En Iran, les funérailles du général Soleimani tournent à la tragédie – Le Monde

Spread the love
Lors des funérailles du général Ghassem Soleimani à Kerman, dans le sud-est de l’Iran, le 7 janvier 2020.

Lors des funérailles du général Ghassem Soleimani à Kerman, dans le sud-est de l’Iran, le 7 janvier 2020. ATTA KENARE / AFP

Ils étaient venus rendre hommage au général iranien Ghassem Soleimani, tué le 3 janvier à Bagdad, en Irak, par un tir de drone américain. Aux cris de « Mort à l’Amérique », une foule immense a envahi, mardi 7 janvier, la ville de Kerman, dans le sud-est de l’Iran, pour participer à ses funérailles. Mais la procession funéraire a tourné à la tragédie après une bousculade ayant fait plus de cinquante morts.

Selon l’agence de presse officielle iranienne ISNA, citant le chef des secours de la ville, deux cent douze personnes ont été également blessées dans le drame, « dont un petit nombre » est dans un « état grave ». L’inhumation du militaire qui devait avoir lieu dans l’après-midi a par conséquent été reportée, a fait savoir ISNA.

Le centre de Kerman, ville natale du général Soleimani, a été envahi dans la matinée par une marée humaine, semblable à celle qui avait déferlé dimanche et lundi à Téhéran, Ahvaz (ouest), Qom (centre) et Machhad (nord-est), où les cercueils de Soleimani et de ses compagnons d’armes tués avec lui ont reçu un immense hommage populaire. « Pas de compromis, pas de soumission, revanche ! », ont scandé des habitants de Kerman, vêtus de noir.

Témoignages : Après la mort du général Soleimani en Iran : « Nous gardons nos critiques du système pour plus tard »

Au passage du cortège, la foule se déplaçait lentement, lançait des écharpes sur le camion transportant la dépouille du général pour recevoir la bénédiction du « martyr ». Soudain, alors que passait la procession, des personnes ont été poussées par la foule dans une allée, a raconté à l’Agence France-Presse (AFP) Ali Salaji, qui a survécu à la bousculade. La foule a alors écrasé des dizaines d’hommes, de femmes et d’enfants. « Il y avait tellement de monde dans l’allée, ils ont été jetés les uns sur les autres, avant de mourir », a-t-il relaté. Pour échapper à la foule, certains ont dû grimper sur les toits.

« Les gens se sont tellement pressés que j’ai dû m’enfuir, mais une bicyclette a roulé sur mon pied et l’a cassé », a raconté à l’AFP Arsalan Farzamimoqadam, à l’hôpital de Kerman, où était affichée en fin de journée dans le hall une liste des noms des victimes.

Figure très populaire en Iran, chef des Forces Al-Qods, unité d’élite chargée des opérations extérieures des gardiens de la révolution (ou pasdarans), Ghassem Soleimani était l’architecte de la stratégie de l’Iran au Moyen-Orient. Il a été assassiné vendredi sur ordre du président américain Donald Trump, entraînant une nouvelle escalade des tensions entre Téhéran et Washington, et faisant craindre une guerre au Moyen-Orient.

« Vengeance, vengeance »

Pour Hemmat Dehghan, vétéran de guerre de 56 ans, Soleimani était « un grand homme ». « Nous ne pouvons pas tous être comme lui (…). Il est quasiment irremplaçable », a-t-il souligné, clamant : « Nous sommes tous Soleimani. » « Vengeance, la vengeance seulement, a-t-il déclaré. La revanche telle que nos responsables la concevront. Nous sommes tombés de notre cheval, mais nous avons toujours nos principes. »

« Vengeance, vengeance » : ce slogan a été repris en chœur dans la ville, au son des tambours suivant le rythme réservé habituellement aux célébrations du martyre de l’imam Hussein, l’une des figures saintes les plus vénérées du chiisme. Déployée sur la façade d’un centre commercial, une immense affiche appelait également à la vengeance.

