EN DIRECT – Violences policières : charges des forces de l’ordre, la préfecture appelle à la dispersion des manifestants – LCI

Spread the love








EN DIRECT – Manifestation contre les violences policières : 15.000 personnes rassemblées à Paris, selon la préfecture | LCI

































Social

MOBILISATION – Le collectif “La vérité pour Adama”, ainsi que plusieurs associations, appellent de nouveau à manifester contre les violences policières ce samedi 13 juin. Des rassemblements sont également prévus dans d’autres villes.

De nouvelles manifestations sont organisées ce samedi à Paris et dans toute la France contre le racisme et les violences policières. Des rassemblements qui se tiennent sur fond de colère chez les forces de l’ordre qui se disent “jetées en pâture” par le ministre de l’Intérieur. Le plus gros défilé, attendu à Paris entre la place de la République et celle de l’Opéra, est organisé à 14h30 à l’appel du comité Adama Traoré. 

TENSIONS À PARIS 

Un bouclier anti-émeute est brûlé sur la place de la République par des manifestants.

Urgent

15.000 MANIFESTANTS  À PARIS 

15.000 personnes se sont rassemblées sur la place de la République, selon les chiffres fournis par la préfecture de police.

Urgent

BANDEROLE DE L’EXTRÊME DROITE

12 militants ont été interpellées à Paris après le déploiement de la banderole “contre le racisme anti-blanc”, selon une source policière. 

LE POINT EN FRANCE

A Bordeaux, le rassemblement a réuni environ 500 personnes, selon l’AFP, qui évoque une ambiance bon enfant. A Nantes, la manifestation perdure, avec un cortège qui fait désormais face aux CRS à proximité du Commissariat de Police Central. 

Du côté de Lyon, où quelque 2000 personnes se sont rassemblées, des échauffourées ont éclaté. La manifestation est donc d’ores et déjà terminée. A Lille, les forces de l’ordre ont fait usage de bombes lacrymogènes après une légère montée de tensions. La manifestation a toujours lieu.

AFFRONTEMENTS À PARIS 

Selon notre journaliste sur place, les tensions continuent à Paris. Parmi les manifestants qui vont à l’affrontement avec les forces de l’ordre, certains “militants de la gauche radicale” habitués des échauffourées. La situation se tend également sur le reste de la place, avec des CRS qui tentent de disperser la foule.

FIN DE MANIFESTATION À LYON

Après quelques tensions, la manifestation a pris fin à Lyon, selon un journaliste sur place. 

AFFRONTEMENTS À PARIS 

 

Les images des forces de l’ordre, cible de tirs de mortiers et de projectiles.

TENSIONS À PARIS

Des affrontements ont lieu actuellement place de la République entre les forces de l’ordre et certains manifestants. La préfecture de police appelle désormais “à se disperser” en raison “des troubles à l’ordre public causés par certaines personnes”. 

‘ : ‘‘ wrapper.innerHTML = content.replace(/escaped-script>/g, ‘script>’); });
]]>
Urgent

TENSIONS À PARIS

Après les quelques tensions, la préfecture de police “appelle les manifestants à se disperser”.

“DEUX MANIFESTATIONS”

L’impression de nos journalistes sur place est celle d’une manifestation divisée en deux. D’une part l’affrontement avec les forces de l’ordre, cible des “tirs de mortiers” et de “jets de projectiles”, selon la Préfecture de police au niveau de la rue du Temple. Et de l’autre, celle de manifestants qui suivent les indications des organisateurs qui demandent à rester statique en levant le poing.

MANIFESTATION À PARIS

Alors que des individus ont crié “sales juifs” à l’encontre des militants de Génération Identitaire, le préfet de Police annonce avoir “signalé ces propos antisémites à la justice”.

TÉMOIGNAGES

Nous avons recueilli la paroles des manifestants présents lors du rassemblement parisien contre les violences policières. Leur témoignage ici ↓

‘ : ‘‘ wrapper.innerHTML = content.replace(/escaped-script>/g, ‘script>’); });
]]>

TENSIONS À PARIS

Les tensions éclatent à Paris après un jet de pavé de manifestants  vers les forces de l’ordre. 

JEAN-LUC MÉLENCHON

Estimant que la nasse des manifestants est “odieuse”, le chef de file de La France Insoumise demande à ce que l’on “laisse les gens se déplacer”. “C’est une façon d’entretenir en France un climat très malsain où tout le monde se regarde en biais.”

TENSIONS À LYON

À Lyon, où quelque 2000 personnes se sont rassemblées pour réclamer “vérité et justice”, des tensions ont éclaté à proximité de la place Bellecour. Selon un journaliste sur place, qui décrit des “scènes de guérilla urbaine”, les forces de l’ordre font usage du canon à eau pour disperser la foule. 

MANIFESTATION À PARIS

Face au refus des forces de l’ordre de laisser passer le cortège vers la place de l’Opéra, les organisateurs appellent à une manifestation longue et statique : “S’ils ne nous laissent pas passer, on restera sur la place de la république jusqu’à demain matin.”

