Glaces, biscuits, chocolat, pains : plus de 7.000 produits rappelés en raison de la présence d’un pesticide – France Bleu

Spread the love

Des crèmes glacées de toutes les marques, des biscuits, des tablettes de chocolat, du hoummous, des bagels, biscottes et pains, ou même des salades. Plusieurs milliers de produits alimentaires contenant des graines de sésame sont actuellement retirés de la vente et rappelés, selon un fichier de la DGCCRF mis à jour ce lundi 14 juin. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d’intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.


Gérer mes choix

Un pesticide bien au-delà des limites autorisées 

Ce retrait/rappel a été ordonné en raison de la présence possible d’un pesticide, l’oxyde d’éthylène, bien au-delà des taux autorisés dans des lots de graines de sésame importés, utilisés pour la fabrication de ces produits.

Les autorités sanitaires françaises ont en fait été informées début septembre, par leurs confrères belges, de la présence d’oxyde d’éthylène en trop forte quantité dans certains lots de graines de sésame importées.

Plus de 7.000 références rappelées 

Depuis, des investigations ont été lancées par la DGCCRF et, dans l’attente des résultats, la liste des produits rappelés est régulièrement actualisée. Plus de 7.000 références correspondant à des centaines de types de produits sont désormais concernées.

Une substance classée cancérigène et mutagène 

L’oxyde d’éthylène est “classé cancérigène, mutagène, c’est-à-dire pouvant causer des anomalies génétiques”, a indiqué Benjamin Dourize, rédacteur en chef adjoint de 60 Millions de consommateurs à franceinfo. Le risque concernerait toutefois “surtout une consommation prolongée et en quantité”.

En novembre, le magazine faisait état de teneurs “plusieurs centaines, voire des milliers de fois supérieures à la limite autorisée” pour ce pesticide dans les produits mis en cause. 

Leave a Reply