Étienne Mougeotte, de TF1 au Figaro, la passion du journalisme – Le Figaro

Spread the love

DISPARITION – D’Europe 1, à TF1, en passant par Le Figaro, Étienne Mougeotte a été un des plus grands journalistes et dirigeants de média de sa génération. Un homme curieux et plein d’humour.

Pendant plus de quarante ans, Étienne Mougeotte a reçu à son domicile, dès l’aube, l’intégralité de la presse nationale et internationale. Son rituel consistait alors à dévorer les journaux, tout en écoutant d’une oreille attentive les différentes matinales radios. Et une fois dans son bureau, un écran de télé était branché en permanence sur les chaînes d’information en continu. Sa capacité à emmagasiner les informations, son ­exceptionnelle mémoire et sa parfaite connaissance des sujets faisaient de lui le journaliste le plus curieux, le plus pointu et le plus exigeant du monde de la presse, de la radio et de la télévision.

Hier, Étienne Mougeotte n’a pas ouvert de journaux. Il est décédé à 81 ans. « Il était l’homme le plus respecté des médias. Un parrain à qui tout le ­monde demandait conseil », souligne Xavier Couture, ex-directeur antenne de TF1 et principal collaborateur d’Étienne Mougeotte.

Étienne Mougeotte a arpenté puis dirigé les plus grands médias de France : Europe 1, le JDD, TF1 puis Le Figaro dont il a été le directeur des rédactions de 2007 à 2012.

« Pour nous tous c’est une grande peine, confie Alexis Brézet son successeur, à la direction des rédactions du groupe Figaro. Les journalistes du Figaro perdent plus qu’un ancien directeur : un ami et, pour beaucoup, un modèle. Toujours sur la brèche, Étienne était le journaliste absolu ; l’actualité était son oxygène, il connaissait tout le monde, il savait tout avant tout le monde. Télévision, presse écrite : il passait avec une aisance fascinante d’une forme à l’autre, attentif au moindre détail, maîtrisant parfaitement les grands enjeux internationaux, et capable d’anticiper les évolutions du métier. Étienne alliait à son incroyable autorité naturelle une grande délicatesse humaine et une absolue fidélité en amitié. Il a marqué Le Figaro de son empreinte. »

Après avoir fait ses armes à Paris Normandie, France Inter, l’ORTF, et RTL, il prend la direction de l’information d’Europe 1 en 1974. Étienne Mougeotte fait de la radio de Jean-Luc Lagardère, la station la plus puissante de France. Une position qui lui vaudra des ennuis en 1981 lors de l’accession au pouvoir de François Mitterrand. Le nouveau pouvoir obtient qu’il soit mis à l’écart, mais Jean-Luc Lagardère le retient dans le groupe et lui donne la direction du Journal du Dimanche puis celle de Télé 7 jours, dont il fait grimper les ventes à plus de 3,2 millions d’exemplaires. Il crée avec Georges Cravenne les 7 d’Or, scellant ainsi un pont entre les univers de la télé et de la presse.

Étienne Mougeotte a été le directeur des rédactions du Figaro de 2007 à 2012. François Bouchon/Le Figaro

L’aventure TF1

En 1987, il met toute son énergie pour soutenir Jean-Luc Lagardère sur le dossier de la privatisation de la chaîne TF1. Mais c’est Francis Bouygues qui remporte la chaîne avec son bras droit Patrick Le Lay. Relégué dans un petit bureau sans téléphone du groupe Lagardère, Étienne Mougeotte n’a pas le temps de s’ennuyer. Jacques Duquesne suggère à Francis Bouygues de l’embaucher pour diriger la chaîne. Le fondateur du groupe Bouygues l’impose alors à Patrick Le Lay. Pendant vingt ans, l’attelage détonnant Le Lay-Mougeotte fera de la nouvelle chaîne privée, la reine du PAF. Les deux hommes aux caractères si différents apprennent à s’apprécier et à travailler ensemble. Ils jouent souvent un duo parfaitement rodé, celui du « good » et du « bad cop ». À Patrick Le Lay, la présidence et la gestion, à Étienne Mougeotte les antennes et les programmes.

Patrick Le Lay est décédé le 18 mars 2020, quelques mois avant son acolyte.

