanuel Macron, lui, redonne la philosophie générale de la réforme. « Il a redit à quel point il était déterminé », complète un conseiller ministériel. Un participant résume ainsi le message : « Il faut entendre les gens, ne pas sous-estimer la mobilisation, mais rester sereins sur nos orientations. »

« Le jour J, ce n’est pas une guerre »

En écho, l’entourage du président s’en tient à le décrire « calme » et « déterminé ». Non, jure-t-on encore : aucun « dispositif » ou « task force » particuliers, pas « de comptage minute par minute » du nombre de manifestants qui défilent aujourd’hui non plus. Mais le chef de l’Etat se tient tout de même informé, via les remontées du ministère de l’Intérieur. Et nul doute qu’il surveille de près l’évolution de ce mouvement social. Les multiples réunions de calage du début de semaine, comme le dîner (initialement programmé ce jeudi soir et reporté) prévu lundi prochain par Emmanuel Macron à l’Elysée, avec sa garde rapprochée, pour tirer les enseignements de cette séquence de mobilisation, en témoignent.

VIDÉO. Grève du 5 décembre : pourquoi le mouvement s’étend autant ?

Comme le calendrier des annonces, plus resserré que prévu. « Le Haut-Commissaire Jean-Paul Delevoye achèvera les consultations avec les partenaires sociaux en début de semaine et s’exprimera pour effectuer une synthèse de ces discussions, puis le Premier ministre s’exprimera en milieu de semaine prochaine sur l’architecture générale de la réforme », précise l’Elysée. Le prolongement (qui se dessine) de ce mouvement de contestation pourrait-il contrarier les plans de l’exécutif? « Il faut analyser les choses jour après jour et on verra bien. Le projet se fera », balaye Delevoye, lorsqu’on lui soumet cette interrogation.

Résolu à ne pas s’exprimer avant son Premier ministre

Soucieux de montrer que l’exécutif continue de jouer le jeu de la concertation, dont il veut faire sa marque de fabrique – « Il a pu nous être reproché d’avoir un exercice vertical de la réforme », a admis la porte-parole Sibeth Ndiaye à la sortie du Conseil des ministres – l’entourage d’Emmanuel Macron souligne que tout n’est pas encore calé. Des réglages interviendront la semaine prochaine entre le président et son Premier ministre.

Une certitude, et Macron insiste sur ce point en petit comité, le président est résolu à ne pas s’exprimer avant son Premier ministre. Ce n’est qu’une fois que Philippe aura mis le projet sur la table, probablement jeudi ou mercredi, que Macron réfléchira à l’opportunité de parler d’ici à ses vœux du 31 décembre. Ou comment souligner que cette phase-là est « gouvernementale », que le chef du gouvernement « porte la réforme », tandis que le président « est, lui, en pilotage », « effectue les grands arbitrages ». Façon, pour Emmanuel Macron, qui a aussi beaucoup parlé de l’international lors du Conseil des ministres, de prendre de la hauteur. Et de faire jouer le bouclier de Matignon.

Lire aussi sur le Parisien

> Policiers, profs, BTP… comment le gouvernement a cherché à déminer

> Réforme des retraites : comment l’exécutif veut gagner la bataille de l’opinion

> Réforme des retraites : au sein de l’exécutif, de longs mois de cacophonie

Advertisements

Leave a Reply