Eoliennes : Emmanuel Macron appelle au « pragmatisme au cas par cas » – Le Monde

Spread the love

Alors qu’il était en visite officielle en Polynésie française, Emmanuel Macron a pris le temps de s’exprimer sur l’éolien, un sujet qui devient de plus en plus politique et polémique. Dans un entretien accordé à Franceinfo et diffusé mardi 27 juillet, le président de la République a défendu « le pragmatisme au cas par cas » sur les projets éoliens, pour éviter « d’abîmer nos paysages : c’est une part de notre patrimoine, de notre richesse profonde, de notre identité. » Le chef de l’Etat, qui a préféré mettre en avant l’énergie solaire, source de « moins de nuisances », reprend ici les nombreuses critiques qui ont fleuri ces derniers mois contre les implantations d’éoliennes : trop encombrantes, défigurant les paysages ruraux, nocives pour l’économie…

Durant la campagne des élections régionales, majorité présidentielle, droite et extrême droite ont toutes critiqué l’énergie éolienne. Le président des Hauts-de-France, Xavier Bertrand, candidat déclaré à la présidentielle et anti-éolien revendiqué, a ainsi dénoncé au cours de sa campagne « un scandale national » et un « développement anarchique au mépris des populations ». Emmanuel Macron a explicitement fait allusion aux Hauts-de-France dans son entretien, pour prôner une meilleure concertation locale.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Les éoliennes ne sont ni de gauche ni de droite, ne marchons pas dans cette combine politicarde ! »

A droite, Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne-Rhône-Alpes et lui aussi candidat putatif à l’élection présidentielle, a également regretté l’impact négatif des installations sur la valeur immobilière des habitations environnantes. Les détracteurs de cette « lubie des Verts », comme s’en était moqué le député Les Républicains (LR) du Loir-et-Cher Guillaume Peltier, préfèrent vanter les mérites du nucléaire, jugé plus efficace et vue comme une fierté nationale pour le pays comptant le plus de centrales nucléaires par habitant au monde. M. Bertrand s’est ainsi fait le champion de l’écologie « du bon sens » en attaquant ceux qui se préoccupent plus du « risque nucléaire » que du « risque climatique ».

Une cible idéale

C’est sans doute le Rassemblement national (RN) qui, dans son discours, dénonce le plus l’éolien, au nom de la défense de la ruralité, des « paysages » et des « citoyens sacrifiés ». Marine Le Pen, candidate du RN pour 2022, regrette « une politique d’installation massive qui va inexorablement changer le visage » du pays. Jordan Bardella, numéro deux du parti, a également réclamé un moratoire sur les implantations d’éoliennes en Ile-de-France, dans une région qui se distingue pourtant par son retard en la matière.

Il vous reste 38.56% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply