Dans cette église qui porte le deuil, il est assis au premier rang. À sa droite, le Premier ministre, Édouard Philippe. À sa gauche, son grand ami, le ministre Sébastien Lecornu (Collectivités territoriales). Les mains jointes, Gérald Darmanin écoute l’hommage de la fille de Didier Droart à son père, maire de Tourcoing récemment décédé. En regardant Darmanin, elle dit : “Tu es le fils que mon père aurait aimé avoir.” Lorsqu’il prononce à son tour quelques mots d’adieu, il dépeint cette vie d’élu recevant “les honneurs” et confronté aux “­bassesses”, une vie entre “remerciements et insultes”. Puis il évoque la mémoire du défunt, “qui se levait le matin en pensant politique et se couchait en pensant politique”.

Lire aussi – Prélèvement à la source : Gérald Darmanin joue son avenir politique

On ne peut s’empêcher d’y voir aussi une forme d’autoportrait. Encarté avant même d’être majeur, Darmanin n’a que 36 ans, mais il a déjà été député, vice-président du conseil régional des Hauts-de-France et maire de Tourcoing pendant plus de trois ans, avant de confier son fauteuil à Didier Droart pour devenir ministre de l’Action et des Comptes publics d’Emmanuel Macron.

Un ministre “particulièrement affecté”

Proche de Darmanin, le président (ex-LR) de la région Hauts-de-France, Xavier Bertrand, assiste aussi à la cérémonie, tout comme la maire PS de Lille, Martine Aubry. Le président des Républicains, Laurent Wauquiez, arrivera seulement à la toute fin de la cérémonie, son TGV étant resté “bloqué un moment” durant le trajet, selon son entourage.

Darmanin est un grand sensible

Si, depuis l’église, Gérald Darmanin voulait regagner la mairie, il n’aurait que quelques pas à faire. Et c’est précisément à ces quelques pas que le gouvernement est suspendu. Lui qui est toujours premier adjoint choisira-t-il de reprendre ses fonctions de maire lors du vote du conseil municipal prévu jeudi? Il doit s’entretenir dimanche matin avec les membres de l’équipe municipale et leur en dire un peu plus sur ses intentions. Avant de les dévoiler publiquement d’ici au 7 février.

Ses collègues qui l’ont croisé au Conseil des ministres dépeignent un homme “sous le choc”. “­Darmanin est un grand sensible”, pointe un conseiller. “Il est malheureux”, ajoute un proche de Philippe. Du coup, beaucoup s’inquiètent : “Macron va essayer de le retenir, mais il a assez d’indépendance et d’autonomie pour partir, dit un ministre. Il a vraiment envie de retourner là-bas.”

“Gérald a une occasion de sortir par le haut car il a réussi le challenge du prélèvement à la source”, note un proche du Président. “Il a été particulièrement affecté par ce décès, mais si vous demandez s’il va quitter le gouvernement, la réponse est non”, assure, a contrario, un de ses amis.

Darmanin n’a pas renoncé à Tourcoing pour autant

Selon toute vraisemblance, il devrait choisir de rester au gouvernement. De ne pas provoquer un remaniement en pleine crise des Gilets jaunes. À l’Élysée, on glisse que le Président, qui s’est longuement entretenu avec lui cette semaine, “a de l’estime pour lui”. Tout en rappelant qu’il n’y a “pas de cumul possible” entre un mandat de maire et un poste de ministre.

Je ne cherche pas un successeur à Tourcoing, je cherche un remplaçant

À Matignon, on se montre plus prolixe : “Ce serait une perte pour le Premier ministre et une perte pour le gouvernement. C’est un très bon ministre, qui pilote bien son administration sur des sujets très importants comme le prélèvement à la source. Ce n’est pas la même chose avec ou sans lui.”

Son ministère devrait pour l’heure avoir la préférence, mais Gérald ­Darmanin risque fort de finir par sauter le pas, plus tard. “Je ne cherche pas un successeur à Tourcoing, je cherche un remplaçant, confiait-il à des proches il y a peu. Si je suis au gouvernement, ce n’est pas pour mes diplômes mais parce que je suis un élu. Ma légitimité vient de là : si je ne suis plus élu, je ne suis rien.” L’homme n’a donc pas renoncé à la mairie de Tourcoing et aux municipales de 2020. Il sera en tout état de cause candidat. Reste à savoir quelle place il occupera sur la liste. 

Let a comment