Foxconn délocalise la production d’iPad et de MacBook au Vietnam à la demande d’Apple

Spread the love
Foxconn délocalise la production d'iPad et de MacBook au Vietnam à la demande d'Apple

La guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine continue de faire des dégâts dans l’Empire du Milieu. Le fabricant taïwanais Foxconn, partenaire traditionnel d’Apple, vient en effet de déménager l’assemblage d’iPad et de MacBook de la Chine vers le Vietnam à la demande de la marque à la Pomme, qui souhaite se prémunir en cas de nouvelle escalade des tensions entre Washington et Pékin.

Selon une source proche du dossier citée par l’agence Reuters, ce déménagement doit permettre à Apple “de diversifier sa production” pour ne pas être pris dans la guerre commerciale intense que se livrent les deux géants. Cette nouvelle doctrine a été adoptée par Apple et nombre d’autres géants techologiques alors que l’administration sortante du président américain Donald Trump encourage les entreprises à délocaliser leur production hors de Chine sous peine de sanctions, une politique agressive qui devrait selon toute vraisemblance être poursuivie par son successeur, le futur président américain Joe Biden.

Les chaînes de montage de Foxconn pour les iPads et MacBooks d’Apple seront désormais situées dans son usine de la province de Bac Giang, au nord-est du Vietnam. Celles-ci seront opérationnelles au cours du premier semestre 2021. Sous le feu de la pression américaine, la société taïwanaise Foxconn, spécialisée dans la production de matériels technologiques pour de nombreux géants américains, souhaite maintenant se désengager de Chine. Et de voir dans le Vietnam une base de repli idoine, comme le prouve le plan d’investissement de 270 millions de dollars annoncé ce mardi dans sa filiale vietnamienne.

publicité

Deux “blocs”, deux chaînes d’approvisionnement

Le fabricant prévoit également de fabriquer des téléviseurs dans son usine vietnamienne dans les prochaines semaines, notamment pour le compte de Sony. L’usine du fabricant taïwanais fabriquera également d’autres produits électroniques tels que des claviers d’ordinateur.

Le déménagement de la chaîne de montage de l’iPad en dehors de Chine est une grande première et illustre la montée des tensions entre Washington et Pékin. Le transfert de la production d’iPad au Vietnam marquera en effet la première fois que Foxconn assemble l’appareil en dehors de la Chine. Mais ce n’est pas tout : le fabricant asiatique prévoit déjà de dépenser jusqu’à un milliard de dollars pour agrandir une usine d’assemblage d’iPhone en Inde, cela à la demande d’Apple, qui souhaite diversifier la production de son smartphone iconique au-delà de la Chine.

En août, le président de Foxconn, Liu Young-way, avait déjà reconnu lors d’une réunion avec des investisseurs que la guerre commerciale sino-américaine coupe désormais le monde en deux. Celui-ci avait alors indiqué que son entreprise souhaite maintenant découple sa chaîne d’approvisionnement pour continuer à fournir simultanément ce que l’on pourrait aujourd’hui qualifier de “bloc” chinois et de “bloc” occidental.

Le Mexique, futur terrain de jeu de Foxconn ?

Une nouvelle donne qui pourrait bien faire les affaires du Mexique, où prévoient d’investir massivement Foxconn ainsi que l’un des ses concurrent, le fabricant taïwanais Petragon. Foxconn va ainsi monter une nouvelle usine dans le pays, pour  y
fabriquer des iPhone pour Apple. Pegatron est également en pourparlers avec les autorités mexicaines pour y assembler des puces et d’autres composants électroniques.

Pour rappel, Foxconn possède déjà cinq usines au Mexique, qui fabriquent des téléviseurs et des serveurs. Mais cette éventuelle expansion mettrait en évidence un déplacement encore plus conséquent des chaînes d’approvisionnement mondiales au détriment de la Chine. Une migration des chaînes d’approvisionnement qui pourrait faire le bonheur des pays d’Amérique centrale, alors que l’administration Trump étudie des incitations financières pour encourager les entreprises à déplacer leurs installations de production de l’Asie vers les Etats-Unis, l’Amérique latine et les Caraïbes.

Reste que le Mexique aura encore fort à faire pour convaincre les géants technologiques de déménager leurs productions vers son territoire. La mauvaise gestion de la pandémie par le
pays ainsi que l’ingérence politique dans les décisions d’investissement privé, pourraient freiner ces investissements.

 

Leave a Reply