Advertisements

EN IMAGES. Voici à quoi ressemblent les villes italiennes en quarantaine en raison du coronavirus – Ouest-France

Spread the love

En Italie, onze villes ont été placées en quarantaine, pour tenter d’endiguer l’épidémie de coronavirus. Dans ces municipalités, les rues se sont vidées, tous les lieux publics sauf les pharmacies sont fermés, et les habitants ne sortent qu’un masque de protection sur le visage. Voici un aperçu de l’atmosphère sur place, en huit images.

Dans les rues de Castiglione d’Adda, ce samedi. | FLAVIO LO SCALZO / REUTERS

  • Dans les rues de Castiglione d’Adda, ce samedi.
    Dans les rues de Castiglione d’Adda, ce samedi. | FLAVIO LO SCALZO / REUTERS
Vò Euganeo, Codogno, Castiglione d’Adda, Casalpusterlengo, Fombio, Maleo, Somaglia, Bertonico, Terranova dei Passerini, Castelgerundo, et San Fiorano. Voici les noms des onze villes italiennes qui étaient placées en quarantaine en raison du coronavirus ce dimanche, comme le détaille le quotidien italien La Repubblica . Une première en Europe.

En tout, quelque 52 000 habitants du nord de l’Italie, pays européen le plus touché par l’épidémie, sont concernés. « Dans les zones considérées comme des foyers, ni l’entrée ni la sortie ne sera autorisée sauf dérogation particulière », a résumé Giuseppe Conte, le Premier ministre italien, ce samedi.

Des policiers postés à l’entrée de Codogno, dimanche. | MIGUEL MEDINA / AFP
Un rare cycliste dans les rues de Codogno. | FLAVIO LO SCALZO / REUTERS
Dimanche, à Castiglione d’Adda. | FLAVIO LO SCALZO / REUTERS

Tout en appelant la population à observer une sorte « d’auto-quarantaine », le gouvernement a prévu des sanctions allant jusqu’à trois mois de réclusion en cas d’infraction à ces limitations. Et des policiers ont expliqué qu’ils mettaient en place « un périmètre très large » autour des villes concernées qui permettra toutefois les déplacements des populations à l’intérieur de la zone.

Des carabiniers en faction à l’entrée de Castiglione d’Adda, dimanche. | GUGLIELMO MANGIAPANE / REUTERS

Les bars, mairies, bibliothèques, écoles, et autres lieux publics sont fermés depuis vendredi soir. Sauf les pharmacies.

Les seuls commerces ouverts sont les pharmacies, comme ici à Codogno, samedi. | MATTEO CORNER / EPA-EFE

Résultat, dans les onze villes confinées, les rues se sont vidées. Les rares habitants sortent avec des masques de protection sur le visage.

Dans le village de Castelpusterlengo, l’une des municipalités placées en quarantaine, des journalistes de l’Agence France-Presse ont observé une file d’attente se former devant un supermarché, dimanche. Où les clients rentraient par groupe de quarante personnes pour faire le plein de produits de première nécessité et de vivres.

File d’attente devant un supermarché de Casalpusterlengo, dimanche. | MIGUEL MEDINA / AFP

Les mêmes scènes se répètent ailleurs. « Nous achetons des provisions de nourriture car on ne sait pas si les supermarchés resteront ouverts », explique Erika, une habitante de Codogno, foyer de l’infection en Italie.

File d’attente devant un supermarché de Casalpusterlengo, dimanche. | MIGUEL MEDINA / AFP

Dans la ville, des panneaux lumineux indiquent : « Coronavirus, la population est invitée à rester chez elle, par mesure de précaution ».

Les trains de la société ferroviaire privée Trenord ne desservent plus la gare de cette ville dont beaucoup d’habitants travaillent dans la métropole de Milan, la capitale économique italienne située à une soixantaine de kilomètres de là. « Nous avons tous peur, mais on croise les doigts, nous espérons que tout ira bien », dit Rosa, une pharmacienne. Mais elle craint « des problèmes de ravitaillement dans les prochains jours ».

Partager cet article Dans les rues de Castiglione d’Adda, ce samedi.

EN IMAGES. Voici à quoi ressemblent les villes italiennes en quarantaine en raison du coronavirusOuest-France.fr

Advertisements

Leave a Reply