A Toulouse, le 16 novembre lors de l’acte 14 des — Eric CABANIS / AFP

Trois mois après la première manifestation des «gilets jaunes», le mouvement reste très suivi à Toulouse. Samedi ils étaient encore des milliers à battre le pavé dans les rues de la Ville rose : 4.000 selon la police, beaucoup plus selon ceux qui ont pris part au cortège, sur les
41.500 recensés officiellement en France.

Après un défilé dans le calme, comme chaque samedi, la manifestation s’est achevée par quelques heurts. « Quelques incidents ont eu lieu à différents endroits à Toulouse avec des tags et appositions d’affiches, des feux de poubelles, une barricade et des jets de projectiles en direction des forces de l’ordre », a indiqué la préfecture en milieu de matinée dimanche, dressant un bilan de neuf blessés légers parmi les forces de l’ordre.

Dix-neuf personnes ont aussi été interpellées, parmi lesquelles dix-sept se trouvaient toujours en garde à vue dimanche.

Toulouse reste, avec Bordeaux, l’un des bastions du mouvement, soutenus par la CGT et des mouvements de gauche, notamment la France Insoumise.

Marche des femmes, acte 6

Dès samedi matin, des « gilets jaunes » avaient renoué avec leurs actions passées de barrages filtrants sur les ronds-points des centres commerciaux et un blocage de l’entrepôt Amazon.

Un « retour aux sources » qui pourrait avoir à nouveau lieu ce mardi puisqu’un blocage national des dépôts et raffineries est annoncé.

En attendant, comme chaque dimanche depuis six semaines, une marche des femmes «gilets jaunes» est organisée à 13h, suivie d’une assemblée générale à 15h à la salle Jean-Mermoz où les actions à venir seront débattues.

Let a comment