Advertisements

Exhumation de Franco: de Joseph Staline à Rudolf Hess, ces autres tombes encombrantes – BFMTV.COM

Spread the love

En Espagne, ce jeudi marque probablement le dernier acte d’une affaire qui divise le pays depuis de longs mois. Le dictateur Franco, disparu en 1975 et qui repose depuis dans l’imposant mausolée de la Valle de los Caidos, à une centaine de kilomètres de Madrid, doit être transféré ce jeudi dans un cimetière du nord de la capitale. 

Le socialiste Pedro Sanchez a fait du transfert de la dépouille du “Caudillo” une priorité dès son arrivée au pouvoir en juin 2018, pour que ce mausolée ne puisse plus être un “lieu d’apologie” du franquisme.

Ce n’est toutefois pas la première fois que l’histoire a connu quelques grands morts encombrants qui divisent ou font parler d’eux longtemps après leur décès.

  • Joseph Staline

A sa mort en 1953, le maître de l’Union soviétique est inhumé dans le mausolée de Lénine à Moscou. En 1961, ses restes sont transférés dans un tombeau plus modeste près du Kremlin dans le cadre de la déstalinisation. La sépulture reste un lieu de pèlerinage pour de nombreux nostalgiques.

A l'instar de Franco, quelques grands morts encombrants
  • Nicolae Ceausescu 

Après des manifestations réprimées dans le sang, le dictateur roumain et sa femme Elena sont arrêtés, sommairement jugés et fusillés le 25 décembre 1989 dans une caserne, au nord de Bucarest. De crainte que les tombes ne soient profanées, ils sont enterrés de nuit après leur exécution, sous des croix portant de faux noms.

Le nom des époux fut ensuite ajouté. Ces dernières années, la nostalgie du communisme augmente en Roumanie, nourrie par le désenchantement face à la classe politique. En janvier 2018, de nombreux admirateurs de Ceausescu se sont recueillis sur sa tombe en marbre rouge du cimetière Ghencea de Bucarest pour le centenaire de sa naissance.

A l'instar de Franco, quelques grands morts encombrants (REPERES)
  • Enver Hoxha 

Après avoir dirigé l’Albanie d’une main de fer pendant 40 ans, le dirigeant communiste meurt en 1985. Un mausolée en forme de pyramide a été prévu pour lui dans le centre de Tirana, mais il n’est pas enterré dedans.

A la place, il est inhumé en héros national au Cimetière des Martyrs, en présence de milliers de personnes en pleurs. Après la chute du communisme, la dépouille d’Enver Hoxha est exhumée en 1992 et transférée dans un cimetière public ordinaire de la banlieue de Tirana. Transformé durant un temps en centre culturel, le mausolée tombe aujourd’hui en ruines.

A l'instar de Franco, quelques grands morts encombrants
  • Saddam Hussein 

Saddam Hussein, qui dirige l’Irak depuis 1979, est arrêté en 2003 au fond d’un trou par des soldats américains. Il est emprisonné à Bagdad jusqu’à son exécution le 30 décembre 2006 pour crimes contre l’humanité. Son corps est enterré dans le mausolée qu’il avait fait construire de son vivant dans son village natal d’Aouja.

L’édifice devient un lieu de recueillement pour ses proches et partisans mais, vers 2014, il est détruit dans des circonstances mystérieuses. Certains évoquent une attaque de l’aviation irakienne, d’autres un dynamitage. On ignore si le corps se trouve toujours sous les ruines du mausolée ou bien s’il a été transporté ailleurs avant ou après la destruction du lieu comme l’affirment des rumeurs.

A l'instar de Franco, quelques grands morts encombrants (REPERES)
  • Rudolf Hess

Les restes de l’ancien bras droit d’Hitler, mort en prison en 1987, sont exhumés en catimini le 21 juillet 2011 à l’aube et sa tombe, en Bavière, est détruite pour éliminer le plus important lieu de pèlerinage néo-nazi en Allemagne.

L’exhumation, intervenue à moins d’un mois de l’anniversaire de son décès, à l’abri du public et sans que les médias en soient informés, a été impulsée contre toute attente par la famille du criminel. Ses restes sont placés dans un nouveau cercueil qui est incinéré et les cendres dispersées en mer.

A l'instar de Franco, quelques grands morts encombrants
  • Philippe Pétain

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, Philippe Pétain fut reconnu coupable d’indignité nationale. Emprisonné au fort du Portalet, dans les Pyrénées Atlantiques, il est ensuite transféré sur l’île d’Yeu, où il meurt en 1951 et où il est enterré, au cimetière de Port-Joinville.

A de nombreuses reprises, des associations d’extrême droite ont demandé le transfert de sa dépouille à la nécropole de Douaumont, à côté de Verdun, une requête refusée. En 1973, son cercueil est volé par des sympathisants puis retrouvé quelques jours plus tard. La sépulture est dégradée plusieurs fois par an.

Exhumation de Franco: des autres tombes qui font polémique
Advertisements

Leave a Reply