Face au tollé, la police new-yorkaise va cesser d’utiliser son robot-chien

Spread the love

L’an dernier, la police new-yorkaise ne tarissait pas d’éloge sur son robot-chien qui allait patrouiller dans les rues de la ville. « Il va sauver des vies, protéger les gens et protéger les officiers, c’est là notre objectif », affirmaient ainsi les forces de l’ordre. Face au tollé suscité par cette initiative, le NYPD a finalement décidé d’y mettre un terme. Il annule du même coup son contrat de 94 000 dollars avec la société Boston Dynamics.

Ce n’est pas forcément de gaieté de cœur que la décision a été prise. Cité par le New York Times, le commissaire John Miller précise que cette machine surnommée Digidog a été « victime de la politique, et de mauvaises informations, et d’une polémique de très bas niveau ».

L’armée française a utilisé des robots-chiens pour des exercices

Comme le rappelle The Verge, ce robot avait été déployé une demi-douzaine de fois depuis ses débuts, et était utilisé pour filmer des environnements jugés potentiellement hostiles. Il s’agissait donc d’une phase de test pour voir s’il pourrait plus tard être utile à la police et notamment aux services anti-terroristes.

Ce projet a néanmoins été très mal vécu sur place. La représentante new-yorkaise, Alexandria Ocasio-Cortez, était par exemple montée au créneau en février dernier dans un thread sur Twitter. Elle attaquait : « À présent, des drones terrestres de surveillance robotique sont déployés pour des tests sur des communautés de couleur à faible revenu et dont les écoles sont sous-financées ». La démocrate reprochait là des dépenses inutiles pour traquer les populations les plus en difficulté de la ville, au lieu d’investir dans le système éducatif.

Nos confrères notent d’ailleurs que ce robot-chien qui était jusque là principalement utilisé dans un registre commercial et industriel intéresse de plus en plus les forces de l’ordre. En France, l’armée a récemment jeté son dévolu sur cette machine. Dans le détail, un exercice de recherche appliquée a été mené par les élèves de l’École militaire interarmées de Saint-Cyr Coëtquidan qui se sont appuyés sur le soutien des chiens-robots de Boston Dynamics. Ces derniers servaient principalement d’éclaireurs et de boucliers lors de ces manœuvres.

Leave a Reply