EN DIRECT – Manifestations pro-Palestine: 22.000 manifestants en France dont 2500 à 3500 à Paris – BFMTV

Spread the love

22.000 manifestants en France dont 2500 à 3500 à Paris

Selon les chiffres diffusés par le ministère de l’Intérieur ce samedi en fin de journée, les manifestations pro-Palestine ont rassemblé 22.000 manifestants en France, dont 2500 à 3500 à Paris.

Dans le détail, ils étaient 4000 à Strasbourg, 1500 à Marseille, 1000 à Lyon, 700 à Nancy et 600 à Bordeaux.

Au total, 51 interpellations ont été réalisées, dont 44 à Paris, un chiffre confirmé par le ministre de l’Intérieur dans un tweet.

44 interpellations à 19 heures à Paris

La préfecture de police de Paris vient de communiquer un premier bilan de leur intervention sur twitter, avec 44 interpellations à 19 heures.

Un gendarme a été blessé à Paris

Alors que la tension monte dans les rues du XVIIIe arrondissement parisien, où plusieurs manifestants s’en prennent aux forces de l’ordre, un gendarme a été blessé par le jet d’un objet boulevard Ornano.

Resté plusieurs secondes à terre, il a été pris en charge dans un premier temps par ses collègues, puis par les sapeurs-pompiers qui ont pu intervenir rapidement. L’homme est resté conscient.

Dans un tweet publié peu après, la préfecture de police a tenu a manifester “toute sa solidarité envers les militaires de la gendarmerie engagés sur le service d’ordre.”

Plusieurs centaines de manifestants à Lille

“Halte au massacre en Palestine”, “Boycott Israël”, “Gaza se meurt”: une manifestation pro-palestinienne a réuni 1.500 personnes selon les organisateurs et entre 600 et 700 selon la préfecture, samedi en milieu d’après-midi dans le centre de Lille. Il n’y a pas eu d’incidents, a en outre précisé la préfecture du Nord.

Parmi les manifestants rassemblés sur la Grand’Place à l’appel de l’association France-Palestine, en plein coeur de la ville, étaient présents des militants d’organisations de gauche (Solidaires, Attac, CGT, LFI, NPA et PCF).

Le rassemblement, encadré d’un large dispositif policier, est finalement resté statique.

Un rassemblement sans heurts à Marseille

Au cours d’un rassemblement autorisé, 1500 personnes se sont rassemblées dans le calme sur la place Bargemon à Marseille selon la préfecture.

Selon un journaliste de BFMTV présent sur place, plusieurs slogans dont “liberté Palestine” et “Israël assassin” ont été lancés. L’ambiance a été bonne et plusieurs générations étaient rassemblées pour l’occasion.

A deux reprises, un cortège a tenté de se former mais a été stoppé par les forces de l’ordre qui quadrillaient le secteur.

Jordan Bardella dénonce un “désir d’émeutes”

A son tour, l’eurodéputé Rassemblement national Jordan Bardella a réagi à la manifestation pro-Palestinienne parisienne sur Twitter.

Pour le numéro 2 du parti d’extrême-droite, “la cause palestinienne est un prétexte qui dissimule pour beaucoup le désir d’émeutes, les motivations islamistes et antisémistes, le rejet de la France et de ses institutions.”

“Courage à nos forces de l’ordre, encore en première ligne”, a-t-il encore ajouté.

Pour Eric Ciotti, “les islamistes s’emparent de la rues”

Alors que la situation se tend de plus en plus dans les rues de la capitale, le député des Alpes-Maritimes Eric Ciotti a pris la parole sur Twitter.

Dans un message publié il y a quelques minutes, ce dernier a dénoncé l’attitude des manifestants. “Allah Akbar scandé en plein cœur de Paris lors des manifestations pro palestiniennes illégales”, a-t-il dit.

“Les islamistes s’emparent de la rue, nous ne pouvons laisser faire sans réagir. Il faut se battre pour que la France reste la France”, a-t-il ajouté.

Le face à face se poursuit à Paris

Alors que les forces de l’ordre avaient du user de gaz lacrymogènes afin de disperser la manifestation parisienne qui avait été interdite par la préfecture, la situation se tend de plus en plus dans le Nord de Paris, en particulier en plein coeur du XVIIIe arrondissement parisien.

