Féminicide d’Hayange : le procureur conteste « tout dysfonctionnement judiciaire », le gouvernement lance une mission d’inspection – Le Monde

Spread the love
Des fleurs déposées en hommage à la jeune femme tuée par son compagnon à Hayange, le 25 mai 2021.

La stupeur et l’incompréhension demeurent après le féminicide commis dans la nuit de dimanche 23 à lundi 24 mai à Hayange (Moselle) contre une jeune femme de 22 ans par son compagnon de 23 ans. Les ministres de l’intérieur, de la justice et de la citoyenneté ont annoncé mercredi 26 mai avoir saisi l’inspection générale de l’administration et l’inspection générale de la justice afin qu’une mission d’inspection de fonctionnement soit diligentée pour « faire toute la lumière suite au terrible féminicide d’Hayange ».

Mardi, le procureur de la république de Metz, Christian Mercuri, avait écarté tout « dysfonctionnement des services judiciaires dans cette affaire », soulignant que le parquet n’avait pas été informé par la police du dépôt d’une main courante (le 14 janvier 2020), puis d’une plainte (le 3 novembre), par la jeune femme contre son compagnon. Il a néanmoins reconnu que, « dans un monde idéal », ces dernières auraient dû être signalées au parquet. Le comportement de l’homme avait déjà provoqué « plusieurs interventions de police secours au domicile conjugal », a également concédé le procureur.

Lire notre enquête : Féminicides, mécanique d’un crime annoncé

« Pas identifié judiciairement parlant comme un conjoint violent »

Lors de ses dépôts de main courante et plainte, la victime faisait état « de violences verbales, de harcèlement ou de menaces de mort », selon le procureur. Mais ces deux démarches n’ont pas été « portées à la connaissance de l’autorité judiciaire », a-t-il affirmé. Ainsi, aux yeux de la justice et malgré neuf mentions au casier judiciaire du suspect – deux pour des faits de violences remontant à 2015 et les autres pour des « délits routiers » –, celui-ci n’était « pas identifié judiciairement parlant comme un conjoint violent », a constaté le procureur. « Il n’y avait aucun élément relatif à des violences conjugales qui avait été porté à la connaissance de l’autorité judiciaire », a-t-il insisté.

Dans ce contexte, le suspect, qui purgeait depuis le 20 novembre 2020 une peine d’un an d’emprisonnement pour des délits routiers, a bénéficié d’un aménagement de peine à domicile sous surveillance électronique. Cet aménagement lui avait été accordé en appel, après un refus du juge d’application des peines en première instance. S’il avait été « identifié comme [violent], le suspect n’aurait pas reçu un aménagement de peine au domicile conjugal », a encore soutenu M. Mercuri, qui a regretté un défaut de transmission d’informations.

« Aviser le parquet de tout dépôt de plainte »

« Les instructions ont été données depuis le Grenelle des violences faites aux femmes d’aviser le parquet de tout dépôt de plainte » en la matière, a souligné le procureur. « C’est la procédure idéale. En l’espèce cela n’a pas été fait », a-t-il concédé, tout en écartant tout « dysfonctionnement des services judiciaires dans cette affaire ».

« Nous allons travailler avec le ministère de l’intérieur et le ministère de la justice pour comprendre ce qui a pu dysfonctionner », avait réagi mardi Elisabeth Moreno, ministre déléguée à l’égalité femmes-hommes, interrogée sur une éventuelle commission d’enquête par BFM-TV. Il s’agit de déterminer « ce qui a pu, de nouveau, faire perdre la vie à une femme qui est morte juste parce qu’elle est femme » et parce que son conjoint « n’a pas accepté qu’elle décide de le quitter », a-t-elle poursuivi.

Suivi par l’intervenant social

La plainte, a fait valoir de son côté le procureur, n’était pas restée « lettre morte ». « Conformément » aux directives adoptées lors du Grenelle, elle avait donné lieu « à la saisine de l’intervenant social du commissariat », qui était entré en contact avec la jeune femme, elle-même n’ayant « pas donné suite ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Bracelet électronique, ordonnance de protection, TGD… Ce que contient la loi sur les violences conjugales

Dans le cadre de l’aménagement de peine, elle avait également « donné son accord pour héberger au domicile commun son conjoint pour qu’il y purge le reliquat », a également tenu à préciser le procureur. Le magistrat a toutefois admis que cet accord avait été donné par écrit, « personne », au sein de l’institution judiciaire, n’ayant auditionné la jeune femme à cette occasion.

Interrogé par ailleurs sur le bracelet électronique dont le suspect s’était débarrassé dans sa fuite et qui a été retrouvé à son domicile, le commissaire de police judiciaire Antoine Baudant a simplement déclaré que des « vérifications » étaient menées. « A ce stade, on ne sait pas encore s’il s’agit d’un dysfonctionnement ou d’un acte délibéré de la part du suspect », a-t-il conclu.

Lire notre enquête sur les féminicides : Le « crime passionnel », un si commode alibi

Retrouvez tous nos articles sur les féminicides

En mars 2019, Le Monde a constitué une cellule d’investigation pour enquêter sur les féminicides conjugaux en France. Pendant un an, une dizaine de journalistes du Monde a tenté de comprendre les ressorts de ces crimes et comment ils pourraient être empêchés. Ce travail s’est traduit tout au long de l’année par la publication régulière d’enquêtes.

Il se conclut par la publication d’un supplément de quatorze pages dans le journal paru le 30 mai, par la diffusion, mardi 2 juin sur LeMonde.fr, d’un grand format composé de dix chapitres, « Féminicides : mécanique d’un crime annoncé », et d’un documentaire sur France 2 en soirée.

Vous pouvez retrouver tous nos articles d’enquête sur les féminicides dans cette rubrique. En voici une petite sélection :

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Féminicides : la vie sous emprise de Laetitia Schmitt
Féminicides : Une année d’enquête racontée par les journalistes du « Monde »
Enquête : Marie-Alice Dibon, femme sous emprise et victime de féminicide
Enquête : Dans les affaires de féminicides, les alertes négligées par les forces de l’ordre
Décryptage : Comment compter les féminicides ? Policiers, militants et journalistes appliquent leurs propres règles
Témoignage : « Moi, ce jour-là, j’ai tout perdu » : le témoignage de Fanny, fille d’une victime de féminicide
Enquête : Féminicide : mot masculin qui tue
Enquête : « Papa, il a tué maman, Gilles et lui » : enquête sur cinq féminicides à La Réunion
Enquête : Féminicides : le Téléphone grave danger, bilan d’un dispositif vieux de dix ans

Le Monde avec AFP

Leave a Reply