Frédérique Vidal compte sur la vaccination pour une rentrée universitaire en présentiel – Le Monde

Spread the love

C’est « la boussole » de la ministre de l’enseignement supérieur : la rentrée universitaire « 100 % en présentiel, partout, pour toutes les activités qui se déroulent sur les campus ». Un objectif inatteignable sans une vaccination massive des étudiants, a toutefois prévenu Frédérique Vidal, lors d’une conférence de presse, vendredi 9 juillet, où elle a tiré le bilan du rapport intitulé « Désir de rentrée » remis le 30 juin par l’ancienne rectrice Françoise Moulin Civil.

Pour ne pas avoir, comme cette année, à jongler entre des jauges d’occupation des locaux évoluant au rythme de la pandémie, la vaccination est « notre meilleure arme », a assuré Mme Vidal, qui lance une campagne de communication à destination des jeunes cet été. « Les étudiants sont responsables et savent très bien que sur un campus, on se croise, on se brasse, on se mélange… Ils ne veulent pas du tout rester dans un dispositif hybride imposé et ils sont très nombreux à vouloir être vaccinés », selon la ministre, qui cite les résultats d’une étude de Santé publique France : 71 % des étudiants sont engagés ou déclarent vouloir s’engager dans le processus de vaccination. Si toutefois « la vaccination n’est pas au rendez-vous au cours des premières semaines de la rentrée, nous prendrons, en lien avec les autorités sanitaires, les décisions qui s’imposent selon la situation que nous constaterons à l’automne », a-t-elle ajouté.

Appuyées par les agences régionales de santé, des équipes mobiles se déplaceront sur les campus pour installer des « barnums de vaccination » comme expérimenté à CY Cergy Paris Université. Dans le cadre des week-ends d’intégration, le passe sanitaire devrait être obligatoire pour tous les étudiants.

300 millions d’euros en plus

Alors que quelques universités, comme Sorbonne Nouvelle, ont annoncé que des cours magistraux resteraient en distanciel, la ministre encourage l’usage des nouvelles technologies pour renouveler l’enseignement. Le ministère recommande toutefois aux établissements de maintenir autant que possible les enseignements en présence, notamment pour les travaux dirigés. « Le numérique peut être au service d’une relation pédagogique revisitée, par exemple avec la mise en place de démonstrateurs dans les établissements, en partenariat avec les entreprises de l’EdTech », a affirmé Frédérique Vidal. Soixante millions d’euros ont été investis cette année pour le numérique et 100 millions supplémentaires sont prévus, sous l’égide du secrétariat général pour l’investissement (SGI) afin de « définir le modèle de la pédagogie hybride pour les prochaines années ».

Il vous reste 44.84% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply