Facebook aide les chercheurs à suivre l’impact de la distanciation sociale

Spread the love
Facebook aide les chercheurs à suivre l'impact de la distanciation sociale

Facebook a lancé un ensemble d’outils qui utilisent des données de localisation anonymes collectées auprès des utilisateurs afin d’aider les chercheurs à mieux comprendre où l’épidémie de coronavirus pourrait se propager ensuite et l’efficacité des mesures de distanciation sociale.

Les nouveaux outils, appelés “cartes de prévention des maladies”, constituent trois ensembles de données agrégées distinctes qui fournissent des informations sur la façon dont les personnes se déplacent et interagissent entre elles.

La décision de Facebook de fournir des données anonymes pour la prévention du Covid-19 fait suite à l’annonce par Google d’un effort similaire la semaine dernière. Comme l’outil de données de Google, qui utilise les données de localisation des smartphones, les nouveaux outils de Facebook utilisent les données sur les mouvements de population et la connectivité pour aider les chercheurs à identifier les tendances et les schémas concernant les coronavirus.

publicité

Combler les lacunes sur l’état de la connectivité cellulaire

“Les cartes de prévention des maladies de Facebook sont conçues pour aider les organisations de santé publique à combler les lacunes dans la compréhension des lieux où vivent les gens, de leurs mouvements et de l’état de leur connectivité cellulaire, afin d’améliorer l’efficacité des campagnes de santé et de la réponse aux épidémies” a déclaré Facebook.

Un ensemble de données montre la probabilité que des personnes d’une région entrent en contact avec des personnes d’une autre région. Selon Facebook, cela pourrait aider les chercheurs à prévoir où les cas de Covid-19 pourraient apparaître ensuite.

Un autre ensemble de données montre, au niveau régional, si les gens séjournent à proximité de leur lieu de résidence ou s’ils ont visité d’autres parties de leur région. Cet ensemble de données a été créé dans le but de déterminer si les mesures de distanciation sociale ont été efficaces.

Le troisième ensemble de données, appelé “indice de connectivité sociale”, montre les liens d’amitié entre les Etats et les pays. Facebook a construit cet ensemble de données en respectant la logique selon laquelle les personnes qui se connaissent sont plus susceptibles de s’infecter les unes les autres.

Vigilance sur les mesures de confidentialité

Avec le déploiement des cartes de prévention des maladies, Facebook a reconnu les problèmes potentiels de confidentialité liés à la fourniture de ces données aux chercheurs et a déclaré avoir pris des mesures supplémentaires pour rendre l’identité des personnes anonymes. Les ensembles de données ne sont disponibles que pour les chercheurs qui ont établi un partenariat avec Facebook. “Par exemple, nos ensembles de données peuvent montrer des informations au niveau d’une vile ou d’un comté, et non pas les habitudes des individus” a ajouté Facebook.

Son PDG, Mark Zuckerberg, a également souligné sur sa page Facebook l’importance de respecter les mesures de confidentialité. “Alors que les gouvernements cherchent à utiliser les données de nouvelles manières pour devancer cette épidémie, il est important que nous maintenions nos principes de confidentialité et que nous ayons des politiques claires pour ce genre d’utilisation” a-t-il précisé.

Par ailleurs, Facebook s’est également associé à des chercheurs du centre de recherche Delphi de l’Université Carnegie Mellon pour mener une enquête auprès des résidents des Etats-Unis afin de générer de nouvelles idées sur la manière de répondre à la crise, notamment des cartes de chaleur des symptômes auto-déclarés. Toute information sur les utilisateurs recueillie au cours de l’enquête sera rendue anonyme, a déclaré Facebook, les utilisateurs devant être désignés par un numéro d’identification aléatoire.

Source : ZDNet.com

Leave a Reply