Google aurait bien enfreint cinq brevets détenus par Sonos

Spread the love
Google aurait bien enfreint cinq brevets détenus par Sonos

Sonos gagne une manche contre Google. Après avoir attaqué début 2020 Google en justice pour violation de brevets, Sonos vient de remporter une première bataille contre le géant américain. La Commission américaine du commerce international (ITC), un organisme indépendant, a rendu vendredi une décision préliminaire dans le cadre de ce litige, estimant que Google a enfreint cinq brevets valides appartenant à la société spécialisée dans l’audio. Pour rappel, celle-ci accuse depuis de nombreux mois Google d’avoir eu accès à sa technologie propriétaire en 2013, au moment où les deux entreprises collaboraient pour adapter le service de streaming Google Play Music aux enceintes Sonos.

« Aujourd’hui, le juge de droit administratif a estimé que les cinq brevets revendiqués par Sonos sont valides, et que Google les enfreint tous », s’est réjoui Eddie Lazarus, le directeur juridique de Sonos, dans un communiqué transmis à la rédaction de ZDNet. « Nous sommes heureux que l’ITC ait confirmé la violation flagrante par Google des inventions brevetées de Sonos. Cette décision réaffirme la force et l’étendue de notre portefeuille, marquant une étape prometteuse dans notre poursuite à long terme pour défendre notre innovation contre le détournement par les monopoles Big Tech. »

Selon l’ITC, Google a bel et bien violé les lois américaines en important et vendant outre-Atlantique certains lecteurs et contrôleurs audio, ainsi que leurs composants respectifs. Sonos a réclamé à l’ITC d’émettre une ordonnance d’exclusion limitée et des ordonnances de cessation et de désistement à l’encontre de Google.

publicité

La bataille juridique continue

Pour Sonos, Google aurait exploité sa technologie à partir de 2015, avec sa clé Chromecast Audio, avant de l’étendre progressivement à ses autres appareils connectés multiroom. Dans une plainte annexe, déposée devant la justice américaine début 2020, Sonos mentionne également Amazon, en laissant entendre qu’il a enfreint sa technologie, même si aucune poursuite n’a pour le moment été engagée contre le géant du e-commerce.

Il s’agit d’un combat de première importance pour Sonos, qui, après avoir été un pionnier de l’audio en réseau, a vu ses enceintes éclipsées ces dernières années par les Google Home et Amazon Echo. Ces dernières années, Google et Amazon ont en effet proposé leurs haut-parleurs intelligents pour une fraction du prix d’un haut-parleur Sonos, inondant le marché d’appareils afin d’attirer les clients dans leurs écosystèmes numériques respectifs.

De son côté, Google a contre-attaqué en juillet 2020, en affirmant que Sonos a de son côté violé cinq de ses brevets liés à la gestion des droits numériques (DRM), aux notifications de disponibilité de contenu, à la recherche personnalisée sur le réseau, au contrôle de l’écho et du bruit et au réseau maillé. « Sonos a fait de fausses déclarations sur le travail commun des entreprises et la technologie de Google dans les poursuites que Sonos a intentées contre Google au début de l’année », faisait alors savoir la direction du géant américain.

Leave a Reply