Dès son arrivée chez TF1, Étienne Mougeotte fait venir sa bande de copains d’Europe 1. Surnommés « les capitaines portugais », les Gérard Carreyrou, Robert Namias, Jean-Claude Dassier et Charles Villeneuve conquièrent tous les territoires. « À l’époque l’état d’esprit à TF1 c’était la victoire en chantant », se rappelle Xavier Couture. « Étienne était un journaliste avant tout. Il connaissait tout le monde des médias et de la politique, il était incollable sur le football, le cyclisme, la politique, la télé. C’était un fou d’opéra et un énorme grand lecteur. Il était très impressionnant », dit de lui Francis Morel, son ami très proche qui a travaillé avec lui chez Hachette, TF1, au Figaro et à Radio Classique. À l’époque TF1 est à son sommet avec plus de 30 % de part d’audience – du jamais vu en Europe – et plus de 50 % du marché publicitaire. Sur l’information, LCI et le JT de 20 heures règnent en maître. « Étienne Mougeotte avait une relation d’admiration et de protection vis-à-vis de PPDA et de Claire Chazal. Il était très respectueux des stars de la télé qui s’exposent au public et masquent leurs fragilités » raconte Xavier Couture.

Avec l’appui de Martin Bouygues, Étienne Mougeotte et Christian Dutois créent en 1994, LCI, la première chaîne d’info en continu. Elle révolutionne l’approche de l’information et décroche son heure de gloire en tenant l’antenne non-stop le 11 septembre 2001. Mais le règne sans partage de la chaîne TF1 est menacé par l’arrivée de la TNT en 2005. Patrick Le Lay tonne contre ce projet qu’il qualifie de « marxiste ». Étienne Mougeotte sait que la multiplication des chaînes est inéluctable. Toutefois, il ne parvient pas à faire changer la stratégie du groupe TF1 qui se prépare mal au bouleversement de la TNT.

La télévision change d’ère, TF1 est attaqué et le duo Le Lay-Mougeotte doit passer la main. Après son départ de TF1, la chaîne débarque PPDA du JT de 20 heures. Juste avant de s’asseoir dans le fauteuil de PPDA, Laurence Ferrari prend conseil auprès d’Étienne Mougeotte, l’œil le plus perçant du PAF. Le jour J, dans son bureau du Figaro Étienne Mougeotte regarde la prestation de Laurence Ferrari. « Il faut qu’elle se mémèrise », lâche-t-il. « C’est indispensable pour parler aux ménagères de moins de 50 ans ». « Étienne était l’homme le plus fidèle que je connaisse. Mais, il était très exigeant avec ses collaborateurs et savait être cassant en cas d’infidélité » analyse Francis Morel. « C’était un boa. Il était extrêmement séduisant, mais quand on sentait qu’il vous serre le cou, c’était déjà trop tard », ajoute Xavier Couture.

Un très grand courage physique

Tous ceux qui l’ont connu soulignent le grand courage et la résilience d’Étienne Mougeotte. En 1987, à peine installé aux commandes de TF1, il affronte un cancer sans quitter un instant son poste. « J’allais en chimio, je rentrais chez moi, je me tordais de douleur et le lundi j’étais au bureau », confiait-il. Francis Bouygues était très impressionné par cette dureté à la tâche. Résilient, Étienne Mougeotte n’a jamais perdu de temps à regarder derrière lui. « Quand il a dû quitter Europe 1, le JDD, TF1 et Le Figaro, cela a été très dur. Mais il a mis toute son énergie à repartir sur de nouveaux projets », raconte Francis Morel. En 2012, ce dernier appelle son ami pour diriger Radio Classique qu’il redresse en faisant venir PPDA et Claire Chazal. « Mon avenir ? C’est tout sauf la retraite », aimait à répéter Étienne Mougeotte. Il travaille aussi avec Iskandar Safa à la reprise de Nice-Matin, mais sans succès. Mais il réussit à racheter le groupe Valmonde avec Valeurs actuelles.

Passionné de politique, Étienne Mougeotte a été adhérent à l’Unef avant d’être barriste puis proche de Nicolas Sarkozy. « Tout au long de sa carrière, Étienne a toujours été dans le souci de la modernité », assure Xavier Couture. Passionné de nouvelles technologies, il ne ratait aucune sortie d’un nouvel iPhone.

À la tête des rédactions du Figaro, il a relancé le site lefigaro.fr, en a fait le premier site d’information de France. Il a poussé à la transformation de la rédaction en bimédia et a introduit la vidéo dès 2008. Doté d’un très grand humour, il lâchait régulièrement en comité de rédaction ses petites phrases favorites, dont : « Il vaut mieux se laver les dents dans un verre à pied que se laver les pieds dans un verre à dents. »

Leave a Reply