Fin du masque, vaccination des ados, des salariés… Olivier Véran détaille la mise en place du pass sanitaire – Le Parisien

Spread the love

Les annonces, lundi soir, d’Emmanuel Macron, avaient fait l’effet d’une bombe mais aussi amené de nombreuses questions. Ce mardi soir, Olivier Véran, le ministre des Solidarités et de la Santé, était invité du 20 Heures de France 2.

Il a pu donner plus de détails et précisions concernant les mesures qui vont entrer en vigueur dans les prochaines semaines. Si des secteurs restent encore dans l’attente, comme les centres commerciaux, les parents et patrons vont notamment y voir plus clair. Les vacances devraient être sauvées.

Un délai pour la vaccination des ados

Les parents qui avaient prévu d’aller au parc d’attractions ou au restaurant avec leurs adolescents de 12 à 17 ans ne seront finalement pas obligés de se soumettre au pass sanitaire. Une mesure qui était jugée trop rapide alors que la vaccination n’est ouverte à cette tranche d’âge que depuis peu.

Les ados n’auront pas à se priver ou se soumettre à des tests récurrents. Ils sont toutefois invités à se faire « vacciner rapidement » mais seront exemptés de pass sanitaire jusqu’au 30 août dans les lieux où il sera exigé à partir du 21 juillet, a annoncé mardi soir le ministre de la Santé.

Cette dérogation a été décidée pour « ne pas gâcher les vacances des familles », a indiqué le ministre sur France 2. « Pour eux le pass sanitaire s’appliquera dans tous les endroits où il s’applique, à compter du 30 août ». Avant cela, les adolescents devront « toujours conserver le port du masque là où ce sera nécessaire », a souligné Olivier Véran.

Plus de masque dans les lieux soumis au pass sanitaire

Pour rappel, le pass sanitaire (vaccination complète, test négatif) va prochainement être étendu à la plupart des lieux publics : il sera obligatoire dès le 21 juillet pour les lieux de « loisirs et de culture » rassemblant plus de 50 personnes, puis dans les restaurants et transports longue distance à partir d’août.

« Nous pourrons lever la contrainte du masque à terme » dans tous les endroits concernés, a indiqué le ministre, sans donner de date. « Nous sommes partis pour pouvoir lever l’obligation du port du masque là où le pass sanitaire s’applique ».

Les salariés ont jusqu’au 1er août pour la première injection

Une autre catégorie de la population va bénéficier d’une dérogation mais ne devra pas tarder. « Les salariés des établissements qui reçoivent du public, là aussi nous les enjoignons à se vacciner très vite mais là aussi nous donnons un petit délai », a dévoilé Olivier Véran face à Anne-Sophie Lapix. Ils « devront avoir reçu leur première dose de vaccination au plus tard le 1er août, sans quoi à compter du 30 août ça sera un test tous les deux jours s’ils veulent continuer à travailler », prévient-il.

Des aménagements qui ont été pris en concertations avec les « parties prenantes » et qui font suite à des contestations, ce mardi, de la part des responsables de branches concernées comme celles des bars et restaurants. « Le but étant d’un avoir un été sécurisé qui ne pénalise pas le tourisme et la vie des familles », justifiait le ministre.

En France, le pass vaccinal valide une semaine (seulement) après la 2e dose

Autre changement de poids annoncé par le ministre : la vaccination sera reconnue comme complète en France, dans le cadre du pass sanitaire, une semaine après l’injection de la deuxième dose, et non plus deux. Une adaptation qui a été prise après avoir consulté le Pr Delfraissy, président du conseil scientifique, chargé de conseiller le gouvernement, et le Pr Alain Fischer, le « Monsieur Vaccin » du gouvernement.

Tous ceux qui recevront une leur seconde injection jusqu’à ce mercredi 14 juillet auront donc déjà un pass vaccinal pour les premières restrictions du 21 juillet. « Attention, au niveau de l’harmonisation européenne le travail reste à faire, donc actuellement pour voyager au sein de l’Union européenne il faut être vacciné depuis deux semaines », a toutefois prévenu Olivier Véran.

Un grand nombre de français pourraient être concernés, surtout si l’on en croit la ruée sur les rendez-vous de vaccination observée ces dernières 24 heures. Plus de 1,7 million de rendez-vous ont été pris sur Doctolib depuis hier soir, plus de 100 000 sur la plateforme KelDoc et 150 000 sur Maiia avaient été réservés uniquement dans la nuit de lundi à mardi. Dès ce soir, le Premier ministre, Jean Castex, a annoncé un nouveau record journalier du nombre d’injections déclarées à 792 339.

Enfin, le ministre de la Santé a révélé une donnée très attendue mais jusqu’alors gardée secrète en France : celle du profil des patients désormais hospitalisés. « J’ai demandé à une trentaine de gros hôpitaux français de me donner le statut vaccinal d’une grosse centaine de patients hospitalisés pour Covid dans notre pays. 100 % des patients admis en réanimation ne sont pas vaccinés. 93 % des hospitalisés ne sont pas vaccinés », dévoile-t-il. Ce qui tend à confirmer ce qui est observé au Royaume-Uni ou aux Etats-Unis.

Leave a Reply