Google fait face à un troisième procès antitrust aux Etats-Unis

Spread the love
Google fait face à un troisième procès antitrust aux Etats-Unis

Google est de nouveau poursuivi en justice pour des allégations d’ententes, cette fois-ci par plus de 30 États américains, pour avoir abusé de son pouvoir de marché afin de réorganiser les résultats de recherche pour éliminer la concurrence.

Selon la plainte, Google a méthodiquement enterré les sites et services de ses concurrents dans ses propres résultats de recherche, bien que ces concurrents payent Google pour des services de publicité, et, en même temps, a mis en évidence ses propres services. Cela a empêché les entreprises de créer des services spécialisés qui auraient pu faire de l’ombre au moteur de recherche de Google, selon la plainte.

« Ainsi, Google empêche ses propres clients publicitaires de faire connaître leur valeur aux consommateurs d’une manière qui serait bénéfique pour la concurrence, les consommateurs et les annonceurs. Ce faisant, Google dégrade l’accès fourni aux services spécialisés par rapport à d’autres services qui ne constituent pas une menace pour la concurrence », indique la plainte.

publicité

Pas de place pour un nouvel entrant

Cet abus de pouvoir a donné à Google près de 90% du marché de la recherche sur Internet, ont déclaré les plaignants. À titre de comparaison, le groupe bipartite a déclaré qu’aucun moteur de recherche concurrent ne détient plus de 7 % du marché et que, au cours de la dernière décennie, aucun nouvel entrant sur le marché de la recherche générale aux États-Unis n’a représenté plus de 1 % des recherches sur Internet au cours d’une année donnée.

« Notre économie est plus concentrée que jamais, et les consommateurs se retrouvent coincés lorsqu’ils sont privés de choix en matière de produits et de services de valeur. Les actions anticoncurrentielles de Google ont protégé ses monopoles de recherche générale et exclu ses rivaux, privant les consommateurs des avantages de choix concurrentiels, freinant l’innovation et sapant l’entrée de nouveaux venus ou l’expansion », a déclaré le procureur général du Colorado, Phil Weiser.

En réponse au dernier procès, le directeur de la politique économique de Google, Adam Cohen a déclaré dans un article de blog que la société était prête à répondre aux questions mais combattrait les allégations. « Cette action en justice vise à remanier le système de recherche de manière à priver les Américains d’informations utiles et à nuire à la capacité des entreprises à se connecter directement avec les clients. Nous sommes impatients de porter cette affaire devant les tribunaux, tout en restant concentrés sur la fourniture d’une expérience de recherche de haute qualité pour nos utilisateurs », avait-il soutenu.

Accusations en cascade

Il s’agit de la troisième action en justice intentée contre Google par les autorités américaines ces derniers mois, la dernière en date survenant un jour seulement après que dix autres États américains ont accusé Google de collusion avec Facebook pour manipuler le marché de la publicité numérique, et deux mois après que le ministère de la justice a déposé une plainte similaire contre les pratiques monopolistiques du groupe.

Pendant ce temps, la FTC et 40 procureurs généraux des États fédérés ont accusé la semaine dernière Facebook, dans deux procès distincts, d’avoir acheté Instagram et WhatsApp pour écraser des rivaux plus petits et étouffer la concurrence. Les deux procès ont demandé à Facebook de se désinvestir d’Instagram et de WhatsApp.

Pris ensemble, ces procès indiquent un changement de perception des gouvernements à l’égard des grandes entreprises technologiques, qui sont désormais considérées comme des monopoles qui étouffent la concurrence.

Cette pression pour une surveillance accrue des grandes entreprises technologiques n’est pas seulement aux États-Unis. Rappelons que la Commission européenne vient également de présenter deux nouveaux textes législatifs qui pourraient lui donner le pouvoir de contraindre les grandes entreprises technologiques à supprimer les contenus préjudiciables et à ouvrir la concurrence, faute de quoi elles risquent de payer de lourdes amendes.

Source : ZDNet.com

Leave a Reply