Entre hommages et messages voilés, Emmanuel Macron a remis la Légion d’honneur à Edouard Philippe – BFMTV

Spread the love

Emmanuel Macron avait fixé rendez-vous à son ex-Premier ministre à l’Elysée ce mardi, afin de lui remettre la croix de Grand officier de la Légion d’honneur. Le chef de l’Etat en a profité pour glisser quelques mots, à la tonalité évidemment très politique.

Edouard Philippe à l’Elysée: une image aussi familière que détonante dans la mesure où Jean Castex l’a remplacé à Matignon depuis 11 mois déjà. Mais si Edouard Philippe avait rendez-vous au “Château” ce mardi, ce n’était pas, bien sûr, pour reprendre sa tâche auprès du chef de l’Etat. Ce dernier l’avait invité afin de lui remettre la médaille de Grand officier de la Légion d’honneur.

Emmanuel Macron a glissé quelques mots au sujet du récipiendaire. Souvenirs communs, hommages, mais aussi ironies et messages (à peine) voilés ont passé dans son discours, dessinant un tableau très politique. Des photos ont par ailleurs filtré de la cérémonie.

Edouard Philippe avec sa rosette ce mardi.
Edouard Philippe avec sa rosette ce mardi. © Transmis par l’un des participants à BFMTV

Un air de “fête familiale”

“On a l’impression d’être dans une fête familiale avec gens qui vous portent une affection fraternelle ou filiale”, a notamment lancé le président de la République.

Il a ensuite appuyé l’hommage à son ancien chef du gouvernement: “Nous avons formé un attelage harmonieux, complémentaire, empreint d’amitié, qui a été utile aux Français”.

Une concorde apparemment à deux doigts de la franche camaraderie qui, d’après le président de la République, n’a “pas empêché trois ans de réforme d’action et surtout d’harmonie”, visiblement le maître-mot de cette prise de parole.

Saluant le mentor d’Edouard Philippe, Alain Juppé, Emmanuel Macron a encore déclaré, cette fois à l’adresse de son ex-Premier ministre: “En mai 2017 nous ne nous connaissions pas mais j’ai pu apprécier votre constante vigilance et une souple rigueur”. Il a également loué une “fidélité permanente, une vision et une volonté commune”.

Psychanalyse autour d’un sabre

Depuis qu’Edouard Philippe a quitté l’exécutif, il a retrouvé sa mairie du Havre. S’il conserve à l’évidence des ambitions nationales à l’abri de son bureau normand, celles-ci ne semblent pas immédiates et il ne s’est jamais dressé en concurrent face au président de la République pour 2022.

En lui ôtant Matignon, Emmanuel Macron lui a même demandé de travailler à la reconstruction de la majorité en vue de cette échéance. Il a tenu à lui rappeler sa mission ce mardi. “Vous apportez beaucoup mais vous apporterez beaucoup” (à la majorité présidentielle), lui a-t-il prédit.

Emmanuel Macron a également fait allusion au sabre qui a suivi Edouard Philippe de palais de la République en bâtiment officiel, et notamment de la rue de Varenne parisienne à la Place de l’Hôtel de ville havraise. Il s’agit d’une lame qu’il a retirée de son service militaire en tant qu’officier d’artillerie à cheval. Devinant les interprétations possibles, Emmanuel Macron a tenté de couper court à la psychanalyse: “On s’y tromperait d’y voir un objet guerrier, il faut plutôt y voir la force de la responsabilité”.

Une tradition depuis 2008

Le chef de l’Etat a-t-il voulu envoyer une carte postale politique urbi et orbi, pousser Edouard Philippe à renouveler l’hommage-lige à l’orée de la prochaine présidentielle à travers cette cérémonie de remise de décoration? À dire vrai, celle-ci tient moins aux désidératas de l’Elysée qu’aux institutions. En effet, le Premier ministre reçoit automatiquement la médaille de Grand officier de la Légion d’honneur, et en principe des mains du grand maître de cet ordre national, c’est-à-dire du président de la République. C’est Nicolas Sarkozy qui l’avait décidé en 2008.

Il y avait toutefois glissé une condition: que l’ancien pensionnaire de Matignon ait dirigé le gouvernement pendant au moins deux ans. Une clause qui excluait de fait son ancien collègue et rival, Dominique de Villepin, Premier ministre pendant exactement un an onze mois et 16 jours.

Robin Verner avec Agathe Lambret

Leave a Reply