Advertisements

EN DIRECT – Réforme des retraites : 77,3% des conducteurs de la SNCF en grève à la mi-journée | LCI – LCI

Spread the love








EN DIRECT – Grève à la SNCF : le trafic des trains encore “fortement perturbé” ce mercredi | LCI

































Social

Toute L’info sur

Les grèves de décembre 2019 contre la réforme des retraites

CONTESTATION – Alors que la grève contre la réforme des retraites se poursuit, de nouvelles manifestations ont lieu partout en France ce mardi. Une journée à nouveau marquée par d’importantes perturbations dans les transports notamment. Suivez les dernières informations sur LCI.fr.

SNCF

Ce mercredi 11 décembre, la SNCF prévoit toujours un trafic “très perturbé”. 

Côté Transilien il y aura 1 train sur 5 en moyenne ; 3 TER sur 10 en moyenne (liaisons essentiellement assurées par bus), et 1 Intercité sur 4 en moyenne.

Côté TGV, 1 train sur 4 circulera (3 trains sur 10 sur l’axe Est, 1 train sur 4 sur l’axe Atlantique, 2 trains sur 5 sur l’axe Nord, 1 train sur 4 sur l’axe Sud-Est et 1 Ouigo sur 6. 

Manifestations contre la réforme des retraites : tour de France des cortèges en régions

BESANCENOT

“On va se battre jusqu’au retrait de cette réforme” a déclaré l’ancien candidat NPA à la présidentielle Olivier Besancenot, présent au sein du cortège parisien. “Je pense qu'(Edouard Philippe) va être beaucoup plus efficace que nous pour faire descendre plein de monde dans la rue.”

INTERPELLATIONS

A 14h45, la préfecture de police de Paris indiquait avoir interpellé 11 personnes, et procédé à 1753 contrôles préventifs.

PARIS

Un important dispositif policier a été placé devant le restaurant La Rotonde, à Paris. Emmanuel Macron y avait fêté sa qualification au second tour de l’élection présidentielle en avril 2017.

VIDEO – PHILIPPE

Edouard Philippe confirme à Christian Jacob (LR) que la durée du travail doit augmenter. “Nous le savons tous et les Français le savent. Et j’ai dit ici, à cette tribune, que les Français le savaient déjà car en moyenne ils partent, pour le régime général, au-delà de l’âge légal, à 63,5 ans.”

‘ : ‘‘ wrapper.innerHTML = content.replace(/escaped-script>/g, ‘script>’); });
]]>

PHILIPPE

Le Premier ministre Edouard Philippe s’est exprimé depuis l’Assemblée nationale. Sur la préservation du niveau de vie des futurs pensionnaires “notre objectif c’est de faire en sorte que leur niveau de vie aujourd’hui et demain ne baisse pas” a-t-il déclaré. “Pour préserver le niveau des pensions, il faut mettre en place un certain nombre de garanties et dire la vérité aux Français : cela passe progressivement par un allongement de la durée de travail. (…) Dans tous les pays comparables à la France la décision a été prise d’augmenter la durée du travail.”

FONCTION PUBLIQUE

Selon le Secrétariat d’Etat auprès du ministre de l’action et des comptes publics, dans l’ensemble des services publics à 13 heures, le taux d’agents publics en grève était de 10,2% dans la fonction publique de l’Etat.  Dans la fonction publique territoriale, il s’élève à 2.85%. Dans la fonction publique hospitalière, enfin, il est de 2,85%.

MARTINEZ À PARIS

Au micro de LCI, le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez a reconnu qu’il y avait “évidemment moins de monde à Paris” et “dans un certain nombre de ville” dans les cortèges de manifestation que jeudi dernier. Mais “il y a toujours des personnes mobilisées, du monde sur les piquets de grève, des débrayages dans beaucoup d’endroits” a-t-il ajouté. Il s’est notamment félicité de la mobilisation dans les métiers de l’énergie. “Donc la mobilisation reste importante, et la colère au plus haut”.

‘ : ‘‘ wrapper.innerHTML = content.replace(/escaped-script>/g, ‘script>’); });
]]>

MOBILISATION ÉTUDIANTE

L’Unef est elle aussi dans le cortège parisien. Le syndicat, comme autre onze organisations étudiantes, avait appelé à se mobiliser aujourd’hui partout en France “pour un avenir sans précarité” et pour “sauver les retraites”.

