Advertisements

EN DIRECT – Mort de George Floyd : de violents heurs devant la Maison Blanche – LCI

Spread the love








EN DIRECT – Mort de George Floyd : de violents heurs devant la Maison Blanche | LCI

































International

USA – Les tensions ne retombent pas dans plusieurs villes des Etats-Unis depuis la mort de George Floyd, un homme noir de 46 ans, lors d’une interpellation à Minneapolis. Suivez les dernières actualités du jour sur le drame.

MANIFESTATIONS

Devant la Maison Blanche, à New York ou à Philadelphie, les manifestations d’indignation et dénonçant les violences policières contre les personnes noires ont continué, la nuit dernière.

‘ : ‘‘ wrapper.innerHTML = content.replace(/escaped-script>/g, ‘script>’); });
]]>
DONALD TRUMP CIBLE LES MANIFESTANTS “ANARCHISTES”

Adressant ses félicitations à la garde nationale déployée à Minneapolis après une cinquième nuit d’émeutes, Donald Trump s’en prend de nouveau aux manifestants, des “anarchistes menés par les Antifa (groupes se réclamant de l’antifacsime, ndlr)”, qu’il entend désigner comme organisation terroriste. 

Le président américain en profite pour critiquer le maire de la ville mais aussi à “d’autres villes et États dirigés par des démocrates”, ainsi que… les médias, sa cible favorite, colporteurs selon lui de “fake news”. 

MANIFESTATIONS

Devant la Maison Blanche, à New York ou à Philadelphie, les manifestations d’indignation et dénonçant les violences policières contre les personnes noires ont continué, la nuit dernière.

‘ : ‘‘ wrapper.innerHTML = content.replace(/escaped-script>/g, ‘script>’); });
]]>

AFFRONTEMENTS DEVANT LA MAISON BLANCHE

La police a tiré des gaz lacrymogènes dimanche devant la Maison Blanche pour disperser une manifestation contre les violences policières et le racisme, alors que de violents affrontements avaient lieu dans Washington, selon des journalistes de l’AFP sur place.

Une foule de manifestants s’était rassemblée devant la résidence du président américain Donald Trump en scandant des slogans, en allumant des feux et en brandissant des pancartes, dans la capitale américaine soumise au couvre-feu.

PILLAGES

Le déploiement des forces de l’ordre n’a pas empêché certains débordements, et des pilleurs se sont attaqués dimanche à des magasins d’un centre commercial huppé à Santa Monica.

A Philadelphie, sur la côte Est, plus de 50 personnes ont été arrêtées pour pillages depuis samedi, selon la police.

TRUMP MIS A L’ABRIS

Selon le New York Times, Donald Trump et sa famille ont été menés samedi soir par les servies secrets, lors d’une manifestation devant sa résidence, à l’abri dans un bunker souterrain.

VIOLENCES 

Boston aussi connaît des violences en marge des manifestations. “La foule casse les vitres et poursuit la police”, témoigne cette journaliste américaine, qui décrit une “nuit extrêmement violente”.

MAISON BLANCHE

Des heurts ont lieu devant la Maison Blanche, une demie-heure avant le début du couvre-feu à Washington, imposé à 23 heures heure locale.

COUVRE-FEU DÉCRÉTÉ A WASHINGTON 

Un couvre-feu a été décrété dimanche à Washington après de nouvelles manifestations près de la Maison Blanche, a annoncé la maire de la capitale des Etats-Unis, Muriel Bowser, au lendemain d’une nuit marquée par des émeutes dans plusieurs villes du pays.

Le couvre-feu sera en vigueur de “23H00 dimanche à 06H00 lundi”, a précisé Mme Bowser sur Twitter, en ajoutant avoir ordonné le déploiement de la Garde nationale de la ville en renfort de la police.

MINNEAPOLIS 

Dimanche, un camion-citerne a roulé à travers la foule qui manifestait sur une autoroute à Minneapolis. On ne sait pas encore s’il y a des blessés.

“STAY HOME”

Le maire de Minneapolis, Jacob Frey, appelle ses concitoyens à rester à l maison sur Twitter après l’entrée en vigueur du couvre-feu.

