Advertisements

EN DIRECT – Réforme des retraites : le projet sera dévoilé début 2020, annonce Edouard Philippe | LCI – LCI

Spread the love








EN DIRECT – Réforme des retraites : le projet sera dévoilé début 2020, annonce Edouard Philippe | LCI

































Social

Toute L’info sur

La réforme des retraites, dossier explosif pour l’exécutif

ÉPREUVE DE FORCE – Des négociations au pas de charge, un séminaire gouvernemental en urgence, une communication un peu chancelante face à des syndicats très remontés… A quelques jours d’une mobilisation du 5 décembre qui s’annonce très suivie, le gouvernement tente de déminer les vives réticences que déclenche sa réforme des retraites. Suivez les dernières informations.

ELYSEE

Edouard Philippe : “Les consultations devraient s’achever autour des 9 ou 10 décembre.” Puis Jean-Paul Delevoye “présentera les conclusions qu’il formulera au terme de cette consultation et j’aurai l’occasion, dans les jours qui suivront, de présenter dans sa globalité et très précisément le projet que le gouvernement présentera au Parlement au début de l’année 2020”, a ajouté le Premier ministre, qui s’est dit “plus que jamais déterminé à construire ce système universel de retraite” censé remplacer les 42 régimes existants.

Sur les grèves du 5 décembre : “J’ai le plus grand respect pour le droit de grève, en revanche j’appelle chacun au calme et au respect de la loi, de la propriété, des biens publics, et au respect des forces de l’ordre.”

ELYSEE

Edouard Philippe sur les grèves du 5 décembre : “Je n’ai pas le sentiment d’être quelqu’un de tétanisé. On dit parfois que je suis déterminé, que je suis calme. Je me reconnais plutôt bien dans ces deux qualificatifs. Je crois très profondément à l’intérêt de cette réforme, (…) il est tout naturel que des questions se posent. Mais cela ne m’empêche pas une seconde de vouloir faire aboutir cette réforme.”

ELYSEE

Edouard Philippe : “Les consultations devraient s’achever autour des 9 ou 10 décembre.” Puis Jean-Paul Delevoye “présentera les conclusions qu’il formulera au terme de cette consultation et j’aurai l’occasion, dans les jours qui suivront, de présenter dans sa globalité et très précisément le projet que le gouvernement présentera au Parlement au début de l’année 2020”, a ajouté le Premier ministre, qui s’est dit “plus que jamais déterminé à construire ce système universel de retraite” censé remplacer les 42 régimes existants.

Sur les grèves du 5 décembre : “J’ai le plus grand respect pour le droit de grève, en revanche j’appelle chacun au calme et au respect de la loi, de la propriété, des biens publics, et au respect des forces de l’ordre.”

ELYSEE

Edouard Philippe : “Nous allons mettre un terme aux régimes spéciaux. Mais nous en voulons pas stigmatiser ceux qui s’y trouve aujourd’hui. L’universalité oui, la brutalité non. Chacun doit être consulté. J’ai demandé aux grands dirigeants de poursuivre le dialogue dans leurs instances. 

Plusieurs principes dictent cette réforme. Les retraités actuels ne seront pas concernés par la réforme. (…) Les droits acquis seront conservés à 100%. (…)

J’entend ceux qui estiment qu’à 5 ans de sa retraite, ont se projettent déjà, on connait le montant du calcul, de sa retraite. Ils ont raison. J’entend aussi dire que la clause du grand-père ne serait pas assez ambitieuse. J’entend cela.”

ELYSEE

Edouard Philippe : “Nous voulons mieux prendre en compte la réalité d’un certain nombre de travailleurs qui n’ont plus une carrière linéaire tout au long de leur vie. (…) Ce n’est plus le cas, à chaque fois qu’ils perdent, qu’ils changent d’emploi ils perdent un avantage.

Nous voulons mieux protéger les femmes, dont les pensions sont inférieures aux hommes. (…) Nous voulons mieux prendre en compte les métiers pénibles, ceux dont la carrière a commencé très tôt”.