APERÇU RAPIDE

PÉNURIES D’ESSENCE?

Seules 62 stations-service sont en rupture “totale ou partielle d’approvisionnement” d’essence en Ile-de-France, selon la préfecture de Police. Elles sont donc “en capacité d’approvisionner l’ensemble des automobilistes”, assurent les autorités,  et ce malgré le blocage de raffineries. Néanmoins il est conseillé aux Franciliens “de réduire leurs déplacements et, en cas de nécessité, d’avoir recours au co-voiturage”.

Côté national, sur le site collaboratif mon-essence.fr, qui recense les pénuries en France grâce à la participation des internautes, ce sont 158 stations affichés en rupture “totale”.

DÉPART DU CORTÈGE PARISIEN

Le défilé s’élance à Paris. Déclaré en préfecture, il partira de la place Vauban pour rejoindre la place Denfert-Rochereau, dans le 14ème arrondissement.

FIN DE MANIFESTATION ET DÉBUT DES TENSIONS  À LYON

Première confrontation entre forces de l’ordre et manifestants,  à Lyon, alors que le cortège est arrivé place Bellecour, son terminus.

EXTINCTION REBELLION À BORDEAUX

Des militants du mouvement écolo Extinction Rebellion (XR) ont déployé une banderole à Bordeaux sur laquelle est inscrit :”Dernière sommation avant notre extinction.”

CORTÈGE MARSEILLAIS

GRÈVE DANS L’ÉNERGIE

Sept des huit raffineries françaises sont bloquées ce mardi, empêchant toute expédition de carburant tandis que du côté d’EDF, le taux de gréviste atteint près de 22% à la mi-journée, selon la direction. C’est moins que les 36,5% du 5 décembre. 

#JEANMICHELCOMPTEMOI

Sur Twitter, enseignants et syndicats représentants du personnel partagent le hashtag “Jean Michel compte-moi” afin de montrer avec ironie leur indignation face aux chiffres de la mobilisation donnés par le ministère de l’Éducation. Aujourd’hui, par exemple, le taux de grévistes selon les syndicats est trois fois supérieur que celui donné par le gouvernement.

GRÈVE DANS LES CRÈCHES

En prévision de la poursuite de la grève dans les transports, la mairie de Paris annonce dès aujourd’hui un “accueil restreint” de 8h30 à 17h30 dans les crèches ouvertes, et ce jusqu’au 13 décembre.

PAROLE DE MANIFESTANTE

“Avec cette réforme on aura entre 300 et 900 euros de moins à la retraite, ça fait réfléchir…” A Brest, Amandine conteste le projet de réforme en battant le pavé. Professeure des écoles, elle a 24 ans, et admet d’ores et déjà se demander parfois si “ça vaut le coup de continuer à exercer ce métier”.

PAROLE DE MANIFESTANTE

“Si je pars à 67 ans je n’aurai plus de dos, plus rien.” Natacha, infirmière de 52 ans, manifeste à Marseille car elle s’inquiète pour son avenir. “Ça fait deux ans que je travaille et j’ai déjà eu un accident du travail en soulevant un patient”. La jeune femme évoque le cas d’une collègue “qui va partir à 64 ans” et qui ne pourra toucher que “980 euros de retraite”.

En début de semaine, 80% du personnel des urgences de la Timone, le plus grand hôpital de la ville, étaient en arrêt maladie.

MATIGNON

Autre point à retenir, cette mise au point sémantique auprès des troupes, à qui il demande de ne pas parler d'”équilibre” (le terme a le don d’énerver prodigieusement les syndicats réformistes) mais… de “responsabilité”. “Ce n’est pas à nos enfants de payer l’excédent de nos dépenses courantes”, reprend-il toutefois, dans une façon de garder quand même l’idée que la notion budgétaire ne sera pas absente des annonces de demain.

MATIGNON

C’est avec précaution qu’il a justement adressé la question des défiances à cette transformation. S’il ne croit pas aux “annonces magiques” qui retireront les syndicats des rues, il a bien pris soin de ne pas fustiger les contestataires : “Défendre ses intérêts, ce n’est pas un gros mot dans la démocratie. Le régime spécial n’est pas illégal, ni immoral. Nos prédécesseurs ont considéré que c’était le bon régime. On ne va pas remettre en cause ceux qui en bénéficient”, ouvrant la porte à la mise en place d’une “clause du grand-père”.

MATIGNON

Edouard Philippe s’est exprimé à la mi-journée devant les députés de la majorité. Sans illusion sur la capacité de son discours du 11 décembre à empêcher les Français de retourner dans la rue : “Ce n’est pas parce que je fais un discours que les manifestations vont cesser”, a-t-il notamment prévenu. Au contraire, prévient-il, “cela va même susciter de nouvelles questions.”

Et d’en lister au moins une, à caractère familial : “Prend-on en compte les enfants de façon linéaire ou de façon progressive ?” (applique-t-on une surcote de 5% pour chaque enfant ou ce taux-là varie-t-il positivement en fonction du nombre d’enfants ?)

ROUND 2 EN BAISSE

Comme l’ont noté plusieurs médias, les cortèges semblent plus disséminer ce mardi à travers la France. Une impression appuyée par les premiers chiffres communiqués par les préfectures.

La police a ainsi comptabilisé:

– 6.400 personnes à Montpellier contre 20.000 jeudi dernier;

– 5.500 contre 13.000 à Rouen ; 

– 5.000 contre 10.500 à Tours;

– 2.500 contre 5.000 à Béziers.

EDOUARD PHILIPPE DEVANT LES DÉPUTÉS LAREM

“Je ne crois pas aux annonces magiques. (…) Ce n’est pas parce que je fais un discours que les manifestations vont cesser”, a-t-il affirmé devant les députés de la majorité.

MANIFESTATION À PARIS 

A Paris, le défilé intersyndical déclaré en préfecture part à 13h30, de la place Vauban (VIIe) pour rejoindre la place Denfert-Rochereau (XIVe). Le préfet a pris un arrêté obligeant les commerces et établissements situés sur le parcours à fermer le temps de la manifestation.

Urgent

GRÈVE À LA SNCF

À la mi-journée, le taux de grévistes s’établit à 24%, selon les chiffres de la SNCF. 

Dans le détail, 77,3% des conducteurs sont en grève, 55,4% des contrôleurs et 23,9% des aiguilleurs.

LILLE

Les examens, annulés ou décalés par l’Université de Lille ce lundi, le sont bien à cause d’un “contexte national de grève”, notamment à cause de problèmes de transports que peuvent rencontrer enseignants et étudiants, et non pas à cause des blocages des élèves.

CAEN

Cortège impressionnant à Caen bien que les journalistes de France Bleu prévoit déjà une mobilisation “moins importante” que la semaine dernière.

CORTÈGE MARSEILLAIS

ROUND 2 

Caen, Marseille, Bordeaux, Avignon, Bayonne, Montpellier, Rouen, Clermont-Ferrand, Les cortèges s’élancent un peu partout à travers la France pour cette deuxième journée de manifestation contre la réforme des retraites.

GRÈVE DANS L’ÉDUCATION NATIONALE

Le taux de grévistes est de 12,41%  dans le primaire et de près de 19,41% dans le secondaire, selon les chiffres du ministère de l’Education, et de respectivement 30% et 62% d’après les syndicats.

Jeudi dernier, les grévistes étaient environ 50% dans le primaire et 40% dans le secondaire selon le ministère et environ 70% selon les syndicats.

62% DE GRÉVISTES DANS LE SECONDAIRE (SYNDICATS)

Selon le SNES, syndicat majoritaire dans les lycées et les collèges, la majorité du personnel est en grève à travers le pays. “Les personnels sont en colère et déterminés”, souligne le Syndicat National des Enseignements de Second degré

TROIS LYCÉENS INTERPELLÉS À ANGERS

Une intervention des forces de l’ordre pour lever le blocage d’un lycée d’Angers est dénoncée par les syndicats étudiants. “La BAC n’a pas hésité à se servir de taser, lacrymogène et matraque” sur les jeunes, dénonce le SNES-FSU 49. Ils réclament la libération de trois élèves interpellés de façon “brutale”, dont le président de l’Unef.

