Éric Dupond-Moretti, le «Bernard Tapie d’Emmanuel Macron» – Le Figaro

Spread the love

Réservé aux abonnés

ANALYSE – Le nouveau ministre de la Justice a fait de la lutte contre le RN, l’un de ses principaux combats.

Éric Dupond-Moretti, avant son premier Conseils des ministres, le 7 juillet 2020.
Éric Dupond-Moretti, avant son premier Conseils des ministres, le 7 juillet 2020. Jean-Christophe MARMARA/Le Figaro

Tout le monde le connaît, et il ne laisse personne indifférent. Avec ces deux qualités, Éric Dupond-Moretti avait tout pour plaire à Emmanuel Macron. Nommé garde des Sceaux à la surprise générale lors du dernier remaniement, le flamboyant ministre de la Justice a suscité un mélange de curiosité et de fascination chez ses collègues du gouvernement.

Mais le ténor du barreau, aussi éloquent dans les tribunaux que sur les plateaux, n’a pourtant pas tardé à se fondre dans le décor compassé de la vie politique. Comme s’il avait rangé ses talents oratoires au placard, en même temps qu’il y avait déposé sa robe d’avocat. «On a vraiment hâte de voir la bête», presse une ministre. Quand d’autres sont plus tranchants. «En Conseil des ministres, il prend souvent la parole, car il présente les textes généraux. Mais pour l’instant, ça ressemble surtout à Maria Callas qui lirait le mode d’emploi d’un aspirateur…», tacle un collègue. «Pour l’instant il se retient et il fait profil bas. Peut-être un peu

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 71% à découvrir.


Abonnez-vous : 1€ pendant 2 mois

Annulable à tout moment

Leave a Reply