Enlèvement de Mia : ce que l’on sait sur les auteurs présumés du rapt – LCI

Spread the love

ENLÈVEMENT – À la suite de la disparition de Mia, 8 ans, intervenue mardi 13 avril dans les Vosges, quatre hommes ont été interpellés à Paris puis transférés à Épinal. Trois d’entre eux revendiquent cet enlèvement.

L’enquête autour de l’enlèvement de la petite Mia se poursuit. Jeudi 15 avril, trois hommes suspectés d’être les ravisseurs ou du moins d’être mêlés à l’enlèvement étaient “en cours d’audition”, a déclaré le procureur de la République d’Épinal, Nicolas Heitz, confirmant une information du Parisien

Les individus ont été interpellés dans la nuit de mercredi à jeudi dans le XIXe arrondissement de Paris et dans la petite couronne. Ils ont ensuite été transférés à Épinal.

Toute l’info sur

L’enlèvement de la petite Mia, 8 ans

Des “survivalistes” proches de l’ultradroite

Le profil des trois individus se précise. Ils ont “un profil apparenté à la mouvance survivaliste et proche des thèses de l’ultradroite”, a indiqué une source proche du dossier à l’AFP. D’après Le Parisien, ces personnes, “jugées potentiellement dangereux”, étaient “suivies par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) en raison de leur appartenance” à cette mouvance. Ils avaient été sollicités par la mère de la fillette, via Internet, pour récupérer sa fille. L’opération avaient été préparée conjointement.  

Un homme, de 58 ans, a été interpellé à son domicile boulevard Jean-Jaurès dans le 19e arrondissement de Paris. C’est chez lui que les enquêteurs vont  découvrir le script d’un discours destiné à se faire passer pour un éducateur auprès de la grand-mère qui gardait la petite Mia. De nombreux téléphones portables ont également été retrouvés et, dans un box à proximité du logement, se trouvait le véhicule ayant servi à ce que les auteurs considèrent comme une “exfiltration”.

 

Le second individu, âgé lui de 23 ans, habite à Varreddes (Seine-et-Marne). Au domicile du jeune homme, les enquêteurs ont  trouvé des explosifs “de type militaire”, valant au Parquet national anti-terroriste d’entrer en jeu. Un 3e homme de 60 ans, résidant aux Lilas (93), ainsi qu’un 4e individu, en Meurthe-et-Moselle, ont été ensuite arrêtés par les enquêteurs. Sur les quatre hommes, considérés comme les ravisseurs de la fillette mais qui ne présentaient jusqu’alors aucun antécédent judiciaire, trois d’entre eux ont revendiqué cette opération qu’ils qualifient eux-mêmes d’“extraction et d’exfiltration”.

 Face aux enquêteurs, le quinquagénaire qui résidait dans le 19e arrondissement de la capitale dit se considérer comme un “dissident”, “un résistant à la barbarie de ce système”. “La teneur des propos tenus illustrent leur état d’esprit à l’endroit des institutions de la République”, a expliqué le procureur Nicolas Heitz, avant de faire un nouvel appel à témoignages la fillette de 8 ans et sa mère n’ayant toujours pas été retrouvées. Un départ à l’étranger n’est “pas exclu”, a prévenu le magistrat.

Mia pourrait se trouver avec sa mère

Mardi 13 avril, ces trois hommes se sont présentés au domicile de la grand-mère de Mia dans une petite commune à proximité de Saint-Dié-des-Vosges (Vosges). La petite fille y était placée provisoirement sur décision d’un juge des enfants. Deux des ravisseurs se sont fait passer pour des représentants de la protection de l’enfance, avec des papiers à en-tête du ministère de la Justice, pour y prétexter un rendez-vous dans un service éducatif avec la mère de Mia pour emmener l’enfant. 

Lire aussi

Mia n’a toujours pas été retrouvée. Elle pourrait se trouver avec sa mère, Lola Montemaggi, 28 ans, qui n’avait plus le droit de voir sa fille depuis janvier. Elle était absente de son domicile mercredi et reste introuvable à ce stade. Selon le quotidien Vosges Matin, un automobiliste a indiqué aux gendarmes avoir pris la jeune femme en stop mardi matin pour l’emmener à quelques kilomètres des Poulières. Elle lui aurait alors indiqué vouloir partir à l’étranger.

Sur le même sujet

Leave a Reply