Arrêté samedi soir dans le centre de la capitale girondine où il était venu manifester, celui qui se fait appeler “Fly Rider” sur les réseaux sociaux a été relâché peu après. 

C’est l’une des figures du mouvement des “gilets jaunes”. Maxime Nicolle a été brièvement interpellé, samedi 26 janvier dans la soirée, à Bordeaux (Gironde) où il était venu manifester dans l’après-midi, a appris France 2 auprès de la préfecture. Celui qui se fait appeler “Fly Rider” sur les réseaux sociaux “faisait parti d’un attroupement à qui il a été donné l’ordre de dispersion, rapporte la préfecture. Malgré cet ordre, il est resté et a incité les autres à faire de même”. Il a été relâché un peu plus tard dans la soirée.

Après avoir participé à la manifestation des “gilets jaunes” dans les rues de Toulouse il y a une semaine, Maxime Nicolle a cette fois fait le choix d’être présent dans la capitale girondine, une autre place forte du mouvement dans le sud-ouest. La manifestation a été ponctuée d’accrochages, mais d’une intensité moindre que les derniers week-ends. Quarante-neuf personnes ont été interpellées selon la préfecture, qui, pour la première fois depuis le début du mouvement, n’a pas communiqué sur les chiffres de la mobilisation. 

S’exprimant à des journalistes en début de rassemblement, Maxime Nicolle a lancé ces quelques mots : “A ceux qui disent que le mouvement s’essouffle, je dis ‘regardez. Regardez ce qui se passe. On est au mois de janvier. On est toujours là. Et on sera là le temps qu’il faudra'”. Au cours de la journée, il avait aussi fait de nombreux selfies avec d’autres “gilets jaunes”, et même signé quelques autographes.

Let a comment