MANIFESTATION “INTERDITE”

La manifestation parisiennes est bien “interdite”, rappelle la Préfecture de police, “comme tout rassemblement de plus de 10 personnes”.

MANIFESTATION À LILLE 

 

La tension monte à Lille, où la marche prévue s’est élancée à 15h depuis la place de la République.

EXTRÊME DROITE

Clap de fin pour la provocation de Génération Identitaire. Selon plusieurs journalistes sur place, des militants anti-fascistes sont intervenus pour retirer cette banderole déployée en honneur de prétendues “victimes du racisme anti-blanc”.

MANIFESTATION À PARIS

Dans la capitale, les noms des “victimes de violences policières” sont déployés.

MANIFESTATION À BORDEAUX

 À Bordeaux aussi, une manifestation a lieu pour dénoncer les violences et le racisme dans la police.

EXTRÊME DROITE

Dans la rue Béranger, située à proximité de la place de la République, les forces de l’ordre ont interpellé une dizaine de personnes, nous fait savoir ce confrère. Selon lui, il pourrait s’agir des militants d’extrême droite qui ont déroulé la banderole sur une toit d’immeuble.

EXTRÊME DROITE

VIDÉO – Violences policières : une banderole “pour les victimes du racisme anti-blanc” déployée au-dessus des manifestants

GENOU À TERRE À ROUEN

Les manifestants à Rouent ont mis un genou à terre en signe de protestation devant l’Hôtel de Ville.

PREMIÈRES TENSIONS À PARIS 

Des premiers jets de gaz lacrymogènes ont été observés à Paris. Les organisateurs disent ne “pas comprendre” ces tirs, selon notre journaliste sur place.

MANIFESTATION À LILLE 

Peu après le début de la marche prévue à 15h à Lille, des premières tensions ont éclaté entre forces de l’ordre et manifestants.

MANIFESTATIONS AUSSI À LONDRES

Alors que des centaines de manifestants antiracistes se sont rassemblés dans le centre de Londres, des militants d’extrême droite se sont regroupés près du parlement autour de statues qu’ils entendent protéger. La police britannique a prié les premiers de suivre un itinéraire précis et de se disperser à 16h afin d’éviter les risques d’affrontements avec les militants d’extrême droite.

Pour suivre toutes les informations sur le mouvement d’indignation après la mort de George Floyd, retrouvez notre direct ici

DES MILLIERS DE MANIFESTANTS PRÉSENTS

La foule est très compacte sur la place de la République comme en attestent ces images  ↓ 

LE CORTÈGE BLOQUÉ

Les organisateurs de la manifestation viennent d’annoncer que la manifestation sera statique et demandent aux manifestants de se répartir sur la place de la République en l’occupant le plus longtemps possible. 

PRÉFECTURE DE POLICE 

La Préfecture de police indique que les personnes qui souhaitent quitter la place de la République où le cortège est toujours bloqué, peuvent le faire “par tous les axes à l’exception du boulevard Saint-Martin et rue du Temple.”

Les manifestants assurent de leur côté qu’ils “vont occuper République jusqu’à demain matin”.

STATIQUE

Le cortège, qui compte défiler entre la Place de la République et celle de l’Opéra, est toujours bloqué au départ. Les camions de la gendarmerie sont toujours positionnés et bloquent le parcours, tandis que les manifestants demandent à pouvoir s’élancer.

LE CORTÈGE BLOQUÉ

Tandis que la marche devait se lancer depuis la place de la République à 15h, le cortège est bloqué pour le moment. La gendarmerie empêche le départ vers Opéra en bloquant le boulevard Saint-Martin.

MANIFESTATION

La banderole a été déchirée par des habitants de l’immeuble. Elle est toujours accrochée, mais désormais en lambeaux. En attendant, une foule compacte continue de patienter avant le départ de la manifestation.

BANDEROLE

Le groupe d’extrême droite “Génération Identitaire” a déployé une banderole sur les toits de Paris face à la manifestation contre la violence et le racisme qui se tient actuellement Place de la République.

‘ : ‘‘ wrapper.innerHTML = content.replace(/escaped-script>/g, ‘script>’); });
]]>

FRANCE INSOUMISE

En première ligne politique du combat contre la violence et le racisme dans la police, Jean-Luc Mélenchon s’est rendu place de la République, samedi 13 juin. 

‘ : ‘‘ wrapper.innerHTML = content.replace(/escaped-script>/g, ‘script>’); });
]]>

PRISE DE PAROLE

Assa Traoré prend la parole, place de la République. Elle fait le lien entre “la mort de George Floyd” et “celle de son petit frère” Adama Traoré, et réitérant ses accusations de racisme systémique au sein des forces de l’ordre.

REACTION POLITIQUE

Dans ce contexte compliqué, l’exécutif, surpris par ce mouvement et son ampleur, a souhaité adresser la question du racisme et de la violence parmi les forces de l’ordre. Une question soulevée d’abord par la mort de George Floyd, mais aussi certaines révélations sur des actes et propos racistes échangés dans des groupes de conversation privés de policiers. Un groupe Facebook et un autre groupe WhatsApp voyaient notamment des membres des forces de l’ordre y tenir des propos faisant écho au suprématisme blanc, valant à leurs auteurs des poursuites pour “incitation à la haine ” et “injures à caractère racial”.

