Le député Les Républicains du Lot, Aurélien Pradié, estime que le grand débat national, voulu par le chef de l’État, “manque de sincérité”. 

Emmanuel Macron retourne sur la scène du grand débat national face à 600 maires d’Occitanie rassemblés à Souillac, dans le Lot, vendredi 18 janvier. “Emmanuel Macron veut venir dans le Lot, mais loin des réalités du pays”, a déclaré sur franceinfo, vendredi, Aurélien Pradié, député Les Républicains du Lot et membre de la commission des lois.

franceinfo : Que pensez-vous du dispositif mis en place pour accueillir Emmanuel Macron ?

Aurélien Pradié :Les Français et les “gilets jaunes” sont tenus à très large distance de la ville. On est dans un état de siège absolument invraisemblable, je n’ai jamais vu ça, ni ici, ni ailleurs. Emmanuel Macron veut venir dans le Lot, mais loin des réalités du pays. Je suis choqué [par le système de sécurité mis en place] .

Allez-vous vous exprimez lors de ce débat ?

Je suis moi-même député et pas certain de pouvoir m’exprimer pendant le grand débat. Depuis quelques heures, on me fait comprendre, autour de l’Elysée, que c’est mal venu et qu’en plus, si je suis un député de l’opposition, j’aurais encore moins de raisons de m’exprimer. Tout cela me paraît superficiel, artificiel et factice. Cela m’inquiète beaucoup parce que lorsqu’on va se réveiller après l’opération de séduction, il restera les mêmes ruines qu’avant.

Emmanuel Macron peut-il encore séduire ?

Les opérations séduction, j’ai passé l’âge d’y être sensible. Peut-être qu’Emmanuel Macron peut séduire encore quelques maires, mais les convaincre, c’est une autre affaire. Les maires ne sont pas la ceinture de sécurité d’Emmanuel Macron.

Les maires ne sont pas de bons interlocuteurs pour le chef de l’Etat ?

Bien sûr que si, ils sont de bons interlocuteurs depuis le début. Mais il y a un passif. On ne peut pas, en seulement sept heures de débat et de petites performances, effacer le fait qu’Emmanuel Macron a juste oublié de venir au Congrès des maires à Paris parce qu’il avait peur de se faire chahuter, que depuis des semaines, des mois, deux ans, il les méprise, les néglige comme il le fait avec les parlementaires. Tout ça me paraît un peu facile. Je ne veux pas taper en permanence sur Emmanuel Macron mais je dis simplement que cet épisode-là manque franchement de sincérité.

Let a comment