“Agir sur le racisme systématique, la responsabilité, et la justice pour George Floyd  sont trop urgents pour attendre. Nous ne pouvons laisser cette conversation éclipsée derrière l’instabilité et le chaos”

JOE BIDEN 

Joe Biden, le candidat démocrate à la Maison Blanche, s’est rendu ce dimanche à une manifestation contre le racisme. 

DONALD TRUMP 

Alors que la Maison Blanche est encerclée par des dizaines de manifestants, le président américain n’a pas donné son point presse devenu quotidien sur le bilan de la crise sanitaire liée au Covid-19. Il vient de partager sur Twitter “DROIT ET ORDRE”. 

LACRYMOGÈNE 

Devant la Maison Blanche, les policiers dispersent les manifestants avec du gaz lacrymogène.

TENSION 

Devant la Maison Blanche, des centaines de manifestants et policiers se font fac. La situation est tendue. 

MAISON BLANCHE

Des manifestants ont franchi les barrières de sécurité du parc Lafayette, devant la Maison Blanche.

MAISON BLANCHE

Nouveau coup de sang du président américain. Dans un tweet, Donald Trump estime que les maires et gouverneurs démocrates sont des “anarchistes”, et en appelle à la Garde nationale pour rétablir l’ordre.

COUVRE FEU

Les responsables de New York et Los Angeles, ainsi que ceux de Philadelphie ou de Chicago, ont annoncé un couvre-feu. Au total, une trentaine de villes sont concernées par cette mesure : Los Angeles, Denver, Miami, Atlanta, San Francisco, Chicago, Louisville, Minneapolis, St. Paul, Rochester, Cincinnati, Cleveland, Columbus, Dayton, Toledo, Eugene, Portland, Philadelphie, Pittsburgh, Charleston, Columbia, Nashville, Salt Lake City, Seattle et Milwaukee.

LONDRES

Des centaines de personnes ont manifesté dimanche à Londres pour protester contre la mort lundi aux Etats-Unis après avoir été arrêté par la police de George Floyd.

Certains arboraient des panneaux en carton sur lesquels on pouvait lire “Black lives matter” (“Les vies noires comptent”) ou encore “Notre couleur de peau n’est pas un crime”. 

Les manifestants se sont ensuite agenouillés pendant une dizaine de minutes, un geste devenu un symbole de la lutte contre les discriminations aux Etats-Unis, où des rassemblements similaires ont lieu chaque jour, avant d’entamer une marche vers l’ambassade américaine, malgré les mesures de distanciation sociale toujours en vigueur face au nouveau coronavirus. 

MAISON BLANCHE

Dans l’un de ses derniers tweets, Donald Trump s’en prend ouvertement au maire de Minneapolis. “Les anarchistes menés par les Antifa, notamment, ont été vite matés. Ca aurait dû être fait par le maire dès la première nuit, et il n’y aurait eu aucun problème”, a-t-il écrit.

Il faisait référence à Jacob Frey, le maire démocrate de cette grande ville du nord du pays, d’où la contestation est partie après l’arrestation mortelle de George Floyd, dont les images éprouvantes ont fait le tour du monde

HOMMAGE

Trois joueurs noirs de Bundesliga ont rendu hommage ce week-end sur les terrains allemands à George Floyd, l’Afro-Américain de 46 ans, décédé après son arrestation lundi à Minneapolis.

Le geste le plus spectaculaire a été celui de l’attaquant de Mönchengladbach Marcus Thuram, fils du champion du monde français 1998 Lilian Thuram, qui a mis un genou à terre dimanche pour célébrer un but. 

Ce geste avait été popularisé par le joueur de NFL (Ligue de football américain) Colin Kaepernick, devenu un porte-voix des protestations aux Etats-Unis contre les violences policières, notamment contre les minorités de couleur.

DONALD TRUMP CIBLE LES MANIFESTANTS “ANARCHISTES”

Adressant ses félicitations à la garde nationale déployée à Minneapolis après une cinquième nuit d’émeutes, Donald Trump s’en prend de nouveau aux manifestants, des “anarchistes menés par les Antifa (groupes se réclamant de l’antifacsime, ndlr)”, qu’il entend désigner comme organisation terroriste. 

