Eric Dupond-Moretti soupçonné de conflit d’intérêt: le ministère de la Justice perquisitionné – BFMTV

Spread the love

Le garde des Sceaux est soupçonné de conflit d’intérêt dans deux dossiers auxquels il a pris part lorsqu’il était avocat. Une enquête est en cours, menée par des magistrats de la cour de justice de la République.

Une perquisition est en cours au ministère de la Justice ce jeudi matin, a appris BFMTV de source judiciaire confirmant une information du Parisien. Cette opération est menée par trois magistrats de la cour de justice de la République (CJR), accompagnés de gendarmes de la Section de recherches de Paris, dans le cadre d’une enquête ouverte pour “prise illégale d’intérêt” concernant Eric Dupond-Moretti.

Le garde des Sceaux est en effet visé par des plaintes de trois syndicats de la magistratures et de l’association Anticor l’accusant d’avoir usé de ses fonctions de ministre dans des dossiers qu’il a traité en tant qu’avocat.

“On ne peut pas avoir un intérêt comme ancien avocat et poursuivre les gens qui vous dérangent dans ces affaires. Car, les poursuites disciplinaires qui ont été exercées l’ont été contre des personnes qui étaient dérangeantes pour ses intérêts d’avocat”, commente sur notre antenne Evelyne Sire-Marin, magistrate, présidente de chambre à la cour d’appel de Versailles.

Le garde des Sceaux “serein”

Les magistrats de la CJR s’intéressent particulièrement à l’affaire d’un policier monégasque poursuivi pour corruption et défendu par Eric Dupond-Moretti qui avait dénoncé les “méthodes de cow-boy” du juge d’instruction. Une fois arrivé place Vendôme en tant que ministre, il avait engagé une procédure contre ce magistrat.

Autre point scruté par la CJR: celui de l’affaire dite des “fadettes” dans laquelle les factures téléphoniques d’Eric Dupond-Moretti – entre autres – avaient été épluchées par le parquet national financier (PNF) dans le cadre de l’affaire “Bismuth” visant Nicolas Sarkozy. Après avoir dénoncé des “méthodes de barbouzes”, l’avocat avait porté plainte. Il l’avait finalement retirée une fois arrivé au ministère de la Justice puis avait demandé l’ouverture d’enquêtes administratives contre les magistrats du PNF.

L’entourage d’Éric Dupond-Moretti indique à BFMTV “regretter la publicité immédiatement donnée au déroulement de cette perquisition, nouvelle violation du secret de l’instruction”.

Le garde des Sceaux se dit par ailleurs “serein face à cette procédure pour laquelle il a toujours dit avoir exclusivement suivi les recommandations de ses services composés de magistrats”. Un soutien du ministre fustige quant à lui ces poursuites, estimant: “On parle souvent de la judiciarisation de la vie politique, ici il s’agit de politisation de la vie judiciaire”. 

Mélanie Vecchio avec Ambre Lepoivre

Leave a Reply