Environnement : Amazon dévoile son plus grand projet d’énergie renouvelable

Spread the love
Environnement : Amazon dévoile son plus grand projet d'énergie renouvelable

Amazon passe au vert. Le géant américain vient en effet de délier les cordons de sa bourse pour investir dans son plus grand projet d’énergie renouvelable à ce jour, sous la forme d’un parc éolien offshore européen situé à un peu moins de 20 kilomètres au large des côtes néerlandaises. Le champion du commerce en ligne figure dans ce projet en qualité de co-investisseur aux côtés d’un consortium composé des géants de l’énergie, Shell et Eneco. Une fois le parc finalisé, le groupe présidé par Jeff Bezos en achètera plus de la moitié.

Prévue pour 2023, cette centrale “verte” devrait produire 3,3 TWh par an, soit suffisamment d’énergie renouvelable pour alimenter plus d’un million de foyers néerlandais en électricité renouvelable. L’augmentation des investissements de la société dans l’énergie renouvelable s’inscrit dans le cadre de l’engagement d’Amazon à atteindre 100 % d’énergie renouvelable d’ici 2030, une promesse effectuée en 2019 par le géant américain. Amazon affirme désormais être en bonne voie pour atteindre cet objectif avec cinq ans d’avance, soit d’ici 2025.

Amazon n’est toutefois pas seul à faire de telles promesses. Le passage au 100 % renouvelable est en effet un projet commun à tous les géants du numérique. Tous les GAFA se sont d’ailleurs engagés à atteindre cet objectif, qui implique que ces entreprises devront acheter chaque année autant d’énergie renouvelable qu’elles en ont consommé dans leurs installations. De quoi expliquer la ruée vers l’achat d’énormes quantités d’énergie renouvelable observé ces dernières années.

publicité

Haro sur le stockage

Google a déjà fait la une des journaux pour avoir acheté en un an autant d’électricité d’origine solaire et éolienne que celle consommée par l’ensemble de l’Etat américain de Rhode Island. Le géant de la recherche est, depuis quelques années, la plus grande entreprise acheteuse d’énergie renouvelable. Mais ce titre a récemment été repris par Amazon. En décembre dernier, l’entreprise avait porté sa fourniture totale d’énergie renouvelable à 18 millions de MWh d’électricité produite par an. « Ces nouveaux projets feront de l’entreprise le plus gros acheteur d’énergie renouvelable de tous les temps », avait alors déclaré la direction d’Amazon.

Si les entreprises achètent souvent de l’énergie éolienne et solaire sur les mêmes réseaux électriques que ceux qui alimentent leurs installations, cela ne signifie pas que l’énergie renouvelable qu’elles achètent est directement utilisée pour fournir de l’électricité à leurs activités. En d’autres termes, faire correspondre la consommation annuelle d’électricité avec les achats d’énergie renouvelable est différent que d’alimenter localement chaque centre de données, bureau ou entrepôt avec de l’électricité décarbonée à toute heure de la journée.

D’autant que les sources d’énergie solaire ou éolienne fournissent de l’électricité par intermittence, ce qui signifie que lorsque le soleil ne brille pas ou qu’il n’y a pas un souffle de vent, il faut trouver des sources d’énergie alternatives, souvent à base de carbone.

C’est bien pour remédier à ce problème que des équipes de scientifiques travaillent d’arrache-pied sur des solutions de stockage de l’électricité. « Ajouter davantage d’énergie renouvelable au réseau ne sera pas la seule solution au problème », affirme Stuart Adler, chercheur en stockage de l’énergie au Clean Energy Institute de l’université de Washington, interrogé par ZDNet. « Dans des endroits comme la Californie, par exemple, il y a même une surcapacité, ce qui signifie qu’il y a tellement d’énergie solaire pendant la journée que la capacité n’est pas utilisée et que de grandes quantités sont en fait gaspillées », explique ce dernier.

La fin de l’intermittence pour le renouvelable ?

« Le stockage de l’énergie est une composante importante de la solution à ce problème. Il s’agit de savoir comment utiliser les énergies renouvelables intermittentes comme l’éolien et le solaire, qui ont maintenant des chaînes d’approvisionnement matures, et comment en tirer profit », poursuit-il. C’est pourquoi une partie de l’investissement d’Amazon dans les énergies renouvelables sera consacré à faire avancer la recherche sur les technologies de stockage de l’énergie.

Le parc éolien offshore des Pays-Bas explorera à ce titre diverses techniques innovantes de stockage de l’énergie. Celles-ci comprennent notamment un parc solaire flottant, un stockage à court terme sur batterie, des turbines à réglage optimal et la production d’hydrogène vert. L’hydrogène vert peut être produit à partir de l’excédent d’énergie renouvelable grâce à un processus appelé électrolyse, qui permet de stocker de grandes quantités d’électricité pendant de longues périodes avec des sous-produits non polluants.

Bien qu’extrêmement prometteuses, ces innovations n’en sont qu’à leurs prémisses. « Ce projet offre la possibilité de démontrer les combinaisons de ces mesures pour assurer une alimentation électrique continue quelles que soient les conditions de vent », veut toutefois croire la direction d’Amazon. En plus de sa promesse d’atteindre 100 % d’énergie renouvelable au cours de la prochaine décennie, Amazon s’est également engagé à être estampillé “zéro carbone” d’ici 2040… soit 10 ans avant la date limite fixée dans l’accord de Paris.

Source : ZDNet.com

Leave a Reply