EN DIRECT – Incendie de Martigues : plus de 1.000 hectares brûlés, 2.700 personnes évacuées – France Bleu

Spread the love

Cinq départs de feu ont été recensés par les pompiers des Bouches-du-Rhône, à Martigues, Port-de-Bouc, Aubagne, Gignac et Carnoux-en-Provence. Les incendies, attisés par les rafales de vent jusqu’à 90 km/h, mardi 4 août. Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin s’est rendu sur place.

De nombreux habitants ont été évacués par les pompiers, la police, les sauveteurs en mer, la préfecture maritime, des particuliers. Certaines maisons ont brûlé et près de 1.000 hectares sont partis en fumée sur la Cote Bleue, véritable patrimoine naturel des Bouches-du-Rhône.

Vous êtes nombreux à appeler France Bleu Provence ce matin pour témoigner de ce qui s’est passé et soutenir les victimes et les marins-pompiers. On vous rappelle le numéro pour nous rejoindre en direct : 04.42.38.08.08.

1.000 hectares brûlés, 2.700 personnes évacuées

10h25 : sur la côte, quelques fumées sont encore visibles.

Les dernières fumées visibles depuis la côte.
Les dernières fumées visibles depuis la côte. © Radio FranceMathilde Vinceneux

10h15 : les images du paysage complètement calciné après le passage de l’incendie.

Après le passage des flammes.
Après le passage des flammes. © Radio FranceMathilde Vinceneux
Les arbres brûlés après le passage de l'incendie.
Les arbres brûlés après le passage de l’incendie. © Radio FranceMathilde Vinceneux
Les images du passage des flammes.
Les images du passage des flammes. © Radio FranceMathilde Vinceneux

10h : pour Henri Cambessedes, premier adjoint de Martigues, “C’est une catastrophe, c’est du jamais vu, c’est horrible. Il y a un drame humain, un drame écologique, voilà tout. Tout est cumulé pour cette situation qu’on découvre ce matin et que certains vont découvrir, c’est une catastrophe.

Ce qu’il faut qu’on voit maintenant ce sont les conditions dans lesquelles la vie va reprendre son cours. Pas normal, mais reprendre son cours parce que c’est ça qu’il faut imaginer maintenant, avec ces conditions qui sont affreuses pour tout le monde et principalement pour ceux qui ont perdu des biens et peut-être des animaux“. 

9h40 : Michèle a 67 ans, elle a quitté précipitamment sa maison à Saint-Pierre avec son fils, Cyril, 30 ans et elle ne sait pas dans quel état est son habitation. “Il y a eu énormément de fumée, très épaisse, on ne voyait plus rien. Quand on a voulu sortir pour commencer à arroser un peu pour protéger la maison, on a vu des flammes qui étaient près de la maison, dans les vignes.

Alors ce qu’on a fait avec mon fils, on a pris la voiture et on est parti. On a traversé des flammes. J’ai eu peur pour ma maison et apparemment, ce matin, j’ai appris que ça brûlait autour, mais apparemment, la maison est intacte. J’attends, j’attends qu’on nous donne l’autorisation de repartir. Apparemment, ça brûle encore“. 

9h25 : le témoignage de Gérald, sa belle-famille habite à Tamaris et a été touchée par l’incendie de Martigues. “Le papa de ma belle fille a été touché puisqu’il est sur Tamaris, effectivement voisin du camping qui a brûlé. Donc ils ont été évacués hier soir par la mer, femmes et enfants d’abord, dans un premier temps, pendant que les secours et d’autres embarcations étaient en train de venir récupérer les hommes. Ils ont tous vus depuis la mer, toutes leurs propriétés brûler entièrement

Ma belle fille était sous le choc. Son papa, la propriété qu’il a, là-bas à Tamaris, c’est l’histoire de sa vie. C’est un homme qui a consacré beaucoup dans sa vie pour sa propriété. Et il était très choqué hier. Du coup, j’attends encore des nouvelles ce matin“. 

9h15 : “L’incendie évolue favorablement, mais il n’est pas maîtrisé“, ont précisé les pompiers alors que le vent devrait se calmer en fin de matinée. “Pas de blessé grave à déplorer, mais les dégâts matériels restent à évaluer“, ont-ils ajouté.

8h : les TER passant par Port-de-Bouc en direction de Miramas ne circulent pas ce matin. 

Il n’y a plus de maison menacée ce matin, selon les pompiers, qui veulent éteindre au plus vite les derniers foyers pour éviter toute reprise du feu. Des renforts sont arrivés de partout en France : de Provence-Alpes-Côte d’Azur bien sûr, mais aussi d’Occitanie et même de l’Est de la France.  Depuis une heure, les quatre Canadair et le bombardier déjà effectué cinq largages au dessus de l’incendie. 

Les touristes accueillis dans les centres d’hébergement doivent s’enregistrer auprès des bénévoles présents qui transmettront les informations à la préfecture pour organiser au mieux leur retour sur leur lieux de vacances si possible, ou chez eux directement. 