Peu avant 17h30, les forces de l’ordre ont du user de canons à eau afin de disperser le rassemblement, tandis que plusieurs individus haranguaient les gendarmes.

4000 personnes manifestent à Strasbourg

Plus de 4.000 personnes selon la police et les organisateurs ont manifesté samedi sans incidents à Strasbourg pour soutenir les Palestiniens.

Le cortège est parti de la Place de l’Université et les manifestants ont défilé dans les rues longeant le centre-ville, sans toutefois entrer dans l’hypercentre de la capitale alsacienne, interdit à toute manifestation depuis plusieurs mois.

“Palestine urgence, contre le mur et l’occupation, pour le respect du droit international, engagement immédiat de l’Europe”, réclamait la banderole de tête.

Les manifestants ont également chanté des slogans comme “Israël assassin”, “Israël terroriste”, “Enfant de Gaza, enfant de Palestine, c’est l’humanité qu’on assassine”, ou “Israël assassin, Macron complice”.

“Nous ne voulons pas qu’il y ait le chaos dans Paris”, souligne Sylvain Maillard

Alors que la man,ifestation parisienne se tend au fil de l’après-midi, le député LaREM de Paris Sylvain Maillard est revenu sur les raisons de l’interdiction du rassemblement, arguant que la décision de Gérald Darmanin était la bonne.

“Nous ne voulons pas revivre ce qui s’est passé en 2014 et avoir des manifestations largement avec des slogans antisémites et qui serait d’une violence forte dans Paris”, rappelle-t-il.

Pour les prochaines heures, ce dernier a également développé comment les autorités souhaitaient agir.

“La position c’est de faire en sorte que si elle doit se passer comme elle se passe, qu’elle doit être encadrée et je regrette qu’on doive développer tant de forces. Vous savez très bien les tensions qu’il y aurait eues si nous avions autorisé cette manifestation. Nous ne voulons pas qu’il y ait le chaos dans Paris”, ajoute-t-il.

Les forces de l’ordre utilisent des gaz lacrymogènes pour disperser la foule à Paris

La situation est en train de se tendre dans le cortège parisien. Malgré l’interdiction, plusieurs centaines de personnes ont tenu à manifester afin de montrer leur soutien à la Palestine dans le conflit qui l’oppose à Israël.

Dans le XVIIIe arrondissement de la capitale, les forces de l’ordre ont du faire usage de gaz lacrymogènes afin de disperser une foule de plus en plus hostile, sous les cris de “Israël assassin.”

Un départ de feu dans le XVIIIe arrondissement parisien

En milieu d’après-midi ce samedi, dans un rassemblement qui avait été interdit par la préfecture de police de Paris, un départ de feu a été reporté rue Ordener, dans le XVIIIe arrondissement. Selon un journaliste de BFMTV sur place, une poubelle verte et plusieurs palettes auraient été incendiées.

Très vite, les forces de l’ordre ont sécurisé les lieux avant l’arrivée des sapeurs-pompiers.

1000 manifestants à Marseille

Alors que le rassemblement était autorisé dans la cité phocéenne, la préfecture de police des Bouches-du-Rhône a indiqué que le cortège regroupait environ 1000 personnes à Marseille.

Estrosi demande “des sanctions sans la moindre concession’ contre les manifestants

Christian Estrosi persiste et signe. Deux jours après avoir demandé l’interdiction des manifestations pro-Palestinienens dans sa ville, requête entendue par la préfecture des Alpes-Maritimes, le maire de Nice a demandé ce samedi au gouvernement de “prendre des sanctions sans la moindre concession contre ceux qui braveront les interdictions de manifester aujourd’hui.”

“Personne ne peut considérer que ces manifestations soient pro-palestiniennes, elles sont pro-hamas et donc complices d’un mouvement terroriste lui-même partenaire de tous ceux, qui avec l’état islamique, ont semé haine et barbarie chez nous et dans le monde”, a-t-il ajouté sur son compte Twitter.