“(…) A ceux qui nous disent que nous n’en nous avons pris le temps de consulter, de discuter, d’écouter avant de décider. Ce projet va introduire de nouveaux droits, notamment de bénéficier d’une pension majorée dès le premier enfant. Cela n’existe pas à l’heure actuelle. Concernant les pensions de réversion, nous voulons que le système futur soit plus juste.”

ELYSEE

Edouard Philippe : “Nous sommes déterminés à construire ce système universel de retraite. (…) Le refonder pour qu’il soit plus juste. 

Nous voulons remplacer les 42 systèmes existants par un système unique, dont les règles seront les mêmes pour tous.”

Edouard Philippe : “J’ai entendu les préoccupations de l’UNSA sur certains secteurs de la fonction publique et j’inscrirai dans la loi les garanties que l’on accordera aux enseignants”

RETRAITES

Edouard Philippe s’exprime depuis l’Elysée, à la sortie du Conseil des ministres après deux jours de consultations avec les partenaires sociaux. 

“Les échanges que nous avons eu avec les partenaires sociaux ont été très riches et d’une très grande qualité.”

“Le dialogue social avance, à son rythme.”

“Ces échanges ont permis d’identifier des propositions très claires dont je m’engage à tenir compte. j’ai entendu, pour la CFTC, d’intégrer les droits familiaux. Celles de la CFDT concernant l’emploi des seniors. (…) J’entends également la pénibilité. Je ne pense que nous pouvons revoir un système que nous avons déjà réformé (…) mais des évolutions sont possibles.”

PHILIPPE AFFICHE SA FERMETÉ

Edouard Philippe a engagé mardi soir les parlementaires de la majorité à délivrer un message d’une “très grande détermination” sur la réforme des retraites, avant la journée du grève du 5 décembre, selon des sources concordantes à l’AFP.

“Nous devons passer un message de très grande détermination. Nous nous sommes engagés là-dessus. Nous avons un mandat là-dessus”, a lancé le Premier ministre, selon plusieurs parlementaires présents à la réunion à huis clos sur le sujet.

MARTINEZ À MATIGNON

‘ : ‘‘ wrapper.innerHTML = content.replace(/escaped-script>/g, ‘script>’); });
]]>

CONTRE-ARGUMENT

Le régime des retraites en cours dans certaines professions n’a rien de “privilèges”, estime Olivier Faure, le Premier secrétaire du Parti socialiste.

CGT

C’est un Philippe Martinez remonté contre Edouard Philippe qui s’est exprimé devant les micros, ce mardi matin. Le secrétaire général de la CGT, lassé d’entendre le gouvernement décrire le mouvement du 5 décembre comme celui d’une défense des “inégalités” liées aux régimes spéciaux, a adressé un message à nos responsables politiques : “Arrêtez les provocations et recadrez un peu vos ministres”, dans une référence, par exemple, aux propos d’Agnès Buzyn. La ministre de la Santé avait critiqué les syndicats en jugeant qu’ils “défendent des régimes spéciaux extrêmement déficitaires, qui sont payés par nos impôts”.

“La grosse provocation”, a poursuivi Martinez, “c’est de dire que ça serait une réforme qui ne toucherait que les régimes spéciaux”. “Une mensonge éhonté”, fustige-t-il, appelant à la mobilisation générale : “Tout le monde est concerné, y compris les retraités”, qui pourraient voir leur pension baisser dans le futur régime.

SONDAGE

Une majorité de Français soutient la journée de mobilisation du 5 décembre, indique pour Libération un sondage ViaVoice publié mardi 26 novembre (article payant). 62% des Français interrogés approuvent le mouvement engagé par une majorité écrasante des syndicats, malgré les conséquences qu’il aura sur les transports. 

La vague d’approbation des mouvements sociaux ne s’arrête pas là, ceci dit. 87% des personnes interrogées se disent ainsi favorables au mécontentement exprimé dans les hôpitaux, 74% à la mobilisation liée “au dérèglement climatique”, et 50% aux Gilets jaunes, qui recouvrent donc encore une bienveillance, plus d’un an après le début du mouvement.