Lundi 8 juin, Christophe Castaner a tenu un point presse dans lequel il a rappelé son intransigeance pour les auteurs de propos ou d’actes racistes. Quand à la question corollaire de la violence, il a également interdit la technique d’intervention de “la clé d’étranglement”, au grand dam des forces de l’ordre.

MESURE PREFECTORALE

Craignant le passage du cortège, le préfet de police Didier Lallement a demandé aux commerces et restaurants situés aux abords du parcours de fermer leurs vitrines. 

Manifestations à Paris : l’inquiétude des commerçants, contraints de fermer au passage du cortège

MANIF PARISIENNE

A Paris, la manifestation doit commencer à 14h30, place de la République, pour s’achever place de l’Opéra. D’autres défilés sont prévus ailleurs en France, à Marseille, au départ du Vieux-Port, à Lyon place Bellecourt, à Montpellier place de la Comédie, à Nantes place du Bouffay, et enfin à Saint-Nazaire et Bordeaux? Un autre défilé est prévu ce dimanche à Strasbourg.

CONTEXTE

L’affaire Adama Traoré porte le nom d’un jeune homme noir de 24 ans, mort en juillet des suites de son interpellation à Beaumont-sur-Oise. Si la justice a assuré, par deux expertises médicales, que l’intervention des gendarmes n’a pas conduit à la mort du jeune homme, la famille, et notamment sa soeur Assa Traoré, plaident au contraire la thèse de la responsabilité des gendarmes, au travers d’un plaquage ventral, qui aurait conduit au décès d’Adama Traoré.

Mort d’Adama Traoré : quatre ans d’expertises et de contre-expertises pour connaître la vérité

NOUVELLE MANIFESTATION

Après l’appel à la mobilisation de SOS Racisme, de nouveaux rassemblements sont attendus en France, samedi 13 juin, à l’appel du comité Vérité pour Adama. Outre une exigence de “vérité” au sujet de la mort de ce jeune homme de 24 ans en 2016, les manifestants protestent contre les violences et le racisme dans la police.

EN IMAGES

Revivez les moments forts du rassemblement place de la République en photos ↓

PHOTOS – Place de la République, 8 minutes et 46 secondes de silence en hommage à George Floyd

SUR PLACE

Notre journaliste Antoine Llorca est au plus près des manifestants, durant les 8 minutes et 46 secondes de silence.

PARIS

Le député européen Europe Ecologie-Les Verts, Yannick Jadot, est présent au rassemblement place de la République “contre le racisme” et “pour la justice”.

NOUVEL APPEL

Le secrétaire national du Parti communiste français, Fabien Roussel, est présent place de la République, et appelle à un nouveau rassemblement samedi.

8 MINUTES 46 DE SILENCE

À Paris, les manifestants observent 8 minutes et 46 secondes de silence, en hommage à George Floyd. Certains posent un genou à terre.

SUR PLACE

Notre journaliste Léa Bons suit la manifestation place de la République ↓

Pour parer à d’éventuels débordements lors de cette manifestation, le préfet de police, Didier Lallement, rappelant que “les rassemblements ne sont pas autorisés s’ils dépassent plus de 10 personnes”, a demandé “aux commerces, débits de boissons et restaurants situés de la place de la République à celle de l’Opéra et dans certaines rues adjacentes de fermer samedi après-midi”.
“Aujourd’hui nous n’avons plus besoin de mots, mais d’actes judiciaires : nous exigeons la mise en examen des gendarmes, c’est une histoire que nous devons continuer d’écrire ensemble pour la liberté et la survie de tous”, a notamment déclaré lors de son appel sur les réseaux sociaux Assa Traoré. Cette fois-ci, une vingtaine d’associations se sont jointes à l’appel de la soeur du jeune homme noir décédé en juillet 2016 après son interpellation par des gendarmes en région parisienne.

Lire aussi

Des collectifs de lutte contre les violences policières mais aussi de nombreuses associations militant pour la justice sociale et en faveur de l’écologie. Ce sera la troisième mobilisation contre le racisme à se tenir dans la capitale en l’espace de dix jours, alors que les manifestations sont toujours interdites au-delà de 10 personnes. Le 2 juin, près de 20 000 personnes selon la police – 80 000 selon les manifestants – s’étaient déjà rassemblées devant le Tribunal de Paris pour répondre à son appel. Mardi 9 juin, un hommage a été rendu à Paris à George Floyd, un Afro-américain de 46 ans tué le 25 mai à Minneapolis par un policier blanc, à l’appel de SOS Racisme. 

Toute l’info sur

Mort d’Adama Traoré

D’autres défilés sont prévus, notamment à Marseille, au départ du Vieux-Port, à Lyon place Bellecour, à Montpellier place de la Comédie, à Nantes place du Bouffay et à Saint-Nazaire, à Bordeaux place de la Bourse (avec des Gilets Jaunes) ainsi qu’à Strasbourg, ce dimanche.

Sur le même sujet

Et aussi


Leave a Reply