Posted on
Spread the love

La maire de Paris, candidate à sa succession, a fait l’objet d’intenses attaques durant son mandat. Franceinfo a tenté de décrypter ce “Hidalgo bashing”. 

“Vous êtes une honte pour la France et pour Paris”, “Anne Hidalgo et sa bande de branquignols devraient être déférées devant les tribunaux pour non-assistance à ville en danger”, “Anne Hidalgo ne sait plus quoi faire avec le pognon engrangé par Paris, son objectif est de saloper la ville”… Il suffit de quelques minutes sur les réseaux sociaux pour tomber sur des dizaines de messages de ce genre. Dans le viseur de ces internautes : la maire PS de Paris, qui a annoncé sa candidature pour un second mandat samedi 11 janvier, et que certains de ses détracteurs ont rebaptisée “Annie Dingo”

Piétonnisation des voies sur berges, arrêt des Vélib’ et Autolib’, trottinettes, propreté, sécurité… Les sujets de mécontentement ne manquent pas depuis l’élection de l’ex-première adjointe de Bertrand Delanoë à la mairie de Paris en 2014. Mais les critiques ont pris un tour passionnel et très personnel. Un terme a même été inventé pour désigner ce phénomène : le “Hidalgo bashing”. “Les critiques ont été beaucoup plus fortes et acérées contre Anne Hidalgo que contre Bertrand Delanoë. Cela questionne”, note Christophe Najdovski, son adjoint aux Transports et membre d’EELV. 

Une action cristallise à elle seule les attaques visant la maire de Paris : la lutte contre la place de la voiture. La piétonnisation des voies sur berges sur la rive droite de la capitale, annoncée dans Le JDD en octobre 2015, a alimenté la chronique politique, médiatique et judiciaire pendant de longs mois avec plusieurs recours déposés contre ce projet. Très contestée, notamment en banlieue par les élus de droite et la région Ile-de-France présidée par Valérie Pécresse (LR), la mesure a régulièrement donné lieu à des controverses assorties de batailles de chiffres sur l’impact sur les embouteillages, le bruit ou la pollution. En première ligne : Anne Hidalgo, taxée de “reine des bobos” par ses opposants.

“La voiture, c’est le marqueur qui a suscité le plus de passions positives et négatives. Cela tient à la place dans l’imaginaire de la voiture, synonyme de liberté”, décrypte Rémi Féraud, patron de la fédération socialiste de Paris et président du groupe socialiste au Conseil de Paris. 

Ce sont beaucoup d’hommes qui se sont braqués, qui défendaient leur pré carré et une vision datée de la mobilité. Anne Hidalgo a eu le courage politique de tenir bon.Christophe Najdovski, adjoint aux Transportsà franceinfo

En octobre 2018, l’ancienne inspectrice du travail remporte la bataille. Le tribunal administratif de Paris juge légal le second arrêté de piétonnisation des berges pris début mars par la mairie de Paris. “La droite avait des marqueurs très puissants, comme la place de la voiture. Or, nous avons gagné une bataille culturelle. Pas un élu ne reviendrait sur la piétonnisation des voies sur berges, d’ailleurs”, se félicite Emmanuel Grégoire, premier adjoint d’Anne Hidalgo. 

Anne Hidalgo lors de l\'inauguration de l\'exposition \"Cap sur la COP 22\" organisée sur les voies sur berges, le 14 septembre 2016.
Anne Hidalgo lors de l’inauguration de l’exposition “Cap sur la COP 22” organisée sur les voies sur berges, le 14 septembre 2016. (DENIS / REA)

Effectivement, la droite parisienne temporise aujourd’hui sur le principe. “La piétonnisation des voies sur berges n’est pas forcément une mauvaise chose”, concède Jean-Pierre Lecoq, le maire LR du 6e arrondissement. Mais, ajoute-t-il aussitôt, “il fallait prendre le temps. Les enquêtes ont été bâclées, les opposants ont été traités de moyenâgeux et ça a été un bazar avec un report de la circulation et de la pollution sur le boulevard Saint-Germain”. “Pour moi, la piétonnisation des voies sur berges a été révélatrice de la méthode ‘Anne Hidalgo'”, appuie Pierre Liscia, élu du 18e arrondissement. Désormais candidat à la mairie de Paris sous les couleurs de Libres !, le mouvement de Valérie Pécresse, il dépeint une édile “très idéologue”, “qui n’a pas de ligne directrice” et qui “n’écoute personne d’autre qu’elle-même”.

