EN DIRECT – Retraites : nouvelle journée noire en vue dans les transports, l’exécutif prépare ses annonces | LCI – LCI

Spread the love








EN DIRECT – Retraites : nouvelle journée noire en vue dans les transports, l’exécutif prépare ses annonces | LCI

































Social

Toute L’info sur

Les grèves de décembre 2019 contre la réforme des retraites

MOBILISATION – Edouard Philippe dévoilera l’intégralité du projet de réforme des retraites mercredi 11 décembre. Son ambition : sauver la mise en place d’un “régime par points” quitte à faire d’importantes concessions. Face à lui, l’opposition des syndicats s’inscrit dans la durée avec une nouvelle épreuve de force en vue mardi, et, d’ici là, des perturbations considérables dans les transports. Suivez les dernières infos.

DELEVOYE

La déclaration d’intérêts de Jean-Paul Delevoye va-t-elle plomber la réforme des retraites ? Le Parisien révèle, ce dimanche, que le Haut commissaire aux retraites, intégré au gouvernement début septembre, a omis de déclarer sa fonction d’administrateur de l’Ifpass, l’Institut de formation de la profession de l’assurance. Un organisme “référence de la branche”, selon son président interviewé par Le Parisien, et étroitement lié à la Fédération française de l’assurance, dont elle forme “tous les salariés”.

FFA qui n’avait pas caché, fin octobre, combien la nouvelle réforme des retraites pouvait “lui ouvrir des perspectives”. Un mandat d’administrateur qui pourrait faire penser à un conflit d’intérêts, pour celui qui mène la réforme des retraites.

Interrogé par Le Parisien, il a reconnu “une erreur”, liée, dit-il, au fait que ce poste “n’était pas important” à ses yeux. 

FIN DE CACOPHONIE

Entre les tenants d’une réforme budgétaire et les partisans d’une réforme profonde, l’heure n’est plus à laisser parler chacun comme il l’entend, au sein de l’exécutif. Après un week-end consacré aux derniers arbitrages au sein du gouvernement entre la ligne Delevoye et la ligne Philippe, de l’Elysée à Matignon, c’est au tour de la majorité d’être convoquée par l’exécutif pour un exercice de “mise en cohésion majoritaire”. Seront convoqués les patrons des groupes de la majorité Patrick Mignola et Gilles Le Gendre, ainsi que les ministres Buzyn, Delevoye, Darmanin et Le Maire.

Répondant aux critiques sur la cacophonie autour de la réforme, une source de l’Elysée a plaidé auprès de l’AFP qu’elle résultait justement du changement de comportement présidentiel après qu’il fut taxé de “verticalité”. “On a retrouvé du dialogue social et des partenaires sociaux dans le pays.” Cette même source voit d’ailleurs comme “un enseignement intéressant” le fait que “le président de la République partage l’affiche avec le secrétaire général de la CGT”. 

Cette nouvelle approche n’empêche pas l’exécutif de dénoncer les “fausses nouvelles” sur les retraites, pointant notamment du doigt différent simulateurs de futures pensions qui ne tiennent pas compte, en l’état, des promesses de compensation faites par l’exécutif.Il y a, plaide-t-on, “une ambition de sauvetage du système social français, et pas du tout de démantèlement comme cela a pu être caricaturé”

DEBAT

C’est la fin de ce débat. Vous pouvez continuer à suivre l’actualité de la grève sur LCI canal 26 et sur LCI.fr.

DEBAT

“J’ai la conviction que les réponses qui seront apportées mercredi par le premier ministre changeront les positions. Je le souhaite, je le pense et je le crois. Elles seront rassurantes sur un grand nombre de points”, avance Olivier Dussopt.

“J’attends depuis tellement de temps que je désespère un peu”, répond Dominique Corona.

DEBAT

“La première chose que le gouvernement a faite en arrivant, c’est d’enlever quatre critères de pénibilité au travail dans le code du travail, a rappelé Dominique Corona. Ca concerne en général les salariés au plus bas salaire, ceux qui meurent avant la retraite. Il faut remédier à ça.”

DEBAT

“Les régimes des policiers n’échapperont pas au régime universel. Les métiers à risques garderont une bonification au regard de l’âge de départ”. Tous les policiers, y compris ceux qui ne sont pas tout le temps sur le terrain ? “Oui, ce sera maintenu pour tous les policiers”.

DEBAT

“Notre base perd patience. On compte les jours, monsieur le ministre. Il faut entendre que les régimes spécifiques sont plus éloignés des régimes généraux et qu’il leur faudra peut-être plus de temps pour être rapprochés”, prévient Dominique Corona, dont le syndicat, l’Unsa, n’est pas opposé à la réforme par points et n’a pas appelé à la grève – contrairement à certaines de ses fédérations.