Le président américain en profite pour critiquer le maire de la ville mais aussi à “d’autres villes et États dirigés par des démocrates”, ainsi que… les médias, sa cible favorite, colporteurs selon lui de “fake news”. 

INDIGNATION 

Après les Américains LeBron James, Katie Ledecky ou encore Colin Kaepernick, des acteurs majeurs du sport français réclament eux aussi justice pour George Floyd.

Mbappé, Noah, Yoka… Les sportifs français s’indignent de la mort de George Floyd

MAISON BLANCHE

Premier tweet de la journée pour Donald Trump, qui félicite les soldats de la Garde nationale pour leur maintien de l’ordre la nuit dernière à Minneapolis. Une nouvelle fois, le président américain accuse l’extrême gauche d’orchestrer les émeutes.

JOURNALISME

Des journalistes ont été pris à partie dans plusieurs villes des Etats-Unis lors des manifestations de ces derniers jours en réaction à la mort de George Floyd, par police et manifestants, agressés, arrêtés ou ciblés par des tirs.

La scène la plus médiatisée reste celle de l’interpellation du reporter de CNN Omar Jimenez, menotté par des policiers en plein direct à Minneapolis vendredi matin, avant d’être relâché, une heure plus tard. Mais plusieurs autres incidents ont eu lieu dans le pays, notamment à Louisville, dans le Kentucky, où un policier anti-émeute a tiré des cartouches lacrymogènes sur une équipe de télévision locale qui le filmait. “On me tire dessus!” a crié, à l’antenne, Kaitlin Rust, de la chaîne locale WAVE 3.

A Minneapolis, une journaliste freelance, Linda Tirado, a reçu une balle en caoutchouc au visage et indiqué avoir définitivement perdu l’usage de son oeil. Des membres des médias ont également été attaqués par des manifestants, comme le photographe Ian Smith, qui a affirmé avoir été passé à tabac à Pittsburgh avant que d’autres manifestants ne s’interposent.

REACTION

“Aucun pays, ville, force de police ou institution ne peut être complaisant face au racisme et à son impact”, écrit sur Twitter le maire de Londres, où se déroule actuellement une marche en hommage à George Floyd.

EN IMAGES

La tension est vive à Minneapolis, en témoigne ce récit de notre journaliste présent sur place.

LONDRES

Une manifestation se déroule actuellement dans la capitale du Royaume-Uni, malgré le couvre-feu en vigueur.

‘ : ‘‘ wrapper.innerHTML = content.replace(/escaped-script>/g, ‘script>’); });
]]>

CHINE

Les médias d’Etat chinois ont établi ce week-end un parallèle entre l’action des militants pour la démocratie à Hong Kong et les violences dans de nombreuses villes américaines, dénonçant l’attitude des autorités américaines.

“Un jour, la présidente (démocrate, ndlr) de la Chambre (des Représentants) des Etats-Unis, Nancy Pelosi, a qualifié les violentes protestations à Hong Kong de ‘beau spectacle à voir’ (…). Les responsables politiques américains peuvent maintenant se délecter, de leurs propres fenêtres, de ce spectacle”, a ainsi écrit samedi le Global Times. Des vidéos ont en outre été diffusées par ces médias pour suggérer que la police de Hong Kong agissait avec plus de “retenue” que les forces de l’ordre sur le sol américain.

“La violence s’étend à travers les Etats-Unis (…) Les responsables politiques américains devraient faire leur travail et aider à résoudre les problèmes aux Etats-Unis, plutôt que d’essayer de provoquer de nouveaux problèmes et des troubles dans d’autres pays”, a de son côté commenté dimanche le China Daily, un porte-voix du Parti communiste chinois. 

DRAME

Le corps d’un homme a été retrouvé près d’une voiture brûlée tôt dimanche matin à Minneapolis, selon les autorités de la ville secouée par des émeutes depuis la mort en début de semaine d’un Afro-Américain, George Floyd, peu après son interpellation.

La police a répondu vers 04H00 du matin au signalement d’une voiture en train de brûler, selon John Elder, porte-parole de la police de la ville du nord des Etats-Unis. 

