Gel : le gouvernement va activer le régime de calamité agricole – Les Échos

Spread the love

Publié le 9 avr. 2021 à 7:59Mis à jour le 9 avr. 2021 à 8:38

Les efforts nocturnes des agriculteurs pour limiter les dégâts du gel, en dispersant des braseros entre leurs vignes ou en aspergeant d’eau les vergers pour créer une coque de glace autour des bourgeons, n’ont pas suffi : les cultures sont sévèrement touchées dans plusieurs régions de France. Face à cette vague de froid qui touche de nombreuses régions ces derniers jours, le gouvernement va déployer le régime de calamité agricole à la suite de l’épisode de gel, a annoncé jeudi soir Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture, qui a évoqué un événement « particulièrement difficile ». Le régime des calamités agricoles peut intervenir afin d’indemniser les agriculteurs qui ont subi une perte de récolte après la reconnaissance, par les autorités, d’un aléa climatique tel qu’une sécheresse ou en l’occurrence le gel.

VIDEO. Des bougies pour sauver les vignes du gel

« Notre mobilisation est totale pour que les mesures d’accompagnement soient mises en place le plus rapidement possible », a déclaré le ministre sur France Info. « On va étudier également les dispositifs fiscaux habituels que nous pouvons mettre à disposition de ces agriculteurs qui sont face à ces difficultés », a-t-il ajouté, tout en précisant qu’il est encore trop tôt pour déterminer le coût exact des dégâts, notamment car d’autres épisodes de gel sont à craindre ces prochains jours.

Une chose est déjà sûre à ce stade, « les pertes sont importantes », a prévenu le ministre. Pour accompagner les exploitants touchés, le ministre a par ailleurs promis la pleine mobilisation des assureurs et des banquiers.

« Semaine noire » pour les viticulteurs et les arboriculteurs

« Dans de nombreuses régions, du nord au sud et de l’est à l’ouest, les dégâts sont impressionnants chez les viticulteurs et chez les arboriculteurs. La détresse est grande aussi dans le monde des grandes cultures. Les impacts sur le colza, en pleine floraison, sont dramatiques, comme sur les semis de betteraves : de très nombreux planteurs vont devoir ressemer plus de la moitié de leur surface », s’est alarmée, jeudi, la FNSEA .

« On sait déjà qu’on va avoir une très faible récolte en 2021 », a déclaré Jean-Marie Barillère, président du Cniv qui réunit les interprofessions des vins AOP et IGP. Le gel, qui a commencé à sévir il y a quatre jours, a « touché 80 % du vignoble français ». « Les arboriculteurs et les viticulteurs viennent de vivre une semaine noire », résume-t-il. Selon le Conseil interprofessionnel des vins de Bordeaux (CIVB), il est « déjà certain que ce gel du printemps impactera sévèrement le volume de la récolte 2021 » : le gel a « durement frappé » de vastes zones du vignoble du Bordelais.

Leave a Reply