DEBAT

“Tant qu’on ne saura pas comment seront calculés ces droits, comment seront évalués les compensations, on ne pourra pas s’exprimer.”

DEBAT

“Nous nous sommes engagés à ce qu’il y ait des compensations, inscrites dans la loi-cadre, pour les fonctionnaires, qui voient le calcul de leur pension être très durement raboté”, assure Olivier Dussopt.

DEBAT

Secrétaire général adjoint de l’Unsa, majoritaire notamment à la RATP, et 4e organisation syndicale dans la fonction publique, Dominique Corona fait désormais face à Olivier Dussopt. 

DEBAT

“La grève ne m’appartient pas. On observe toutefois que la grève est puissante. On retombe, aujourd’hui, à des niveaux d’interruption, à ce qu’on a pu observer jeudi. Les premiers effets à la pompe commencent à émerger.”

L’opinion va-t-elle se retourner contre le mouvement : “On nous annonce ça depuis un mois, et visiblement, les gens restent déterminés.”

DEBAT

“Vous êtes dans la brutalité et la confrontation permanente. Vous voulez avancer sans écouter. Quand monsieur Blanquer dit, deux jours avant la manifestation, que les gens qui sont en grève sont des gens qui ne comprennent pas tout, autant nous traiter d’imbéciles. Quand une majorité de Français soutiennent la grève, ce sont tous des imbéciles ?”

MARTINE AUBRY

Dans une interview à France 3 Nord, Martine Aubry a fustigé la “brutalité” des réformes du gouvernement “dans cette idée ‘je réforme, je réforme, je réforme'”. Quant à la réforme des retraites, elle estime qu’elle “touche actuellement à tout ce qui est le pacte social qui lie les Français”.

DEBAT

La clause du grand-père ne reçoit pas l’agrément de la CGT : “Je ne veux pas être le grand père qui liquidera ses droits et actera la régression sociale pour ses enfants et petits-enfants.” Par ailleurs, il estime que cette proposition a pour effet de mettre “beaucoup de plomb dans l’aile de l’objectif d’universalité du gouvernement”.

DEBAT

Dussopt : “Nous voulons construire une maison commune. Un euro cotisé au même rendement. Certaines organisations syndicales, qui tiennent à prendre en compte les critères de pénibilité, y sont favorables”. 

DEBAT

Matthieu Bodde-Reddat pose les 8 à 17 milliards de déficit prédits par le Conseil d’orientation des retraites : “Pour y remédier, le patronat pourrait rendre les exonérations de cotisations sociales qui ont largement grévé les finances des retraites”.

DEBAT

“Ce que vous proposez pour compenser le décalage des pensions entre hommes et femmes ne suffit pas”, répond le cégétiste.

DEBAT

“Ce n’est pas une réforme, c’est un nouveau système de retraites”, reprend Olivier Dussopt. 

“Je ne peux pas laisser dire que le système d’aujourd’hui est le plus efficace. Aujourd’hui, l’écart entre les femmes et les hommes est de 18%. Lorsque les mêmes femmes et les mêmes hommes partent à la retraite, cet écart passe à 42%, et le système par points vient répondre à ce problème.”

DEBAT

“Ce régime est celui qui fait le moins de retraités pauvres, selon l’OCDE. Il est en danger, il faut le renforcer”, commence le syndicaliste.

DEBAT

Le secrétaire d’Etat Olivier Dussopt fait face à Matthieu Bolle-Reddat, secrétaire général de la CGT Cheminots de Versailles, maintenant sur la 26.

BISBILLE

Dans un communiqué commun, la CGT Cheminots, l’Unsa ferroviaire et SUD-Rail ont accusé la direction de la SNCF de vouloir “s’affranchir de la réglementation en matière de sécurité des trains”, dans le but de “permettre une reprise des circulations la plus rapide possible, et minimiser l’impact de la grève”. 

En l’occurrence, il s’agirait, selon ces trois organisations syndicales, “d’alléger les procédures garantissant le fonctionnement des installations de signalisation et de passage à niveau après une interruption du trafic de longue durée”. 

Ces procédures s’appliquent quant les trains n’ont pas circulé pendant trois jours consécutifs, ce qui entraîne un dépôt de rouille sur les rails, par exemple. La direction, dénoncent-ils, envisagent de relever à six jours, de façon dérogatoire, le délai à partir duquel ces mesures doivent être prises.

La direction de la SNCF a répliqué en assurant que cette décision avait été prise en accord avec les autorités de sécurité et se faisait “en toute sécurité”. Et fait valoir que ce ne sont que “de rares portions de voie” qui “n’ont pas eu de circulations commerciales”.