Le processus d’« expulsion des Etats-Unis de la région a commencé », a, pour sa part, lancé à la foule le général de division Hossein Salami, commandant en chef des gardiens de la révolution. « Notre volonté est ferme. Nous disons également à nos ennemis que nous allons nous venger, et que s’ils [frappent de nouveau] nous mettrons le feu à ce qu’ils adorent », a-t-il déclaré sur un ton énigmatique. « Eux-mêmes savent bien de quels lieux je parle. »

Dans le même temps, le Parlement iranien a adopté en urgence mardi une loi classant toutes les forces armées américaines comme « terroristes ». Les députés ont amendé une loi récente qui déclarait « terroristes » les forces américaines déployées de la Corne de l’Afrique à l’Asie centrale en passant par le Moyen-Orient. Le nouveau texte étend cette dénomination au Pentagone, à l’ensemble des forces américaines, aux responsables de l’assassinat de Soleimani, et à toute personne physique ou morale impliquée dans sa mort.

Les intérêts américains « en danger »

Alors que les principaux dirigeants civils, religieux et militaires iraniens annoncent une vengeance terrible, les appels à la « désescalade » se multiplient dans le monde.

Le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, qui devait assister jeudi à une réunion du Conseil de sécurité au siège de l’Organisation des Nations unies (ONU), à New York, a déclaré avoir été informé par le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, que les Etats-Unis lui avaient refusé son visa. Et les ministres des affaires étrangères français, allemand, italien et britannique se sont réunis mardi à Bruxelles pour évoquer les conséquences de l’élimination de Ghassem Soleimani.

Lire aussi « L’agressivité américaine est un bienfait inespéré mais pas forcément durable » pour l’Iran

Mardi, lors d’un entretien téléphonique, le président iranien, Hassan Rohani, a averti son homologue français que les intérêts américains au Moyen-Orient étaient désormais « en danger » et que ceux-ci ne pouvaient « échapper aux conséquences de ce grand crime ».

Emmanuel Macron l’a de nouveau appelé à « s’abstenir de toute mesure de nature à aggraver l’escalade en cours ». Il lui a aussi demandé de se remettre rapidement en pleine conformité avec les engagements pris dans le cadre de l’accord sur son programme nucléaire et demandé la libération immédiate de deux chercheurs français, Fariba Adelkhah et Roland Marchal, détenus en Iran depuis plusieurs mois.

De son côté, le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, a argué mardi que le président Donald Trump « avait absolument les bases légales appropriées » pour donner l’ordre de tuer Soleimani, défendant la légalité de toute action militaire future des Etats-Unis contre l’Iran. Il a aussi déclaré s’attendre à des « représailles » iraniennes.

Confusion autour d’une lettre des Etats-Unis annonçant le retrait de leurs troupes en Irak

Les Etats-Unis ont créé de la confusion, lundi 6 janvier, en transmettant par erreur aux autorités irakiennes une lettre annonçant des préparatifs en vue du retrait de leurs soldats déployés en Irak. La lettre faisait référence à un vote, dimanche, du Parlement irakien exhortant le gouvernement à expulser les troupes étrangères d’Irak après la colère provoquée par la frappe ayant tué Ghassem Soleimani.

Il s’agissait en fait d’un « projet [de lettre] non signé », a déclaré le chef d’état-major américain, le général Mark Milley. Ce projet « n’aurait jamais dû être envoyé », a-t-il ajouté, évoquant « une erreur commise en toute bonne foi. » Mardi, le ministre de la défense américain, Mark Esper, l’a assuré devant la presse : « Notre politique n’a pas changé. Nous ne quittons pas l’Irak. » « Ce serait la pire chose qui puisse arriver à l’Irak », a renchéri le président Donald Trump.

Toutefois, le premier ministre démissionnaire irakien, Adel Abdel Mahdi, a confirmé mardi avoir reçu une lettre « signée » et « très claire » du commandement américain annonçant un retrait militaire. L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) a, de son côté, annoncé mardi le retrait temporaire d’une partie de son personnel d’Irak.

Notre sélection d’articles sur l’escalade des tensions entre les Etats-Unis et l’Iran

Leave a Reply