Fibre : Bouygues Telecom conteste la hausse des prix sur le réseau de SFR

Spread the love
Fibre : Bouygues Telecom conteste la hausse des prix sur le réseau de SFR

Le régulateur se dit prêt à « remettre les points sur les i ». Lors d’une session de visioconférence tenue avec des représentants des collectivités territoriales consacrée à l’aménagement numérique du territoire, le président de l’Arcep Sébastien Soriano confirmait qu’un dossier semble-t-il brûlant a été soumis au gendarme des télécoms concernant les tarifs de raccordements aux réseaux fibres dans les zones privées.

Une procédure imposée par le fait « qu’un des grands opérateurs qui déploie la fibre a des pratiques tarifaires qui posent question ». Et de prévenir que l’Autorité « ne laissera pas un acteur profiter de la situation pour pratiquer des prix plus élevés en ayant instauré un monopole privé ».

Or il s’agirait bien, selon La Tribune, qui révélait le dossier vendredi, de l’opérateur SFR, dont la hausse de certains prix de gros continue à faire grincer des dents chez son concurrent, et pourtant partenaire, Bouygues Telecom. Comme le détaille le journal économique, l’opérateur a augmenté les tarifs de raccordement à son réseau fibre dans les zones moins denses (ZMD), alors même que l’opérateur s’est engagé à raccorder quelques 20 % de ces 13,1 millions de locaux d’ici 2022 dans le cadre du plan France THD.

publicité

L’Arcep saisie

Depuis le 1er février, la marque au carré rouge a en effet augmenté le tarif de la location mensuelle standard d’une ligne fibre de 16,40 euros à 16,73 euros, soit une hausse de 2 %, ainsi que celui du cofinancement de 5,32 euros à 5,80 euros, ce qui représente une hausse de 9 %.

De quoi provoquer l’exaspération de Bouygues Telecom, à la fois concurrent et client de SFR, alors même que la tendance générale du marché se trouvait plutôt à la baisse jusqu’à maintenant. D’autant que le principal concurrent de SFR, Orange, qui doit équiper en fibre 80 % des locaux situés en ZMD d’ici à 2022, affiche pour sa part des tarifs beaucoup moins onéreux.

Si l’opérateur du groupe Altice France justifie cette hausse de ses tarifs par l’impératif de « tenir compte des coûts de maintenance plus importants, du fait notamment de dégradations », selon des propos rapportés par nos confrères des Numériques, la pilule ne passe pas pour Bouygues Telecom. L’opérateur aurait ainsi décidé de saisir le régulateur dans le cadre d’une procédure de règlement de différend. Si l’ensemble des griefs formulés par l’état-major de Bouygues Telecom n’a pas été communiqué, ils porteraient bien sur la hausse tarifaire imposée par SFR, qui n’a décidément pas fini de faire des vagues du côté de ses concurrents.

Leave a Reply