Toutefois, ils sont beaucoup moins nombreux à penser que l’action syndicale permettra une défense efficace de leurs intérêts (12%).

CONSEQUENCES

Réforme des retraites : un rapport affirme que les femmes avec enfants vont y perdre

“CLAUSE DU GRAND PÈRE”

Le président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand a écarté mardi le recours à la “clause du grand-père” qui consisterait à n’appliquer la réforme qu’aux jeunes qui entreront sur le marché du travail après le vote de la loi, prévu en juillet 2020. “Ca ne me paraît pas crédible de dire +on renvoie aux calendes grecques les décisions qu’on prendrait aujourd’hui+”, a-t-il estimé sur Radio Classique.

“La clause du grand-père, ce n’est pas possible sinon la réforme a lieu dans 30 ans”, avait déjà dénoncé dimanche sur BFMTV le ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, en insistant sur le fait que la réforme doit concerner tout le monde.

“ANNONCES”

“Après la grève, dans les jours suivant la grève, je pense que nous serons capables de faire atterrir un certain nombre de propositions”, a estimé ce mardi Gilles Le Gendre.

‘ : ‘‘ wrapper.innerHTML = content.replace(/escaped-script>/g, ‘script>’); });
]]>

SONDAGE

La cote d’Emmanuel Macron (-1) et celle d’Édouard Philippe (-2) sont à nouveau en baisse en novembre et deux Français sur trois ont une mauvaise opinion du couple exécutif, selon un sondage Odoxa diffusé mardi.

Avec 34% des personnes interrogées qui considèrent qu’il est “un bon président de la République”, le chef de l’Etat cède du terrain pour le deuxième mois consécutif et 65% (=) jugent négativement son action, à l’approche de la journée de mobilisation du 5 décembre contre la réforme des retraites.

“DES ANNONCES” A VENIR

Gilles Le Gendre, président du groupe LREM à l’Assemblée nationale, l’assure : des annonces auront lieu “avant la fin de l’année”. 

Ces annonces, “qui vont avoir lieu d’ici une quinzaine ou une vingtaine de jours”, “permettront de clarifier les choses”, a-t-il estimé ce mardi sur Public Sénat, en confirmant qu’il devrait y avoir à l’issue du séminaire gouvernemental prévu dimanche “peut-être au moins l’annonce d’un calendrier et de grands principes”.

CONTEXTE

La grève à partir du 5 décembre s’annonce comme une épreuve de force et pour la préparer, le gouvernement est convoqué dimanche à Matignon. Pour établir une feuille de route sur la réforme des retraites et tenter de limiter l’impact du conflit, notamment dans les transports. En attendant, les partenaires sociaux vont se succéder encore aujourd’hui chez le Premier ministre et ça commence par la CGT à 9h30 avant l’U2P à 10h30 et la CFE-CGC en fin d’après-midi. Objectif : maintenir le dialogue. 

Le journée de mobilisation du 5 décembre contre la réforme des retraites sera-t-elle la plus importante depuis le début du quinquennat Macron ? La crainte du gouvernement n’est pas infondée : lancé par les syndicats de la RATP et de la  SNCF, l’appel à une grève reconductible contre la mise en place d’une retraite à points a été rejoint par la CGT, FO, FSU et Solidaires, puis par des organisations d’Air France, d’EDF, d’avocats, de magistrats.

Voir aussi

Pour tenter de garder la main sur ce dossier miné, le gouvernement consulte à tout-va et assure que “le dialogue continue”. Syndicats ouvriers et du patronat se succèdent à Matignon depuis lundi matin sans grand espoir de compromis. Un séminaire a été est convoqué en urgence dimanche 1er décembre afin de préparer l’épreuve de  force.  

Dans les transports mais aussi dans de nombreux services publics, la journée du 5 décembre s’annonce d’ores et déjà très perturbée. 

Suivez les dernières informations sur cette réforme des retraites et la journée de mobilisation du 5 décembre dans le live ci-dessus. Si vous ne parvenez pas à lire ce live, cliquez ici. 

Sur le même sujet

Et aussi

Advertisements

Leave a Reply