Fin de partie pour le contrat JEDI

Spread the love
Fin de partie pour le contrat JEDI

Le contrat JEDI, pour lequel bataillaient Amazon et Microsoft, est mort-né. Le ministère de la Défense américain a annoncé ce mardi l’annulation de ce méga-contrat d’une valeur de 10 milliards de dollars portant sur le Cloud qui faisait l’objet d’une bataille juridique entre les deux géants américains. Dans un communiqué de presse diffusé ce mardi par la presse américaine, le Pentagone a déclaré qu'”en raison de l’évolution des exigences, de l’augmentation des conversions sur le Cloud et des progrès de l’industrie, le contrat JEDI ne répond plus à ses besoins.”

Reste que la bataille pour équiper le cloud des infrastructures de défense américaines n’est pas terminée. Le Pentagone indiqué avoir toujours besoin d’une capacité de cloud à l’échelle en annonçant le lancement prochain d’un appel d’offres multifournisseur pour un nouveau contrat connu sous le nom de Joint Warfighter Cloud Capability. Les autorités américaines ont indiqué vouloir solliciter des propositions auprès d’Amazon et de Microsoft pour ce contrat, ajoutant que ce sont les seuls fournisseurs de services en nuage qui peuvent répondre à ses besoins.

Seul bémol pour les deux géants, la Maison Blanche a ajouté qu’elle continuerait à être à l’écoute d’autres offres d’acteurs tiers pour voir si ceux-ci également répondre à ses spécifications. Pour rappel, le contrat JEDI avait pour ambition de moderniser les opérations informatiques du Pentagone pour des services rendus sur une période pouvant aller jusqu’à 10 ans. Microsoft avait remporté le contrat en 2019, devançant le leader du marché Amazon Web Services.

publicité

Retour à la case départ ?

La branche cloud du géant du commerce en ligne avait riposté en déposant une plainte devant la justice américaine pour dénoncer cette décision, y voyant le résultat d’un parti pris de la part de l’administration Trump. Pour rappel, Amazon était vu par beaucoup comme le potentiel vainqueur de l’appel d’offres, quand finalement Microsoft a obtenu le contrat JEDI en octobre 2019. Peu après, Amazon Web Services (AWS) a déposé une plainte, affirmant que l’ingérence du président de l’époque, Donald Trump, avait joué un rôle important dans cette victoire. En septembre 2020, les autorités américaine avaient toutefois maintenu leur choix.

Le contrat JEDI avait pour objectif de moderniser les anciens systèmes du ministère de la Défense avec des services cloud plus récents. Le Cloud JEDI devait ainsi fournir « une IaaS (infrastructure en tant que service) et une PaaS (plateforme en tant que service) commerciales de niveau entreprise au ministère et à tout partenaire de mission pour toutes les activités du ministère et les opérations de terrain », décrivait le gouvernement américain lors du lancement de l’appel d’offres.

En ce qui concerne le futur contrat lancé par le Pentagone, le ministère de la Défense américain explique que son futur fournisseur de cloud devra répondre à plusieurs critères, comme travailler sur les trois niveaux de classification, être disponible dans le monde entier et avoir des contrôles de cybersécurité de premier ordre. L’agence a déclaré qu’elle s’attendait à ce que la valeur du contrat soit de plusieurs milliards, bien qu’elle soit encore en train de déterminer la valeur maximale. Le contrat devrait avoir une durée maximale de cinq ans, dont une période de base de trois ans et deux périodes d’option d’un an. Soit une ambition revue à la baisse par rapport au contrat JEDI originel.

Leave a Reply