Éviction du directeur de la PJ de Marseille: des policiers manifestent dans plusieurs villes de France – BFMTV

Eric Arella a été démis de ses fonctions après une manifestation d’environ 200 policiers de la PJ de Marseille ce jeudi. Ces derniers avaient réalisé une “haie de déshonneur” pour le patron de la police nationale.

Quelques heures après l’annonce de l’éviction du directeur de la PJ de la zone sud-est, Eric Arella, des officiers de la police judiciaire se sont réunis dans plusieurs villes de France pour montrer leur mécontentement. Beaucoup dénoncent une décision brutale et arbitraire.

Dans la cité phocéenne, Eric Arella s’est rendu à l’Hôtel de police sous les applaudissements et acclamations de plus d’une centaine de membres de la PJ, après avoir appris le jour même lors d’un déjeuner, être démis de ses fonctions.

Spontanément, les policiers ont décidé de manifester avec des pancartes “Je Suis Arella” ou encore “Touche pas à ma PJ”. Ils ont également déposé leurs armes pour montrer leur mécontentement.

Des officiers de la PJ de Marseille ont déposé leurs armes pour protester contre la mise à pied de leur directeur.
Des officiers de la PJ de Marseille ont déposé leurs armes pour protester contre la mise à pied de leur directeur. © BFMTV

“C’est pour Eric Arrela”

À Nice, une cinquantaine d’officiers de la PJ se sont aussi réunis devant la caserne Auvare pour dénoncer l’éviction du directeur de la PJ de Marseille. “C’est pour Eric Arrela”, ont-t-ils déclaré avant d’applaudir leur ancien patron.

“Nous sommes aujourd’hui ici dehors, comme tous les services de police judiciaire de France, pour manifester notre soutien”, a déclaré un représentant de la PJ de Nice au micro de BFM Nice Côte d’Azur.

Au-delà de la zone gérée par Eric Arella, les officiers de la police judiciaire se sont réunis spontanément dans plusieurs villes de France: Lyon, Grenoble, Lille, Tours, Orléans ou encore Ajaccio, Strasbourg et Brest. Des manifestations ont eu lieu dans une trentaine de villes, notamment à Versailles où se trouve le siège de l’Association nationale de la police judiciaire.

Grogne contre la réforme de la PJ

Le limogeage d’Eric Arella arrive un jour après une manifestation réunissant environ 200 membres de la police judiciaire à Marseille et leur accueil glacial à Frédéric Veaux, le patron de la police nationale venu vendre la réforme de la police judiciaire. Lors de cette manifestation, ce dernier avait été reçu par une “haie de déshonneur”.

“Notre directeur zonal nous a soutenu tout en étant loyal. Il a fait ce qu’il fallait et il est tenu responsable de la fronde. Ce sont des heures que je ne pensais pas vivre”, a déclaré un policier marseillais à BFMTV.com.

Portée par Frédéric Veaux et Gérald Darmanin, la réforme de la PJ prévoit de placer tous les services de police d’un département -dont la police judiciaire (PJ)- sous l’autorité d’un seul Directeur départemental de la police nationale (DDPN), dépendant du préfet. La PJ craint de perdre son maillage territorial et son indépendance hiérarchique.

“Évidemment, comme pour toute réforme, il y a des discussions, il peut y avoir des désaccords, mais une telle déloyauté n’est pas acceptable, a indiqué à BFMTV une source de l’entourage de la Direction générale de la police nationale. Les résultats à Marseille sont par ailleurs mauvais, avec des niveaux record d’homicides alors que les effectifs ont été considérablement renforcés”.

Eric Arella occupait les fonctions de directeur de la PJ de Marseille depuis 2015. Il va devenir chargé de mission à la direction de la police nationale et sera remplacé par Dominique Abbenanti, jusqu’ici attaché de sécurité intérieure à Alger.

Marine Langlois avec Cindy Chevaux

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *