Face à une seconde vague locale, les hôpitaux de Marseille ouvrent des « lits Covid » supplémentaires – Le Monde

Spread the love
Un patient atteint du Covid-19, à l’hôpital européen de Marseille, le 8 septembre.

Marseille est bien confrontée à une deuxième vague de contaminations au Covid-19. Les principaux cadres des hôpitaux universitaires de Marseille (AP-HM) l’ont confirmé, mercredi 9 septembre, lors d’un point sur la situation scanitaire dans leurs établissements. « Une vague beaucoup moins importante que la première, grâce aux mesures barrières », relativise Jean-Olivier Arnaud, directeur général de l’AP-HM, mais une vague qui « progresse de jour en jour ». Ce rebond brutal, notamment dans la première semaine de septembre, fait aujourd’hui de la deuxième ville de France le principal foyer national de SARS-CoV-2. Il a conduit plusieurs responsables de l’AP-HM à lancer, il y a quelques jours, des appels publics à la vigilance et au respect des gestes barrières.

Le taux d’incidence atteint désormais 280 (pour 100 000) intra-muros. En une semaine, le nombre de patients « Covid » en réanimation a doublé. Au dernier pointage, ils étaient 53 à être suivis, dont 24 sur les sites de l’AP-HM. Dans les Bouches-du-Rhône, où la situation hors Marseille est moins sensible, l’agence régionale de santé comptabilise, dans son point hebdomadaire du 8 septembre, 342 personnes hospitalisées (+ 36 % en une semaine), dont 63 en réanimation.

Lire aussi : La trajectoire de progression de l’épidémie au niveau national « montre qu’on va dans le mur », alerte le conseil scientifique

Ces chiffres sont encore loin des 250 cas traités – dont 110 en réanimation – dans les seuls hôpitaux publics marseillais au moment du pic du printemps. Mais, à l’époque, l’ensemble des interventions médicales non urgentes avaient été déprogrammées, libérant un maximum de lits d’hospitalisation et de réanimation pour la lutte contre le Covid-19.

En ce mois de septembre, la situation est différente. Marseille a connu un afflux important de touristes pendant l’été, puis sa traditionnelle rentrée scolaire. L’activité hospitalière a repris fortement, tentant notamment de rattraper le retard pris pendant le confinement. Les 120 lits de réanimation de l’AP-HM sont donc occupés « à 90 %-95 % », selon le président de la commission médicale, Dominique Rossi, ce qui fait craindre une saturation avec l’arrivée de nouveaux patients Covid-19.

« Ne pas reconfiner la région »

Pour faire face à cette situation, l’AP-HM prévoit un déploiement progressif de capacités supplémentaires. Et espère absorber l’augmentation liée à l’épidémie, sans perdre l’activité concernant les autres maladies. Dix-sept lits en réanimation et soins critiques et neuf en post-urgences sont prévus « dans les quinze à vingt jours prochains ». « Notre challenge est de préserver à tout prix l’activité non-Covid dont les Marseillais ont besoin », assure le professeur Rossi.

Il vous reste 36.3% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply