GoldenEye 007 : le jeu légendaire de la N64 pourrait faire son retour

Spread the love

C’est peu dire qu’il a marqué les esprits. GoldenEye 007, sorti en exclusivité sur Nintendo 64 a été un des titres phares de la console. Les gameurs ont particulièrement apprécié ce jeu qui permettait de revivre les événements du film sorti deux ans auparavant. Outre une aventure solo très solide pour les critères de l’époque, il était aussi possible d’affronter ses amis écran splitté.

Un remake est déjà jouable par émulateur

GoldenEye 007 fait donc partie de ces jeux madeleine de Proust sur lequel tout le monde a un bon souvenir. Dans ces conditions, l’idée d’un remake est évoquée depuis très longtemps. Elle n’a jamais été confirmée mais de nouvelles informations viennent de nouveau agiter les fans de l’agent secret britannique. Ainsi, Danjaq, la société qui gère les droits de la licence James Bond a renouvelé la marque GoldenEye.

Cette découverte a été faite par Nick Baker, le co-fondateur du site XboxEra sur Twitter. Il s’est enflammé : « attendez…est-ce que Danjaq m’a enfin écouté ? ». Le tout assorti d’un lien vers la marque déposée GoldenEye en date du 16 mars dernier. Cette information laisse donc espérer du mouvement du côté de la saga mais rien n’indique pour autant qu’un remake est en préparation, et Danjaq n’a d’ailleurs fait aucune déclaration à ce sujet.

Cette société s’est déjà illustrée à ce sujet par le passé en s’opposant très fermement au développement d’un remake créé par les fans du jeu. Ce dernier qui portait le nom de GoldenEye 25 a donc été stoppé dans l’urgence par le développeur en charge du projet.

Pour rappel, les gameurs nostalgiques peuvent depuis récemment récupérer la ROM du remake de GoldenEye 007 prévu pour Xbox 360, et qui n’a finalement jamais vu le jour. Il suffit pour cela d’utiliser un émulateur. À noter qu’il est possible de jouer en solo ou en multijoueur local. Ceux qui veulent regoûter à l’ambiance du jeu sur la N64 peuvent même appuyer sur un bouton qui permet de retrouver les graphismes de la fin des années 90.

Leave a Reply