Facebook a tranché sur le cas Donald Trump, voici sa décision

Spread the love

Comme prévu, le Conseil de surveillance de Facebook a rendu sa décision ce mercredi 5 mai. Bientôt cinq mois après les émeutes au Capitole à Washington, le 45e président américain Donald Trump est toujours banni de Facebook et son compte le restera encore.

Cela dit, le Conseil a tenu à mesurer sa décision et ne pas accabler à Donald Trump ce sort pour une période « indéfinie » et « définitive ». L’organisme s’est accordé à dire qu’il n’était « pas approprié pour Facebook d’imposer » une suspension indéfinie à Trump.

Dans son calendrier, le conseil demande à ce que Facebook puisse revoir sa décision dans les six prochains mois pour « déterminer et justifier une réponse proportionnée conforme aux règles qui sont appliquées aux autres utilisateurs de sa plate-forme ».

Pour rappel, de nombreuses plateformes sociales ont pris la décision soudaine de bannir Donald Trump en janvier dernier à la suite des émeutes devant et à l’intérieur du Capitole à Washington. Pour elles, l’ancien président américain a joué un rôle actif dans la motivation de ses partisans à prendre d’assaut le bâtiment.

Donald Trump fut alors accusé d’incitation à la violence depuis ses réseaux sociaux. Twitter, avant de prendre sa décision, avait suivi une politique de modération des tweets du président. Avant la suppression de son compte, la plupart de ses tweets n’étaient pas disponibles aux 88 millions d’abonnés de l’homme, et ce dès leur publication.

L’avis de Facebook

En janvier, un porte-parole de Facebook faisait l’annonce de leur décision en expliquant : « Il s’agit d’une situation d’urgence et nous prenons des mesures d’urgence appropriées, notamment en supprimant la vidéo du président Trump ». Maintenant, voici quelques extraits de la déclaration de Facebook sur la décision de son Conseil de surveillance :

“Le conseil a critiqué la nature illimitée de la suspension, la qualifiant de «pénalité indéterminée et sans norme», et a insisté pour que nous réexaminions notre réponse. Nous allons maintenant examiner la décision du conseil et déterminer une action claire et proportionnée. En attendant, les comptes de M. Trump restent suspendus”.

“Le conseil a également fait un certain nombre de recommandations sur la façon dont nous devrions améliorer nos politiques. Bien que ces recommandations ne soient pas contraignantes, nous avons activement sollicité l’avis du conseil d’administration sur nos politiques concernant les personnalités politiques et nous examinerons attentivement ses recommandations”.

Et chez les autres ?

Chez les autres plateformes sociales, Twitter est plus franc. Donald Trump ne pourra pas revenir sur l’application de façon définitive. YouTube, qui avait aussi banni l’ancien président en janvier, devrait revenir sur son choix ces prochains mois, « une fois que le risque imminent d’incitation à la violence aura diminué » relayait The Verge.

Donald Trump ne sera pas arrivé à réviser l’article 230 – une partie sur la loi sur la « décence des communications » – élément central de la juridiction sur la modération des médias sociaux aux États-Unis.

Comme plan B, maintenant, l’homme a lancé son propre réseau social censé pouvoir partager les idées de l’ancien président pour qu’elles puissent ensuite être repartagées sur les autres réseaux sociaux par ses partisans.

Longtemps attendu, ce « réseau social » n’est en fait qu’un blog.

Leave a Reply