Le réveil des touristes et des habitants hébergés à la salle polyvalente de La Couronne cette nuit
Le réveil des touristes et des habitants hébergés à la salle polyvalente de La Couronne cette nuit © Radio FranceQuentin Pérez de Tudela
Les agents de la Fédération Française de Sauvetage et de Secourisme à la salle polyvalente de La Couronne ce matin
Les agents de la Fédération Française de Sauvetage et de Secourisme à la salle polyvalente de La Couronne ce matin © Radio FranceQuentin Perez de Tudela

7h30 : de mémoire de pompiers, on n’avait jamais vu ça. “C’est un feu qui a été très virulent raconte Grégory Allione, président des sapeurs-pompiers de France mais aussi chef de corps des sapeurs-pompiers des Bouches-du-Rhône. La vitesse de propagation qui a été constatée à un certain moment – 8 km/h – est dantesque.

De mémoire, je n’ai jamais connu une telle vitesse de propagation sur des feux et pourtant 2003 et 1990 sont des saisons qui font partie de ma mémoire. 8 km/h, c’est la vitesse de quelqu’un qui court bien. Voilà ce que nous avons eu à affronter hier dans l’après-midi avec un vent à 90 km/h, un mistral qui soufflait fort“.

“De mémoire, je n’ai jamais connu une telle vitesse de propagation sur des feux” – Grégory Allione, président des sapeurs-pompiers de France

7h20 : “Évacuer 468 personnes par la mer, c’est très exceptionnel” confirme Christine Ribes, la porte-parole du préfet maritime. D’autant plus que la mer était assez agitée hier soir. En plus des bateaux de secours, deux chalutiers de pêche et les navires d’une société privée de Carry-le-Rouet ont participé à l’évacuation. 

7h : deux Canadair vont procéder aux premiers largages de la journée d’ici quelques minutes explique Perrine Baglan, cheffe du pôle communication des pompiers des Bouches-du-Rhône, en direct sur France Bleu Provence. 1025 hectares ont brûlé, dans une zone péri-urbaine et touristique. Le feu est maîtrisé ce matin, ce qui veut dire qu’il ne progresse plus, mais il n’est pas encore éteint. 

Quatorze pompiers ont été légèrement blessés ou intoxiqués. 

En ce qui concerne la circulation, la départementale 49, qui part de l’A55 vers le Sud, est fermée, tout comme les sorties en direction de La Couronne et Sausset-les-Pins dans les deux sens sur l’autoroute. Mis à part ces sorties fermées, vous circulez normalement sur l’A55. La D9, qui passe au nord de ces communes est également fermée. 

6h30 : parmi les 2.700 personnes évacuées, 468 sont parties par la mer. Des évacuations effectuées par des bateaux de la gendarmerie, de la SNSM ainsi que par des bateaux privés. Trois navires de la marine nationale arrivés de Toulon sont également postés au large de Port-de-Bouc, au cas où il faudrait continuer ces évacuations par la mer : la Loire, le Jason et le Pionnier. 

Le vent devrait tomber dans la matinée, ce qui va faciliter le travail des pompiers. 

1800 pompiers mobilisés

6h : le feu n’est toujours pas circonscrit, il a parcouru 8 kilomètres du quartier de la Gacharelle et s’est propagé en direction de Saint-Julien-les-Martigues et Saint-Pierre-lesMartigues. Mille hectares ont été brûlés, 2700 personnes évacuées, certaines de manière préventive, dont 8 campings et un EHPAD. Aucun blessé n’est à déplorer, 1.800 pompiers sont déployés, 454 engins. Les canadairs arriveront en appui dès le lever du soleil.

Le feu est face à la mer” explique Perrine Baglan, cheffe du pôle communication des pompiers des Bouches-du-Rhône, en direct sur France Bleu Provence. “Le plus important, c’est qu’il n’y a pas de blessé, ajoute-t-elle. Les dégâts matériels sont en cours d’évaluation“. 

Les pompiers et la préfecture rappellent les consignes à suivre si vous habitez le secteur. Ils ont également dressé une liste des lieux d’hébergement d’urgence ouverts durant la nuit.

Notre reporter est ce matin à la salle polyvalente de la Couronne, où 94 personnes ont passé la nuit, dont une trentaine d’enfants. Tous ont dormi à bonne distance pour respecter les gestes barrières. 

Quatre autres incendies le mardi 4 août

Le premier incendie s’est déclenché vers 16h20 à Port-de-Bouc, 110 hectares ont brûlé, la situation est “sous contrôle” selon les pompiers. Le feu s’est déclenché dans une zone périurbaine, près d’habitations, de commerces et d’entrepôts industriels. Une attention particulière est portée sur le quartier de Saint-Jean. Des maisons ont été endommagées, ainsi qu’un garage automobile. Mais les secours ont pu sauver 14 habitations, un gymnase, un camping, ainsi qu’une vingtaine de voitures. “Aucune victime n’est à déplorer“, précisent les pompiers.

À Aubagne, trois hectares ont été parcours. Une attention particulière est portée dans le quartier de La Fenestrelle. Une cinquantaine de sapeurs-pompiers sont sur place.

À Gignac-la-Nertheen, l’incendie a pris en bordure de l’autoroute A55. Le feu a parcouru un hectare. Il est à présent éteint.

Leave a Reply