PREVISIONS SNCF

Grèves : le trafic SNCF encore “très perturbé” lundi, avec seulement un TGV sur cinq

PREVISIONS RATP

Grèves : trafic “extrêmement perturbé” lundi et mardi à la RATP, dix lignes de métro fermées lundi

PREVISIONS RATP

TRANSILIEN SNCF

Voici les prévisions de trafic SNCF spécifiques à la région Ile-de-France : 

RER A : 1 train sur 2 en moyenne aux heures de pointe sur les branches Cergy et Poissy. L’interconnexion est assurée à Nanterre-Préfecture.

RER B : 1 train sur 3 en moyenne. L’interconnexion est suspendue à Gare du Nord.

RER C : 4 trains par heure entre Paris-Austerlitz et Brétigny et 2 trains par heure sur les branches Paris-Austerlitz – Massy et Paris-Austerlitz – Juvisy, uniquement en heures de pointe. Les autres branches ne sont pas desservies.

RER D : Nord : 3 trains par heure sur la branche Paris – Villiers-le-Bel en heures de pointe. Sud : 2 trains par heure en heures de pointe et 1 train par heure en journée sur les branches Paris Gare de Lyon – Corbeil et Paris Gare de Lyon – Melun. L’interconnexion est suspendue entre Gare du Nord et Gare de Lyon.

RER E : 3 trains par heure au départ de Paris-Est sur la branche Villers-Tournan uniquement en heures de pointe. 2 trains par heure en heures de pointe au départ de Paris-Est sur la branche Chelles.

Ligne H : 1 train sur 3 en moyenne en heures de pointe.

Ligne J : 1 train sur 3 en moyenne.

Lignes K, R et U : trafic nul.

Ligne L : 1 train sur 3. La branche Paris-Cergy n’est pas desservie.

Lignes N et P : deux trains par heure. 

Toutes les prévisions en détail sont à retrouver sur notre page spéciale

PREVISIONS

VIDEO – Entre 15 et 20% du trafic assuré lundi, voici les prévisions de la SNCF pour la journée de lundi

‘ : ‘‘ wrapper.innerHTML = content.replace(/escaped-script>/g, ‘script>’); });
]]>
Urgent

PREVISIONS SNCF

Voici les prévisions SNCF pour lundi : une journée “extrêmement compliquée”, “entre 15 et 20% du trafic”. C’est un “léger mieux”, mais qui ne répond pas aux besoins, selon la porte-parole de la SNCF.

“Il y aura un risque de saturation dans les gares et sur les quais”

Transilien : 1 train sur 5. Le trafic sera de 1 train sur 3 toute la journée sur le RER B, de 3 trains par heure sur le RER D Nord, de 2 trains par heure aux heures de pointe sur le RER D Sud. Le trafic sera nul sur les lignes R et U. 

TER : 3 circulations sur 10, essentiellement par bus

TGV : 1 train sur 5 en moyenne. Pour lundi et mardi, la liste des trains en circulation est déjà en ligne et “il reste des places”. On comptera 1 TGV sur 4 sur les axes Atlantique et Nord, 16% du trafic à l’Est, 15% du trafic sur le réseau OuiGo

International : trafic très perturbé, avec toutefois 2 Eurostar sur 3 et 3 Thalys sur 5

Intercités : 1 train sur 5

Retraites : avant une semaine cruciale, Macron à la manoeuvre, Philippe en première ligne

TRAFIC ROUTIER

Un trafic assez dense ce dimanche en Ile-de-France. Selon le site Sytadin, on comptait en milieu de journée pas moins de 114 km de bouchons sur les routes de la région, et notamment sur le périphérique parisien

OPINION

“Je pense que quand on aura donné tous les éléments sur le nouveau système de retraites, cela lèvera des inquiétudes.”

“Un projet de loi devra être déposé au début de l’année 2020. Les discussions se poursuivront pour tirer les conséquences, dans les entreprises, du cadrage général”

SYNDICATS

Elisabeth Borne : “La CGT, depuis le début, n’est pas dans les négociations. Je ne pense que ce soit avec la CGT que l’on trouvera la sortie de ce conflit”

GREVE

Elisabeth Borne : “Je ne me place pas dans la logique d’un conflit qui devrait durer. Il est important que l’on puisse rassurer les salariés sur la manière dont cette réforme sera mise en oeuvre”.

“Le gouvernement est en train de préciser le contenu et les modalités de la réforme. Ce n’est pas en fonction de la mobilisation que nous allons le changer”

CARS MACRON

Elisabeth Borne : “Les ‘cars Macron’ ont augmenté leur offre de 15 à 20%, surtout entre les grandes villes.” Selon la ministre, ce dispositif est moins adapté pour le centre-ville. 

Le recours à des “cars Macron” s’est soldé par un échec à Paris intramuros le 5 décembre

Urgent

COVOITURAGE

Annonce d’Elisabeth Borne au Grand Jury : “Demain, on ouvrira les voies réservées sur les grands axes qui arrivent sur Paris au covoiturage”.