Ce que Pierre Liscia nomme “la méthode Anne Hidalgo” est sans doute le point qui a le plus alimenté le “bashing” tout au long de la mandature. Philippe Goujon, le puissant et très installé maire LR du 15e arrondissement, pointe, par exemple, une maire “clivante”, qui fait preuve d’“un certain autoritarisme et d’une certaine brutalité dans les décisions”. Mao Peninou, élu du 19e arrondissement et membre de l’équipe de Cédric Villani, a bien connu le système de l’intérieur. Jusqu’en novembre 2018, il était adjoint à la Propreté. “Elle est clivante, mais vous savez, elle clive aussi beaucoup, affirme-t-il. Il y a une part de ‘je n’en ai rien à foutre des autres, j’y vais quand même’.”

Dans son équipe, on se disait souvent qu’elle n’est jamais meilleure que lorsqu’elle est attaquée. Mais c’est bien aussi de savoir rassembler.Mao Peninou, ex-adjoint d’Anne Hidalgoà franceinfo

Mao Peninou n’est pas le seul adjoint à avoir quitté l’équipe Hidalgo durant la mandature. L’exemple de Bruno Julliard est encore plus parlant. Très proche de la maire et ancien premier adjoint, il a démissionné avec fracas en septembre 2018. Dans une interview accordée au Monde, lui aussi s’en prend à la méthode Hidalgo. “Depuis plusieurs mois, de vifs désaccords d’orientation et de méthodes de gouvernance nous ont éloignés. Au lieu de s’ouvrir et d’engager le dialogue avec les Parisiens pour surmonter les difficultés actuelles, c’est le repli sur l’Hôtel de ville et le déni de sa part qui l’ont trop souvent emporté”, déplore-t-il.

Bruno Julliard et Anne Hidalgo lors de la visite à Paris du président libanais Michel Aoun, le 26 septembre 2017.
Bruno Julliard et Anne Hidalgo lors de la visite à Paris du président libanais Michel Aoun, le 26 septembre 2017. (DENIS / REA / SIPA)

Du côté des proches d’Anne Hidalgo, on nuance largement cette explication. “Si les mots très durs et très forts de Bruno Julliard correspondaient à la réalité, il n’aurait pas été le seul à partir. Son départ n’a pas entraîné de suite en cascade”, tacle Rémi Féraud. Plus largement, Christophe Najdovski assure que la maire “est très différente de l’image qu’elle renvoie à l’extérieur”, qu’elle “est beaucoup plus dans la collégialité et la confiance avec ses adjoints”. 

Anne Hidalgo n’est pas du tout sectaire. Je ne comprends pas cette hyper-personnalisation, elle associe beaucoup ses adjoints.Emmanuel Grégoire, premier adjoint d’Anne Hidalgoà franceinfo

“Anne Hidalgo est très volontariste, elle a le bon et le mauvais côté de ce trait de caractère. Mais, compte tenu des enjeux environnementaux, si on n’avait pas quelqu’un comme Anne, on serait condamné à la procrastination et à l’immobilisme”, soutient encore Emmanuel Grégoire. 

Un discours qui ne convainc pas franchement les opposants à la maire. Et encore moins le monde des médias et du spectacle. Car ce sont eux qui ont été les plus virulents, comme le note Sandrine Lévêque, professeure de sciences politiques à l’université Lyon-2. “Les attaques contre Anne Hidalgo ont été très sévères, que ce soit dans les news magazines ou dans les ouvrages publiés sur elle. Elles ne viennent pas forcément des adversaires politiques mais de journalistes.” L’entourage d’Anne Hidalgo fait la même analyse. “Cette politique anti-bagnole a clairement créé un stress chez les faiseurs d’opinion. Il n’y a pas un éditorialiste qui ne nous ait pas cassé la tête avec ça car il avait vécu cela dans sa chair !” relève, avec une pointe d’humour, Emmanuel Grégoire.

L’acharnement n’est pas venu de la droite au Conseil de Paris, c’est plutôt venu d’une certaine droite, toujours liée à l’obsession de la voiture, très “Figaro Magazine”.Rémi Féraud, patron de la fédération socialiste à Parisà franceinfo

Des accusations balayées d’un revers de main par Jean-Christophe Buisson, directeur adjoint du Figaro Magazine, qui a consacré quelques unes à la maire de Paris. “Le but du jeu n’était pas de faire du ‘Hidalgo bashing’ mais d’être pragmatique sur ce que l’on constatait. Des choses qui nous paraissaient élémentaires, comme la sécurité et la propreté, étaient négligées par Anne Hidalgo”, accuse-t-il, évoquant “une ville défigurée d’un point de vue architectural”.

