Fibre optique : Google s’attaque à son quatrième câble sous-marin

Spread the love
Fibre optique : Google s'attaque à son quatrième câble sous-marin

Google continue à creuser son sillon dans le secteur des infrastructures de connectivité. Le géant américain vient ainsi d’annoncer le lancement de la construction de son quatrième câble sous-marin de fibre optique. Baptisé en l’honneur de la pionnière de l’informatique Grace Hopper, ce câble reliera les Etats-Unis, le Royaume-Uni et l’Espagne. Il vient compléter la liste des autres câbles sous-marins de Google Cloud, à savoir Curie, Dunant et Equiano.

Ce nouveau câble sous-marin sera le premier au monde à intégrer une nouvelle commutation par fibre optique, qui permet d’accroître la fiabilité des communications mondiales et constitue le premier investissement de Google dans un câble sous-marin directement relié à l’Espagne. Hasard du calendrier, Google a annoncé le mois dernier l’ouverture d’une nouvelle région Google Cloud à Madrid, et un partenariat avec le géant des télécommunications Telefonica pour faire progresser l’informatique mobile de pointe 5G.

 

Source : Google

« Un contrat pour la construction du câble a été signé au début de l’année avec SubCom, un fournisseur de câbles sous-marins basé à Eatontown, dans le New Jersey, et le projet devrait être achevé en 2022 », a fait savoir la direction de Google, qui n’a pas manqué de rappeler « qu’une fois mis en service, le câble Grace Hopper sera l’un des premiers nouveaux câbles à relier les Etats-Unis et le Royaume-Uni depuis 2003 ».

publicité

Un projet achevé à compter de 2022 ?

Le câble Grace Hopper comprendra 16 paires de fibres (32 fibres). Google a signé un contrat au début de l’année pour la construction du câble avec SubCom, le fournisseur de câbles sous-marins basé à Eatontown, dans le New Jersey, et le projet devrait être achevé en 2022. « Les ingénieurs de Google et de SubCom ont collaboré à l’intégration de cette architecture de commutation innovante dans le système. Grace Hopper est le premier câble sous-marin au monde à utiliser cette technologie, et nous sommes impatients de déployer cette technologie sur d’autres systèmes à l’avenir », s’est réjouie ce mardi la direction du géant américain.

Google possède déjà trois autres câbles sous-marins privés en propre (et non dans le cadre de consortiums). Il s’agit du câble Curie, qui relie les Etats-Unis au Chili et au Panama ; du câble Dunant, reliant les Etats-Unis et la France avec le concours d’Orange Marine, ainsi que du câble Equiano, qui relie le Portugal au Nigeria et à l’Afrique du Sud.

Il s’agit d’un secteur véritablement stratégique, que ce soit pour Google, mais également pour les autres géants du numérique comme Microsoft, Facebook ou Amazon. Rappelons en effet que ces câbles privés, aussi baptisées les “dorsales de l’internet”, sont destinés à aider ces géants à maintenir une meilleure résilience et une meilleure sécurité pour leurs services, tout en permettant une meilleure planification des besoins futurs en matière de capacité. Moins innocemment, avoir la mainmise sur les “robinets” de l’internet mondial permet également de se rendre intouchable aux yeux des populations et des gouvernants.

Selon l’institut Telegeography, si Google domine aujourd’hui ses concurrents sur le marché des câbles sous-marins, avec 14 câbles à son actif (dont trois détenus en propre), le géant américain reste talonné de près par Facebook (10 câbles), Microsoft (4 câbles) et Amazon (3 câbles).

Leave a Reply