La situation est plutôt mitigée pour Iliad, qui vient de dévoiler un exercice 2018 plutôt difficile, l’obligeant à revoir ses prévisions pour 2020. Contraint de baisser son objectif de trésorerie pour 2020, l’opérateur a annoncé qu’il pourrait céder une partie de ses antennes mobiles. Son chiffre d’affaires affiche ainsi, une croissance presque nulle de 0,6% à 4,9 milliards d’euros sur l’année, mais uniquement grâce à ses nouvelles activités en Italie. En effet, ses revenus en France ont chuté de 1,9% (4,77 milliards), son résultat net a baissé de 18,5% (à 330 millions) et son Ebitda est en recul de 1,2% à (1,76 milliard). Le groupe fait ainsi les frais d’une concurrence de plus en plus rude sur l’Hexagone, avec un nombre d’abonnés fixes et mobiles en baisse (93 000 d’entre eux sont effectivement allés « voir ailleurs » au dernier trimestre, soit 254 000 en un an).

Iliad comptait désormais 19,868 millions d’abonnés contre 20 215 millions l’an passé, une première. Sans donner plus de précisions, Iliad annonce également un recul de la base d’abonnés à 2 euros mensuels (gratuit pour les abonnés Freebox) sur le mobile et de la base d’abonnés fixes liée aux formules en fin de promotion.

En outre, malgré un lancement très attendu, la Freebox Delta n’a pas eu le temps d’avoir un impact sur l’exercice 2018. Cette dernière a en effet été commercialisée trop tard (mi- décembre) et n’a pas pu en 15 jours combler le retard. Il faudra attendre l’an prochain ou une situation intermédiaire pour pouvoir se prononcer sur son succès comptable.

Source

Let a comment