N’y a-t-il vraiment rien à sauver du bilan d’Anne Hidalgo ? “Vous savez, quand on est journaliste, on cherche plutôt ce qui ne va pas, défend Jean-Christophe Buisson. Et tout ce qu’elle présente comme à son crédit, ce sont des apports pseudo-esthétiques : regardez les pissotières super, les hommes peuvent pisser dans la rue !” Son magazine s’est d’ailleurs fait l’écho de plusieurs ouvrages très à charge contre Anne Hidalgo : La Reine maire de Paris (Editions du Rocher, 2019), écrit par trois journalistes du Figaro, Notre-Drame de Paris (Albin Michel, 2017) et Sainte Anne ! (Albin Michel, 2019), tous deux coécrits par les journalistes Nadia Le Brun et Airy Routier.

Outre certains médias, des artistes ont pris ouvertement position contre la maire de Paris. Il y a eu Fabrice Luchini et son “Paris n’est absolument plus habitable”, Fabrice Eboué et son “gros merci” à Anne Hidalgo à l’occasion de la journée sans voiture, Patrick Sébastien et son “Je ne supporte pas la maire de Paris”, ou encore Alain Souchon, qui veut quitter la capitale, devenue, selon lui, sale et violente.

Pour les proches d’Anne Hidalgo, ces critiques très violentes adressées à la maire de Paris s’expliquent aussi par le fait qu’elle est une femme. “Je n’aime pas du tout l’idée de dire que le fait qu’elle soit une femme explique les difficultés rencontrées, mais j’observe qu’il y a chez les chroniqueurs des propos d’une virulence, d’une misogynie… Jamais ils ne s’autoriseraient ce registre avec un homme politique”, dénonce Emmanuel Grégoire. “Ce qui est intéressant avec Anne Hidalgo, c’est que les critiques peuvent être sexistes et racistes en même temps, note Sandrine Lévêque. C’est en effet non seulement son genre qui est rappelé dans les journaux, mais aussi ses origines espagnoles, avec tous les clichés qui y sont attachés (elle est colérique, elle a le sang chaud)”.

Je me demande si le fait pour Anne Hidalgo d’être attaquée sur la voiture ne relève pas du même mécanisme inconscient. La voiture n’est pas de la compétence des femmes. On attaque très peu Anne Hidalgo sur sa politique des crèches.Sandrine Lévêque, professeure de sciences politiquesà franceinfo

Même l’élu LR Jean-Pierre Lecoq reconnaît le sexisme de certaines attaques : “En tant que maire femme, elle a eu à subir des attaques dures.” D’autres opposants lèvent au contraire les yeux au ciel dès que l’on évoque la question du sexisme. “S’ils ont trouvé cette seule défense pour contrer les critiques, c’est dommage”, juge Philippe Goujon. “C’est trop facile et c’est faux de dire qu’on l’attaque parce que c’est une femme, de gauche et d’origine étrangère, ce n’est pas le sujet”, tacle Jean-Christophe Buisson, qui préfère évoquer “une gouvernance qui n’est pas à la hauteur de ce que la ville mérite”.

Face à ce déferlement, l’équipe Hidalgo n’a pas ignoré les critiques et a même concocté une stratégie ‘anti-bashing’. “On a essayé de changer le dispositif politique en montant au front afin de prendre les coups à sa place, explique Emmanuel Grégoire. Le but, c’était de faire de la pédagogie et de montrer que l’on est une équipe. Ce n’est pas Hidalgo qui fait faire caca à ses chiens partout dans Paris la nuit !”

Une approche plutôt payante, si l’on regarde les sondages. “Il y a souvent eu un décalage, une décorrélation entre les discours très forts de ‘bashing’ et une stabilité de jugement des Parisiens, indique Frédéric Dabi, directeur adjoint de l’Ifop. Anne Hidalgo a conservé un socle très fort à gauche.” De fait, les premières tendances pour les municipales de mars la donnent en tête. “Pour l’instant, en dépit du ‘bashing’, l’élection ne s’est pas transformée en un référendum pour ou contre Hidalgo”, conclut le sondeur.

Advertisements

Leave a Reply