Grève contre la réforme des retraites : le 31 décembre, la moitié des TGV et TER circuleront, trafic « très perturbé » à la RATP – Le Monde

Spread the love
Des trains à la gare de Pont-Cardinet, à Paris, lundi 30 décembre.

Des trains à la gare de Pont-Cardinet, à Paris, lundi 30 décembre. BENOIT TESSIER / REUTERS

Les festivités du Nouvel An n’échapperont pas au mouvement de grève contre la réforme des retraites. Le trafic ferroviaire devrait en effet être à nouveau perturbé, mardi 31 décembre, au vingt-septième jour d’affilée du mouvement social, tout comme les transports dans la capitale, avec un grand nombre de lignes de métro paralysées.

Dès vendredi, la SNCF avait annoncé que tout serait fait pour faciliter les déplacements le jour de la Saint-Sylvestre, prévoyant notamment « entre 45 % et 50 % » des TGV en moyenne lundi et mardi. Son plan de transport pour le dernier jour de l’année 2019 prévoit :

  • pour les TGV : un train sur deux en moyenne ;
  • pour les TER : cinq circulations sur dix en moyenne, assurées en partie par autocars ;
  • pour les liaisons internationales : trafic quasi normal pour l’Eurostar, deux trains sur trois pour le Thalys, un train sur trois vers la Suisse et l’Italie, un train sur deux vers l’Allemagne et l’Espagne ;
  • pour les Intercités : un train sur cinq ;
  • pour les Transilien : un train sur quatre en moyenne.

« Comme chaque année », la SNCF offrira « la gratuité pour les transports circulant en Ile-de-France » de mardi à 17 heures jusqu’à mercredi midi, a rappelé la direction dans un communiqué. Lundi, 32,5 % des conducteurs de la SNCF, 18,1 % des contrôleurs et 9,3 % des aiguilleurs étaient en grève, selon un comptage de la direction.

Lire aussi Petit lexique des retraites pour comprendre le débat sur le projet de réforme

A Paris, deux lignes de métro après 18 h 30

A Paris, le trafic de la RATP restera « très perturbé » mardi sur la majorité des lignes de métro, selon la direction. Les lignes automatisées 1 et 14 seront en revanche ouvertes jusqu’à 2 h 15 du matin.

Seront ouvertes entre 6 h 30 et 9 h 30, puis entre 15 h 30 et 18 h 30 :

  • la ligne 2 avec un train sur trois le matin, et un train sur quatre l’après-midi entre les stations Anvers et Porte-Dauphine ;
  • la ligne 3 avec un train sur trois le matin entre Havre-Caumartin et Pont-de-Levallois, et un train sur quatre l’après-midi entre Pont-de-Levallois et Temple ;
  • les lignes 4, 7, 9, 10 avec un train sur deux ;
  • la ligne 5 avec un train sur quatre entre Bastille et Place-d’Italie ;
  • la ligne 8 avec un train sur trois entre Concorde et Créteil-Pointe-du-Lac.

Sera ouverte entre 6 h 30 et 9 h 30 seulement :

  • la ligne 11, avec un train sur deux.

Seront ouvertes seulement de 15 h 30 à 18 h 30 :

  • la ligne 6 avec un train sur deux entre Nation et Place-d’Italie ;
  • la ligne 12 avec un train sur quatre entre Concorde et Mairie-d’Issy.

Sera ouverte entre 13 heures et 18 heures :

  • la ligne 3 bis avec un train sur quatre.

Les lignes 7 bis et 13 seront quant à elles toujours totalement interrompues. Il y aura en revanche trois bus sur quatre en moyenne.

Pour la circulation des RER, il faudra compter avec un train sur deux sur la ligne A entre 6 h 30 et 19 h 30. Sur les branches Cergy et Poissy en revanche, la circulation ne se fera qu’entre 6 h 30 et 9 h 30 puis entre 16 h 30 et 19 h 30. Sur le RER B, il y aura un train sur deux entre 6 h 30 et 9 h 30 puis entre 16 h 30 et 19 h 30, avec une interconnexion interrompue à la gare du Nord. Entre 9 h 30 et 16 h 30, il y aura un train sur trois en circulation. Toute la journée, la liaison sera assurée entre la gare du Nord et l’aéroport Paris-Charles-de-Gaulle, à raison d’un train sur trois.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi A la RATP et à la SNCF, une routine de la grève s’est installée

Face à la durée quasi inédite de ce mouvement social, le gouvernement enrage. Le secrétaire d’Etat aux transports, Jean-Baptiste Djebbari, avait reproché dimanche à la Confédération générale du travail (CGT) de pratiquer un syndicalisme « de blocage », voire d’« intimidation », quand le numéro un de la centrale, Philippe Martinez, accusait le gouvernement d’organiser « le bordel » et de jouer « le pourrissement » du conflit.

Notre sélection d’articles sur la réforme des retraites

Leave a Reply