« Fiers » du travail accompli, les citoyens de la convention pour le climat adoptent leur rapport final – Le Monde

Spread the love

« Satisfaction », « soulagement », « fierté » aussi, les mots ne manquaient pas, dimanche 21 juin, aux 150 membres de la convention citoyenne pour le climat pour exprimer le plaisir d’un « travail bien fait » et, surtout, d’avoir répondu, à l’issue de neuf mois de discussions, à une question très vaste : comment réduire de 40 % les émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030 dans un esprit de justice sociale ? Au final, ce sont plus de 150 propositions – la seule rejetée concerne la réduction du temps de travail de 35 à 28 heures – qui ont été transmises à la ministre de la transition écologique et solidaire, Elisabeth Borne. Soit un rapport de quelque 600 pages pour « changer en profondeur la société », adopté solennellement lors d’une ovation debout, à 15 heures.

Les citoyens applaudissent après l’un des nombreux votes qui se sont succédé tout au long du week-end.

L’accouchement fut parfois difficile, pendant les trois jours de conclusion, de vendredi à dimanche, avec des débats rendus malaisés par le manque de temps de délibération et l’organisation en cinq salles pour des raisons sanitaires, au siège du Conseil économique, social et environnemental (CESE). Mais les citoyens tirés au sort – des lycéens, médecins, sapeurs-pompiers ou agriculteurs, âgés de 16 à 80 ans, et originaires de toutes les régions françaises – ont eu plaisir à se retrouver pour cette dernière ligne droite.

Des débats fournis

Il y eut bien quelques tensions, comme sur le choix de voter finalement par objectifs regroupant des propositions, et non mesure par mesure. « C’est un problème de cohérence, un objectif repose sur plusieurs propositions, plusieurs paramètres, et en enlever un déséquilibrait l’objectif tout entier », a plaidé Thierry Pech, l’un des deux coprésidents du comité de gouvernance.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Réviser la Constitution, autoroute à 110 km/h, plus de vrac… : les principales propositions adoptées par la convention citoyenne pour le climat

Au cours de trois jours de débats fournis, le débat sur le passage à 28 heures de travail hebdomadaire a été particulièrement nourri, la majorité expliquant que cette mesure serait « incompréhensible » pour les Français, alors que le pays vivait une crise économique. « Cette réduction du temps de travail va entraîner des délocalisations et des fermetures d’entreprises », avançait une citoyenne, quand d’autres expliquaient que les citoyens de la convention passeraient « pour des guignols ». « Les 28 heures sont hors mandat », « indéfendables dans le contexte actuel », ont renchéri d’autres citoyens. Les défenseurs de la mesure ont multiplié les arguments : « Ce n’est pas pour tout de suite, mais pour 2030 ; il n’y a pas consensus entre nous, mais c’est bien de porter ce sujet pour le futur », a avancé Sylvie (la plupart des délégués souhaitent être appelés par leur prénom). La proposition a finalement été rejetée par 65 % des voix.

Il vous reste 75.56% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply