Gérald Darmanin porte plainte contre Audrey Pulvar : 5 minutes pour comprendre la polémique – Le Parisien

Spread the love

Contre toute attente, Gérald Darmanin a annoncé dimanche soir porter plainte « au nom du ministère de l’Intérieur » contre Audrey Pulvar, l’accusant de « diffamer la police ». « Le débat politique et électoral ne peut pas se faire en crachant à la figure des policiers », a-t-il complété lundi. Cette plainte vise une « succession de propos », a précisé l’entourage du ministre de l’Intérieur, pointant encore des déclarations publiques de l’adjointe à la Mairie de Paris datant de 2020.

Une « tentative d’intimidation », a fustigé l’intéressée qui compte à son tour… déposer plainte contre le locataire de la Place Beauvau pour diffamation et dénonciation calomnieuse. Le Parisien fait le point.

Quels propos sont visés ?

La plainte semblait d’abord viser les propos tenus samedi par l’ex-journaliste concernant la mobilisation des policiers mercredi dernier devant l’Assemblée nationale. Une manifestation « soutenue par l’extrême droite, à laquelle participe un ministre de l’Intérieur, qui marche sur l’Assemblée nationale pour faire pression sur les députés en train d’examiner un texte de loi concernant la justice, c’est une image qui pour moi était assez glaçante », avait-elle jugé au micro de Franceinfo. Une déclaration qui relevait davantage de la prise de position que de la diffamation, avaient souligné dès dimanche soir plusieurs juristes sur les réseaux sociaux.

Mais la plainte pour « diffamation » viserait finalement une « succession de propos », a précisé l’entourage de Gérald Darmanin ce lundi matin. Le candidat aux élections régionales dans les Hauts-de-France pointe notamment une vidéo d’Audrey Pulvar datant de juin 2020, exhumée samedi sur Twitter par Pierre Liscia, porte-parole de Libres !, le mouvement de Valérie Pécresse, candidate à sa réélection en Île-de-France.

Dans cette courte séquence, l’ancienne journaliste dénonce « le racisme dans la police » en France, lors d’une manifestation à Paris en hommage à George Floyd, cet Afro-américain tué par un policier à Minneapolis. « Le racisme dans la police aujourd’hui, c’est évidemment Théo [NDLR : victime d’une violente interpellation en février 2017], c’est évidemment Adama [NDLR : Adama Traoré, mort en juillet 2016]. Ce sont tous ces garçons et toutes ces filles qui subissent, qui ont subi et qui parfois sont morts », avait-elle affirmé.

Quelle réponse ?

La réponse du camp Pulvar ne s’est pas fait attendre. Peu après l’annonce de Gérald Darmanin, la liste Île-de-France en Commun a condamné une « tentative d’intimidation d’une candidate d’opposition, par un ministre de l’Intérieur, par ailleurs en charge de l’organisation des élections ». Fustigeant une « atteinte à la liberté d’expression d’une extrême gravité », les avocats d’Audrey Pulvar ont « pris la décision de porter plainte contre le ministre de l’Intérieur pour diffamation et dénonciation calomnieuse », ont-ils précisé.

Pourquoi la plainte du ministère pourrait difficilement aboutir ?

Le caractère diffamatoire des propos d’Audrey Pulvar n’aurait rien d’évident, ont soutenu dès dimanche soir, nombre de juristes. Un avis partagé par Lise Yildirim, avocate au barreau de Paris : « La diffamation se définit par l’imputation de faits portant atteinte à l’honneur ou à la considération d’une personne ou d’un corps constitué. Dans ses propos tenus samedi, Audrey Pulvar parle d’une manifestation glaçante. Il s’agit surtout d’une opinion qui s’inscrit dans le cadre d’un débat politique houleux et d’une campagne électorale », rapporte l’avocate auprès du Parisien.

« De plus, la candidate peut s’appuyer sur un certain nombre d’éléments objectifs qui justifient sa prise de position, à savoir le fait qu’il y avait bien une manifestation de policiers devant l’Assemblée mercredi, pour faire pression dans le cadre de l’examen d’un texte sur la justice, et la présence réelle du ministre de l’Intérieur comme de l’extrême droite à cette manifestation. C’est une réalité objective », note-t-elle.

Et que dire des propos tenus en 2020 ? « Ceux-ci ne pourront pas être poursuivis », ajoute Lise Yildirim, rappelant que le délai de prescription en matière de diffamation est de trois mois. L‘entourage de l’ex-maire de Tourcoing a toutefois soutenu que ces éléments pourraient « être versés en accompagnement de la plainte pour l’étayer ». Mais là encore, cela semble peu plausible, estime Lise Yildirim. « On peut évidemment prendre en considération des éléments extrinsèques pour justifier une plainte. Mais les propos d’Audrey Pulvar en 2020 n’ont pas de lien direct avec ceux qu’elle a tenus il y a deux jours concernant la manifestation des policiers et la participation de l’extrême droite », ajoute l’avocate.

Une stratégie électorale ?

Les réactions de la gauche se sont multipliées depuis l’annonce du dépôt de plainte. De la France insoumise jusque dans les rangs du PS, en passant par les écologistes, beaucoup pointent une « tentative d’intimidation » dans un contexte électoral. Pour rappel, le ministre de l’Intérieur est lui-même candidat aux régionales dans les Hauts-de-France et aux départementales dans le Nord.

« Gérald Darmanin sait que le tribunal le débouterait s’il devait être saisi. Mais il est prêt à marcher sur l’état de droit, à insulter nos traditions républicaines, pour faire taire son opposition », a ainsi dénoncé le maire écologiste de Grenoble, Éric Piolle. « Jusqu’ici dans une démocratie, on pouvait encore exprimer une opinion sans que le ministre chargé des élections ne se sente autorisé à intimider une adversaire politique. Total soutien à Audrey Pulvar », a estimé de son côté le Premier secrétaire du Parti socialiste Olivier Faure dans la nuit de dimanche à lundi.

« Ce dépôt de plainte relève davantage d’une volonté de réagir, de marquer sa colère et de se positionner dans un contexte purement électoral. Car le ministre doit le savoir : une telle plainte déposée au nom du ministère de l’Intérieur aurait une chance d’être examinée au plus tôt d’ici deux ou trois ans… », avance Lise Yildirim.

Leave a Reply