Alors qu’on observe des épidémies de rougeole dans plusieurs pays, les géants d’internet sont sous pression pour qu’ils agissent afin de limiter la propagation des informations erronées concernant la vaccination sur leurs plateformes.

Cette semaine, Adam Bennett Schiff, un élu démocrate de Californie, a par exemple écrit aux patrons de Facebook et de Google, afin de les interpeller sur ce problème. « De fortes preuves suggèrent qu’au moins une partie de la source de cette tendance réside dans la mesure dans laquelle des informations médicalement inexactes sur les vaccins figurent sur les sites Web où de nombreux Américains obtiennent leurs informations », explique l’élu américain.

Un nouveau front pour la lutte contre les fake news

Et aujourd’hui, nous apprenons que le réseau social envisage de limiter la visibilité de certaines publications. D’après Bloomberg, Facebook a déclaré qu’il « explore des mesures supplémentaires pour lutter au mieux contre le problème » et que cela pourrait inclure une réduction de la visibilité ou même la suppression de ce type de publication dans les recommandations, dans les suggestions de groupes, dans les résultats de recherche, tout en « veillant à ce que des informations de meilleure qualité et plus fiables soient disponibles ». En substance, cela pourrait ressembler aux mesures prises par le réseau social afin de protéger les élections.

De son côté, YouTube a déjà commencé à lutter contre les campagnes anti-vaccin, indirectement. Dans son nouveau règlement, la plateforme de vidéos réduit déjà la visibilité des contenus qui « qui pourraient mal informer les utilisateurs de manière néfaste ». Et cela inclut certaines vidéos anti-vaccin. Mais ces mesures ne semblent pas encore être suffisantes.

(Source)

Let a comment