Une fois le feu éteint par les pompiers, des agents ont trouvé le corps d’un homme décédé à quelques mètres de la voiture calcinée, présentant des contusions.  L’identité de la victime et la cause de la mort n’ont pas été communiquées pour le moment.

INJUSTICE

Sa vidéo a été visionnée plus de 2,3 millions de fois a été citée par Barack Obama.

“Je veux juste vivre” : après la mort de George Floyd, le gospel poignant de Keedron, 12 ans

CALIFORNIE

Le gouverneur de Californie Gavin Newsom a proclamé l’état d’urgence dans le comté de Los Angeles.

JOE BIDEN

Le candidat démocrate à la Maison Blanche Joe Biden a condamné les violences survenues ces derniers jours, tout en assurant que les Américains avaient le droit de manifester contre les violences policières.

ATLANTA

A Atlanta, les joueurs NBA Malcolm Brogdon, Jaylen Brown et celui de G-League Justin Anderson ont pris part aux manifestants, accompagnés du rappeur Lil Yachty.

NEW YORK

Samedi, dans le quartier de Brooklyn à New York, deux voitures de police ont avancé sur la foule, projetant des manifestants au sol.

MANIFESTATIONS

Connu pour ses textes très engagés, le rappeur américain J. Cole a participé aux protestations dans sa ville natale, Fayetteville, en Caroline du Nord, après la mort de George Floyd. Ce dernier a même refusé de prendre des photos avec des fans, pour ne pas “nuire au message de la manifestation”.

POLICE

Selon le commissaire du Département des services correctionnels du Minnesota, Paul Schnell, il n’y a pas eu de blessés graves lors des manifestations de cette nuit à Minneapolis, rapporte CNN. En revanche, “des dizaines” d’arrestations ont été recensées depuis le début de la nuit, et continuent de se produire.

RÉACTION

Le président américain Donald Trump a salué le travail de la garde nationale à Minneapolis tout en critiquant le maire démocrate de la ville. “La garde nationale a été libérée à Minneapolis pour faire le travail que le maire démocrate n’a pas pu faire.”

Si elle avait été mobilisée “il y a deux jours, il n’y aurait pas eu de dommages et le siège de la police n’aurait pas été détruit”, a-t-il tweeté.

ÉTAT D’URGENCE

Le gouverneur de Californie, Gavin Newsom, proclame l’état d’urgence dans le comté de Los Angeles.

COUVRE-FEUX

Selon les informations de CNN, au moins 25 villes dans 16 États différents ont désormais mis en place des couvre-feux pour tenter d’éviter les violences. Douze États ont également activé la garde nationale.

RÉACTION

Le candidat démocrate à la Maison Blanche, Joe Biden, a réagi cette nuit aux violences entre manifestants et policiers. “Protester contre une telle brutalité est juste et nécessaire. C’est une réponse tout à fait américaine. Mais brûler et détruire inutilement ne l’est pas. La violence qui met des vies en danger ne l’est pas. La violence qui détruit et ferme les entreprises ne l’est pas”, a-t-il écrit dans un communiqué.

“L’acte de protester ne devrait jamais éclipser la raison pour laquelle nous protestons. Cela ne devrait pas éloigner les gens de la juste cause que la protestation est censée faire avancer.”

IMAGES DE LA NUIT

Des heurts entre manifestants et policiers ont secoué cette nuit plusieurs grandes villes des Etats-Unis.

‘ : ‘‘ wrapper.innerHTML = content.replace(/escaped-script>/g, ‘script>’); });
]]>

LA POLICE CHARGE DES MANIFESTANTS

Des policiers en tenue anti-émeutes ont chargé samedi soir des manifestants qui défiaient le couvre-feu à Minneapolis, tirant des gaz lacrymogènes et des grenades assourdissantes pour les éloigner d’un commissariat, a constaté un photographe de l’AFP.

Le gouverneur du Minnesota, Tim Walz, soucieux d’empêcher une nouvelle nuit d’émeutes, avait prévenu que les manifestants se trouveraient dans une “situation très dangereuse” s’ils violaient à nouveau le couvre-feu. Jusqu’ici les forces de l’ordre, secondées par des soldats de la Garde nationale, sont plutôt restées en retrait, d’abord pour ne pas envenimer le climat, ensuite parce qu’elles n’étaient pas en nombre suffisant, ont reconnu les autorités.

