Grève à l’Éducation nationale : 38,5% de grévistes dans les écoles selon le ministère, 75% selon le Snuipp-FSU – France Bleu

Spread the love

Exaspérés par la valse des protocoles sanitaires liés à l’épidémie de Covid-19, les enseignants et personnels de l’Éducation nationale sont appelés à cesser le travail ce jeudi pour protester contre la gestion par le gouvernement de la crise sanitaire dans les établissements scolaires. L’ensemble des syndicats enseignants, ainsi que les inspecteurs de l’Éducation nationale ou les chefs d’établissements, ont appelé à manifester. Les mouvements lycéens FIDL, MNL et La Voix lycéenne, ainsi que la FCPE, première organisation de parents d’élèves, ont aussi rejoint le mouvement, cette dernière invitant les parents à ne pas déposer leurs enfants à l’école. Une mobilisation qualifiée d’“historique” par le SNUipp-FSU, le premier syndicat du primaire.

Des milliers de manifestants partout en France

Dans les écoles maternelles et élémentaires, 38,5% des enseignants ont répondu à l’appel des syndicats a annoncé le ministère de l’Éducation nationale à la mi-journée. Le SNUipp-FSU avait évoqué 75% de grévistes. Dans les collèges et lycées, 62% des enseignants ont cessé le travail, selon le Snes-FSU qui a compté 80% de grévistes chez les AED [assistants d’éducation] et les surveillants. De son côté, le ministère a fait état de 23,73% d’enseignants grévistes dans le secondaire.

Des cortèges ont défilé dans toutes la France. À Reims, dans la Marne, 700 professeurs, personnels de l’Éducation nationale accompagnés d’élèves ont manifesté entre la Maison des syndicats et le rectorat. À Belfort, en Territoire de Belfort, 300 personnes se sont réunies devant l’inspection académique et des pancartes “marre d’être méprisés” ont été déposées devant le bâtiment. À Clermont-Ferrand, dans le Puy-de-Dôme, plus 1.200 manifestants ont défilé derrière le slogan “On veut des maîtresses”. Une délégation a également été reçue par le recteur de l’Académie. 

À Saint-Étienne, dans la Loire, un millier de manifestants se sont rassemblés devant la bourse du travail, avec des slogans tels que “Macron Blanquer, ça pass pas”, “des moyens pour l’école” ou encore “respect des personnels”. À Marseille, dans les Bouches-du-Rhône, 2.200 personnes ont défilé dans la matinée. Ils étaient plus de 1.200 dans les rues de Tours (Indre-et-Loire) selon les syndicats, près de 1.500 dans les deux Charentes, au moins 600 à Nice dans les Alpes-Maritimes, 700 à Avignon, dans le Vaucluse et autant à Laval en Mayenne.

Cortège de manifestants à Laval, en Mayenne.
Cortège de manifestants à Laval, en Mayenne. © Radio FranceEvan Lebastard

Des protocoles sanitaires “découverts à la télé”

En vingt ans de direction, c’est la première fois que je suis dépassée”, a raconté une directrice d’école des Pyrénées-Orientales à France Bleu Roussillon. “J’ai la tête sous l’eau, perdue dans les protocoles qu’on découvre à la télé.” 

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d’intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.


Gérer mes choix

Leave a Reply