Selon Ouest France, cette intervention a eu lieu alors que des lycéens ont “allumé un feu de poubelle devant l’entrée de l’établissement et ” jeté des bombes aérosols dedans, provoquant des explosions.”

PASS NAVIGO REMBOURSÉ?

Interpellée par de nombreux usagers sur Twitter, qui se demandent si leur abonnement du mois de décembre sera remboursé aux vues des circonstances,  la RATP donne la même réponse : “Nous appliquerons le contrat qui nous lie à notre autorité organisatrice Ile-de-France Mobilités. La décision de remboursement sera donc prise en fonction du plan de transport qui aura été possible, à ce stade il n’est pas possible de se prononcer sur le sujet.” Patience, donc.

MOBILISATION LYCÉENNE À PARIS 

Lycée Turgot, Voltaire, Fenelon, Lavoisier, Hélène Boucher… La liste des établissements bloqués ou devant lesquels des barricades ont été installées est longue dans la capitale.

BLOCAGES À MARSEILLE

A Marseille, alors que le métro circulait normalement, la gare routière était bloquée par des militants CGT, selon des journalistes de l’AFP. Ailleurs, ce sont des Gilets jaunes qui ont réussi à faire fermer l’autoroute du littoral en envahissant les voies de l’A55. 

Au niveau des lycées neuf établissements sont bloqués dans la capitale des Bouches-du-Rhône ce matin, selon La Provence.

ALEXIS CORBIÈRE SUR LCI

Alexis Corbière : “On ne va pas se diviser parce qu’Aurore Bergé dit que RN est dans la rue”

ROUND 2

Début de cette deuxième journée de contestation contre la réforme des retraites. C’est au Havre que le premier cortège vient de se lancer. 

PAROLE D’USAGER À BORDEAUX

Sur l’écran des départs de la gare Saint-Jean, à Bordeaux, seuls six trains sont affichés jusqu’à 13h00, dont deux qui sont en fait des bus, selon le constat de l’AFP. Mais pas de raison de paniquer. “J’ai pris un bus de ville pour venir au travail au lieu du train, ça me fait 30 minutes de trajet en plus”, témoigne une employée de bureau, qui habite en banlieue. “Ce n’est pas la mer à boire.”

Alors que le trafic des métros est très perturbé à Paris, c’est plutôt dans les gares que la grève se fait sentir dans les grandes villes de région. A Bordeaux, par exemple, les quais sont désertés. 

TÉMOIGNAGES DE SENIORS

Obligés de travailler plus longtemps, mais pour quelle fin de carrière ? Trois “seniors” nous racontent leurs parcours et donnent leurs suggestions pour que les choses changent.

“Être mis dehors au bout de 30 ans, c’est dur à avaler” – Trois “seniors” nous racontent leur fin de carrière

MOBILISATION ÉTUDIANTE À LILLE

Mobilisation d’étudiants et de lycéens à Lille contre la réforme des retraites mais aussi contre la précarité estudiantine. Côté lycées, c’est l’établissement Pasteur qui était bloqué ce matin avant l’intervention des forces de l’ordre.  Côté étudiants, l’entrée au campus de Lille 2, où les examens ont été annulés, est rendue impossible ce matin. C’est dans ce même établissement qu’une conférence de François Hollande a été annulée le mois dernier à cause de la contestation étudiante.

MOBILISATION ÉTUDIANTE À RENNES

Les étudiants ouvrent le bal pour cette sixième journée de grève, avec des blocages dans plusieurs campus : ici à Rennes, où des feux de poubelles ont d’ores et déjà été allumés. 

DÉBLOCAGES DES DÉPÔTS DE BUS

Les forces de l’ordre sont intervenues ce mardi matin dans les centres de bus pour lever le blocage installé par des étudiants et professeurs grévistes, notamment à Pantin, comme a pu l’observer notre journaliste sur place. De quoi permettre au réseau de “s’améliorer”, selon la RATP, avec un tiers des bus en circulation contre un quart à 7h. Si les bus ont pu sortir après plus de deux heures à l’arrêt, les manifestants préviennent qu’ils seront de retour dès demain. 