“Les voies habituellement réservées aux transports en commun et aux taxis seront ouvertes aux voitures avec plus de trois passagers”.

BORNE

Elisabeth Borne (Grand Jury) : “La première préoccupation, c’est la sécurité des voyageurs. On invite ceux qui le peuvent à ne pas prendre le train et le métro.”

“La RATP et la SNCF communiqueront dans l’après-midi sur les prévisions de trafic. On sera sur un trafic très réduit”, de l’ordre de la situation de vendredi, précise la ministre.

“Tout le monde s’est mobilisé pour avoir des offres alternatives, en VTC et en covoiturage. Si ceux qui ont une voiture peuvent emmener quelqu’un, c’est bienvenu”

GRAND JURY

Avant une semaine de mobilisation dans les transports, la ministre Elisabeth Borne est l’invitée du Grand Jury LCI-RTL-Le Figaro. Une interview à suivre sur notre live

REMBOURSEMENT

Les voyageurs franciliens abonnés au Navigo seront bien remboursés en fonction du nombre de jours de grèves, assure Alain Krakovitch, le directeur général de SNCF Transilien, sollicité par LCI. 

“J’ai été clair dès le départ”, indique-t-il. “Depuis deux mois, je dis que l’on rembourserait les voyageurs.” Le montant du remboursement ne sera toutefois connu qu’après la grève.

REMBOURSEMENT

Le trafic SNCF est très perturbé depuis le 5 décembre en raison de la grève contre la réforme des retraites. L’occasion de rappeler les indemnisations prévues selon le type de train (TGV Inoui, Ouigo, Intercités, TER).

SNCF, Transilien, Ouigo, RATP, TER,… : votre train est supprimé ? Voici comment se faire rembourser ou indemniser

COMMERÇANTS

Sur LCI, Francis Palombi, le président de la Fédération des commerçants de France, commente une situation qu’il juge “extrêmement grave” après un nouveau week-end désastreux pour les petits commerces. Le gouvernement doit “faire cesser” ce qu’il juge être “une véritable catastrophe”. “Nous sommes pris en otages. Les commerçant n’en peuvent plus”, indique-t-il. Il réclame des compensations à l’État.

‘ : ‘‘ wrapper.innerHTML = content.replace(/escaped-script>/g, ‘script>’); });
]]>

COMMERÇANTS

À l’approche des fêtes de Noël, les professionnels du commerce craignent que le mouvement de grève perturbe les courses de fin d’année. L’inquiétude est de mise chez eux.

‘ : ‘‘ wrapper.innerHTML = content.replace(/escaped-script>/g, ‘script>’); });
]]>

SNCF

La SNCF craint le pire en Île-de-France. Elle demande aux usagers de ne pas se rendre en gare ce lundi 9 décembre. Selon la compagnie ferroviaire, l’affluence sera très dangereuse. Elle demande à ceux qui le peuvent “d’annuler leurs déplacements”.

‘ : ‘‘ wrapper.innerHTML = content.replace(/escaped-script>/g, ‘script>’); });
]]>

GALÈRE

Après un week-end de galère dans les transports, les usagers se préparent à retourner au travail lundi. Les conditions de circulation ne devraient pas s’améliorer, au contraire. Comment s’organisent-ils ? LCI est allé à leur rencontre avant la reprise.

‘ : ‘‘ wrapper.innerHTML = content.replace(/escaped-script>/g, ‘script>’); });
]]>

Le bras-de-fer s’annonçait musclé et il l’a été. Au moins 800.000 personnes sont descendues dans la rue jeudi partout en France et des secteurs entiers d’activité ont tourné au ralenti dans le cadre d’une mobilisation massive contre la réforme 

des retraites, promesse phare du quinquennat d’Emmanuel Macron, avec des incidents dans la capitale.

La CGT annonçait elle plus de 1,5 million de manifestants dans tout le pays et 250.000 à Paris. Le ministère de l’Intérieur a recensé de son côté 806.000 manifestants, dont 65.000 dans la capitale. 

Vers une poursuite de la grève

Les syndicats de la RATP et de la SNCF ainsi que ceux des transports aériens, ont annoncé avant même la fin des manifestations que le mouvement se poursuivrait ce vendredi 6 décembre et même jusqu’au lundi 9 décembre au soir, inclus.

“On ne pense pas qu’il y aura une amélioration significative demain” dans les transports publics, a déclaré la ministre de la Transition Écologique, Élisabeth Borne. A la RATP, la reconduction du mouvement a été votée en assemblées générales. 

Lire aussi

Suivez toutes les dernières informations sur la grève, les manifestations et les blocages dans notre module ci-dessous. 

Sur le même sujet

Et aussi

Leave a Reply