Extinction Rebellion s’enchaîne aux grilles du ministère de l’intérieur pour appeler à une « société apaisée » – Le Monde

Spread the love
Des militants d’Extinction Rebellion s’enchaînent en face du ministère de l’intérieur tandis que deux d’entre eux ont déployé une banderole sur la grille d’entrée, le mardi 23 juin 2020.

« Moins de LBD, plus de navets. » Ce slogan a été déployé sur les grilles du ministère de l’intérieur, place Beauvau, mardi 23 juin, en fin d’après-midi, par des militants d’Extinction Rebellion, un groupe écologiste qui prône des actions non violentes de désobéissance civile. Pour cette nouvelle opération, qui visait un lieu symbolique du pouvoir, une trentaine de militants ont voulu dénoncer les violences policières – en raison des blessures qu’ils ont pu causer, les lanceurs de balles de défense (LBD), notamment, sont critiqués – et appeler à « une autre forme de sécurité ».

« On n’a pas la même définition de la sécurité, lance une militante, enchaînée à un arceau devant l’entrée du ministère. La sécurité du peuple, c’est la santé et l’alimentation… » Car l’autre but de cette action aux multiples revendications est d’appeler à une « révolution alimentaire » et donner le coup d’envoi d’une nouvelle campagne d’Extinction Rebellion France, ciblant la façon dont on se nourrit et qui se poursuivra tout l’été en France.

« L’alimentation, c’est très structurant, ça touche à tous les domaines – la santé, l’éducation, la distribution… », commente Franck, un des membres du mouvement. L’organisation ne détaille pas précisément quel type de « révolution alimentaire » elle envisage, mais le mot d’ordre mis en avant est celui de résilience, qui se traduirait par des « assemblées locales afin de rédiger et mettre en œuvre des plans de résilience territoriale ».

Pour une « société apaisée »

Si le choix du ministère de l’intérieur pour alerter sur les questions agricoles n’est pas intuitif, il s’agit pour l’organisation de toucher un symbole fort – « le ministère de l’agriculture n’aurait pas eu le même impact », reconnaît un membre – et d’appeler à un « apaisement » de la société pour pouvoir « affronter le changement climatique et l’effondrement de la biodiversité en cours ». Pour l’organisation, « ce n’est pas à coups de LBD et d’infirmières à genoux que l’on peut assurer la sécurité des citoyens et citoyennes. Le seul moyen d’assurer notre avenir, c’est une société apaisée ».

Après avoir escaladé les grilles à environ 4 mètres de hauteur, deux militants ont versé du faux sang sur les colonnes de pierre cernant l’entrée du ministère, puis plié le genou en soutien au mouvement Black Lives Matter (« la vie des Noirs compte »), alors que les forces de l’ordre repoussaient les militants restés sur le parvis vers les rues adjacentes.

Leave a Reply