‘ : ‘‘ wrapper.innerHTML = content.replace(/escaped-script>/g, ‘script>’); });
]]>

“LA VALEUR DU POINT NE BAISSERA PAS”

Olivier Dussopt, secrétaire d’État auprès du ministre des Comptes publics, a assuré sur LCI que “la valeur du point ne baissera pas”, “garantissant” que ce critère sera ” inscrit dans la loi”.

“IL Y A UNE DÉTERMINATION”

Alexis Corbière s’attend à voir “encore plus de monde” dans la rue, en comparaison à la mobilisation de jeudi dernier. “Il y a une détermination”, estime le député La France Insoumise sur le plateau de LCI. Invité d’Elizabeth Martichoux, il observe une “dimension de protestation qui est extrêmement forte”, et regrette la communication “maladroite” du président qui ne cesse d’attiser les colères.

SUR LA ROUTE

Pourquoi les systèmes de guidage connectés, plutôt précis habituellement, sont incapables de prédire votre heure d’arrivée pendant les grèves?

Grève : pourquoi Waze, Google Maps et les autres n’arrivent pas à calculer votre heure précise d’arrivée

LA MAJORITÉ N’A “PAS LE DROIT DE SE LOUPER”

Le dîner prévu mardi sera l’occasion d’un ultime “calage” de la réforme, et de “mettre en cohésion” la majorité, selon l’Elysée. Cité par l’AFP, l’entourage du Président admet qu’ils n’ont “pas le droit de se louper”, à la veille de l’allocution du Premier ministre, prévue à midi ce mercredi. 

“Dans des situations comme celle-là, la question de l’unité et de l’alignement de l’exécutif et de la majorité est cruciale”, souligne Gilles Le Gendre, le patron des députés LaREM. Car il reviendra à la majorité de convaincre l’opinion, toujours très méfiante vis-à-vis de cette réforme. 

Au niveau des élus, certains craignent pour leur crédibilité politique, dont “une grosse partie” se joue cette semaine”, comme le confie un élu de l’Eure, tandis que d’autres assurent qu’il faut aller jusqu’au bout. “C’est une réforme qui nous lie et nous avons la volonté d’aller au bout. Je sens de la sérénité par rapport à cet objectif”, assure ainsi le Pieyre-Alexandre Anglade à l’AFP.

UN BUS SUR TROIS CIRCULE

La situation du réseau de bus “s’améliore” à 8h, selon la RATP, qui dit pouvoir désormais assurer le trafic d’un tiers des bus, contre un sur deux initialement prévu.

Bras de fer social, journée 5. Alors que le mouvement contre les retraites entame sa deuxième semaine, après les très fortes perturbations observées notamment dans les grandes villes ces derniers jours, place aux annonces. Au lendemain de la forte mobilisation du 5 décembre (entre 800 000 et 1,5 million de manifestants), Edouard Philippe a annoncé qu’il dévoilerait mercredi 10 décembre “l’architecture détaillée” de la réforme. 

Lire aussi

L’enjeu est de taille : comment convaincre des professions qui, pour compenser leurs conditions de travail pénibles ou leurs salaires modestes, cotisent à des régimes de retraite leur permettant de quitter leur travail plus tôt ou de bénéficier d’un calcul de pension plus avantageux, d’adhérer à leur régime. Les enseignants, concernés au premier chef, se sont déjà vus promettre des augmentations de salaire. Les autres régimes spéciaux (RATP, SNCF, gaz, fonction publique), dont l’exécutif ne veut plus entendre parler, devraient se voir proposer d’autres mesures compensatoires. 

Cela suffira-t-il à les convaincre ? Avant la présentation d’Edouard Philippe, les syndicats appellent à une nouvelle journée de mobilisation, à l’appel notamment de la CGT, qui ne souhaite pas de la réforme à un calcul par points. Soutenue par d’autres syndicats, à quelques nuances près, elle appelle à “généraliser la grève”. Ce qui promet d’autres journées “noires” dans les transports en commun. 

Ne manquez rien du mouvement contre la réforme des retraites en consultant le live ci-dessus

Sur le même sujet

Et aussi

Advertisements

Leave a Reply