Plusieurs centaines de personnes à la manifestation pro-palestinienne à Lille

“Halte au massacre en Palestine”, “Boycott Israël”, “Gaza se meurt”: la manifestation pro-palestinienne organisée à Lille réunit plusieurs centaines de personnes, selon l’Agence France-Presse (AFP).

Les manifestants, rassemblés sur la Grand’Place à l’appel de l’association France-Palestine, en plein coeur de la ville, devaient ensuite défiler dans les rues du centre. Des militants d’organisations de gauche (Solidaires, Attac, CGT, LFI, NPA et PCF) participaient également à cette action.

“C’était important pour moi d’être là pour exprimer ma solidarité avec le peuple palestinien, un peuple qui se fait opprimer depuis plus de 50 ans, à qui on vole les terres, qu’on bombarde… et ça passe inaperçu dans le monde entier sous prétexte qu’on est en pleine crise sanitaire”, lance Nordine, 50 ans, sur la Grand’Place où de nombreux drapeaux palestiniens étaient brandis.

Pour lui, interdire ces manifestations, notamment à Paris, c’est “incompréhensible”, car “les gens qui manifestent pour le peuple palestinien sont pacifistes, solidaires”, affirme-t-il.

Le point sur la situation à Paris

Depuis maintenant un peu plus d’une heure, les forces de l’ordre dispersent les manifestants qui tentent de se rassembler à Barbès-Rochechouart, point de départ théorique de la manifestation interdite par les autorités.

A la suite de ces tensions, un groupe de quelques dizaines de manifestants s’est constitué et est remonté jusqu’à la porte de Clignancourt, avant de manifester sous le périphérique parisien pendant quelques minutes.

Un groupe de manifestants s’est constitué porte de Clignancourt à Paris

Quelques dizaines de manifestants ont reculé vers la porte de Clignancourt, au nord de Paris, après avoir tenté de se rassembler dans le quartier de Barbès-Rochechouart. Les forces de l’ordre multiplient les charges pour disperser les groupes en train de se constituer.

Des manifestants en soutien à la Palestine, porte de Clignancourt à Paris, samedi 15 mai 2021
Des manifestants en soutien à la Palestine, porte de Clignancourt à Paris, samedi 15 mai 2021 © BFMTV

Des rassemblements dans le calme à Marseille et Lyon

Si la manifestation parisienne a été interdite sur décision de la préfecture de police, d’autres rassemblements ont été autorisés ailleurs en France. C’est notamment le cas à Marseille ou à Lyon, où tout se déroule dans le calme jusqu’à maintenant.

Des manifestants pro-Palestine rassemblés à Marseille, samedi 15 mai 2021
Des manifestants pro-Palestine rassemblés à Marseille, samedi 15 mai 2021 © BFMTV

La police continue à essayer de disperser les manifestants

Les forces de l’ordre sont toujours en train de tenter de disperser les manifestants qui tentent de braver l’interdiction de se rassembler.

Les commerces du quartier fermés par la préfecture de police

Face à la volonté affichée par les organisateurs de maintenir la manifestation malgré son interdiction, la préfecture de police de Paris a fait fermer tous les commerces situés dans le quartier par mesure de sécurité.

Un important dispositif policier mobilisé sur zone

4200 policiers et gendarmes sont actuellement mobilisés à Paris, d’après les chiffres communiqués par la préfecture de police de Paris. >> Plus d’informations avec notre article complet.

De premières tensions éclatent dans le quartier de Barbès-Rochechouart

Les forces de l’ordre tentent de disperser les manifestants qui souhaitent braver l’interdiction de se rassembler, ce qui a donné lieu à de premières scènes de tensions. Des canons à eau ont notamment été utilisés pour repousser certaines personnes, et de premiers jets de gaz lacrymogène ont été effectués.

Des manifestants tentent de braver l’interdiction

Malgré la décision des autorités d’interdire la manifestation parisienne en soutien aux Palestiniens, ses organisateurs ont décidé de la maintenir. Trente minutes avant le début théorique de ce rassemblement illégal, de nombreux protestataires ont commencé à se rendre au quartier Barbès-Rochechouart, point de départ théorique de cette manifestation.

Leave a Reply