Grenoble : un homme suspecté d’être l’auteur d’une fusillade le 3 août dernier a été interpellé mis en examen – France 3 Régions

Spread the love
Un homme de 23 ans interpellé vendredi 21 août dans le Var a été mis en examen et écroué, dimanche en Isère, où la justice le suspecte d’un règlement de comptes mortel début août à Eybens, près de Grenoble, selon le parquet.

Le 3 août en fin de soirée à Eybens, une voiture occupée par trois individus originaires de l’agglomération était contrainte de stopper par un obstacle lui barrant la route et essuyait plusieurs coups de feu.

Le passager avant droit, né en 1993 à La Tronche, était tué sur le coup ; le conducteur, né en 1996 à Grenoble, légèrement blessé, prenait la fuite et appelait les secours; le passager arrière, né en 1997 à Échirolles, sorti du véhicule, était indemne.

    
L’auteur des tirs était porteur d’une arme d’épaule et d’une arme de poing, selon les témoignages. Une voiture volée la nuit précédente et correspondant à celle qu’il a utilisée était retrouvée incendiée à Grenoble environ une heure après les faits.

    
Une enquête de flagrance pour assassinat était ouverte, confiée à la section de recherches de Grenoble ainsi qu’au groupement départemental de l’Isère. Les gendarmes ont exploité un profil ADN retrouvé sur la scène de crime, correspondant à un homme de 23 ans très défavorablement connu des services.

    
Le 18 août, le parquet de Grenoble ouvrait une information judiciaire et un mandat de recherche était lancé. Le suspect a été interpellé vendredi 21 août vers 18H00 à la gare SNCF de Sanary-sur-Mer, dans le sud, alors qu’il allait prendre le train, a précisé dimanche le procureur de la République, Éric Vaillant.

 Placé en garde à vue puis transféré à Grenoble en vue de sa présentation au magistrat instructeur, l’homme a été mis en examen pour assassinat, tentatives d’assassinats, vol et incendie de véhicule et placé en détention.Le parquet souligne que “les faits interviennent dans un contexte tendu de règlements de comptes entre trafiquants de stupéfiants” dans l’agglomération grenobloise.

 Les gendarmes isérois ont été épaulés par leurs collègues du GIGN, du groupement du Var, de la section de recherches de Marseille, ainsi que des sections régionales d’appui judiciaire de Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets

Leave a Reply