Posted on
Spread the love

France Télécom : Didier Lombard condamné

Le tribunal correctionnel de Paris rendait aujourd’hui son verdict dans l’affaire France Télécom et a décidé de suivre les réquisitions du procureur en condamnant le management de la société à des peines de prison pour harcèlement moral. Le tribunal avait examiné les cas de 39 employés victimes des mesures de management mises en place entre 2007 et 2010 : 19 d’entre eux s’étaient suicidés et 12 autres avaient tenté de le faire.

Didier Lombard, Louis-Pierre Wenès et Olivier Barberot ont tous trois été reconnus coupables de harcèlement moral. Les trois cadres, respectivement PDG, directeur des opérations et directeur des ressources humaines, ont été condamnés à un an de prison dont huit mois de sursis et 15 000 euros d’amende. France Télécom a été condamnée à 75 000 euros d’amendes. Quatre autres cadres ont été reconnus complices de harcèlement moral et condamnés à des peines de sursis de quatre mois et des amendes de 5 000 euros. Les prévenus sont condamnés sur la période 2007/2008, mais relaxés sur les faits de la période 2009/2010.

publicité

Harcélement institutionnalisé

Le verdict était attendu : c’est en effet la première fois que la justice française reconnaît un harcèlement moral institutionnalisé. Les faits avaient eu lieu entre 2007 et 2010 : à cette époque, France Télécom amorce sa mutation vers ce qui deviendra par la suite Orange. Didier Lombard a été l’artisan de cette mutation de l’entreprise, qui avait poussé 22 000 employés vers la sortie et muté 10 000 autres.

Le management mis en œuvre à l’époque par la direction avait pour objectif de pousser le maximum d’employés à accepter les départs forcés, dans une logique qualifiée de “jusqu’au-boutiste” par la cour. Didier Lombard a indiqué vouloir faire appel, tandis qu’Orange a fait savoir par voie de communiqué qu’elle « prenait acte de la décision du tribunal » et qu’elle ne ferait pas appel de la décision.

Advertisements

Leave a Reply