COUVRE-FEUX

Los Angeles, Philadelphie et Atlanta font partie des villes américaines ayant annoncé un couvre-feu samedi, afin d’endiguer de violentes manifestations qui ont éclaté à travers les Etats-Unis.

Des couvre-feux nocturnes similaires ont également été mis en place dans le Kentucky, notamment à Louisville.

RÉACTION

En déplacement au centre spatial Kennedy en Floride où il assistait au premier vol spatial habité de SpaceX, Donald Trump a dénoncé les émeutes de la nuit passée à Minneapolis comme l’oeuvre de “pilleurs et d’anarchistes”.

“La mort de George Floyd dans les rues de Minneapolis est une grave tragédie”, a déclaré le président américain, estimant que la mémoire de la victime était “déshonorée par les émeutiers, les pilleurs et les anarchistes” et appelant à “la réconciliation, pas la haine, la justice, pas le chaos”.

DES FORCES DE L’ORDRE EN RENFORT

Alors que les autorités redoutent une cinquième nuit de manifestations et de violences à Minneapolis après la mort de George Floyd, 1200 membres supplémentaires des forces de l’ordre vont être envoyés sur place. Les précisions de notre correspondante aux Etats-Unis, Amandine Atalaya.

‘ : ‘‘ wrapper.innerHTML = content.replace(/escaped-script>/g, ‘script>’); });
]]>

MINNEAPOLIS

Au lendemain des heurts, des citoyens se sont retroussés les manches pour nettoyer les rues de la ville.

RÉACTION

Le ministre de la Justice William Barr a attribué les violences à des “groupes d’extrême gauche et anarchistes”, tandis que Donald Trump, via un tweet, y a vu “des gauchistes radicaux, de mauvaises personnes”.

REPORTAGE

Retour sur les événements de ces dernières heures avec le reportage à Minneapolis de nos envoyés spéciaux.

‘ : ‘‘ wrapper.innerHTML = content.replace(/escaped-script>/g, ‘script>’); });
]]>

BILAN

Quelques dizaines de personnes ont été arrêtées à Minnesota dans la nuit de vendredi à samedi, dont 80% provenaient d’autres régions des Etats-Unis, selon les autorités locales qui ont indiqué disposer d’informations montrant que des groupes suprémacistes blancs et des émeutiers avaient utilisé les réseaux sociaux et le “dark web” pour organiser le mouvement.

Les manifestations prévues dans la journée en mémoire de George Floyd, un Afro-américain de 46 ans, mort lundi juste après son arrestation, restent autorisées. Mais le couvre-feu sera maintenu à partir de 20H00 samedi et “il sera dangereux d’être dans la rue cette nuit”, a prévenu le gouverneur

REACTION

Le joueur du PSG a réagi aux événements en cours aux USA, publiant un tweet pour demander justice pour George Floyd.

La mort de l’Afro-Américain George Floyd lors d’une arrestation violente continue de provoquer de vives tensions aux Etats-Unis. Des centaines de personnes ont manifesté à nouveau samedi dans de nombreuses villes du pays désormais placées sous couvre-feu.

Le président Donald Trump a promis de “stopper la violence collective”, après plusieurs nuits d’émeutes à Minneapolis, où cet Afro-Américain de 46 ans est décédé lundi aux mains de la police

Les événements ont conduit au déploiement de soldats de la garde nationale à Minneapolis.  L’inculpation vendredi du policier impliqué dans le décès de George Floyd a été saluée par la famille de la victime mais jugée trop tardive.

Toute l’info sur

La mort de George Floyd embrase Minneapolis

Une multitude d’événements se sont enchaînés ces derniers jours, depuis la mort de George Floyd à la suite de son arrestation par un policier qui avait longuement appuyé son genou contre sa gorge. En plus des manifestations, l’ONU a appelé à la fin des “meurtres” raciaux d’Afro-Américains par la voix de sa haute-commissaire aux droits de l’homme, Michelle Bachelet. Ce vendredi, une équipe de journaliste de CNN a également été arrêté en plein tournage à Minneapolis. 

Sur le même sujet

Et aussi


Advertisements

Leave a Reply